11-Novembre 2007

Novembre 2007

par le 01 Nov, 2007, catégorie 11-Novembre 2007

01 Nov 2007: Tempête tropicale Noël

Hampton (Virginie)

Ensoleillé avec pass. nuageux,  17° C, vents N 25-30 noeuds, rafales à 40 noeuds.

Ancrage: N 37° 01.41, W 76° 20.48

On est le premier novembre aujourd’hui et c’est, selon les assureurs, la fin de la période des ouragans.  Cette période a été poussée à la fin novembre par les météorologues depuis les dernières années. Les navigateurs considèrent aussi beaucoup plus la fin novembre comme fin de cette période critique. Ce matin, les prévisions météorologiques annoncent que la tempête tropicale Noël va passer tout près de nous.

On vérifie auprès de ceux qui sont en ville et il y a de la place pour nous et MIGO à l’ancrage du centre-ville de Hampton. On se déplace donc en ville en matinée. Aussi, on enlève le bimini et on baisse le dodger pour enlever du fardage. On a vraiment le goût d’aller visiter le Centre aéro-spacial de Hampton. Je suis comme un enfant et attends 13h00 avec impatience pour y aller avec les équipages de MIGO et VICTORIA’S SECRET. On passe l’après-midi à terre et on visite d’abord le Musée Cousteau (le célèbre chercheur des mondes marins et inventeur de la plongée sous-marine) et ensuite on va au Centre aéro-spacial. On y voit plusieurs choses très intéressantes. À 16h00, on va voir un film Imax de 2h00 en anglais: Les Transformers, très bon ! Catherine et moi, on constate que notre compréhension de l’anglais c’est beaucoup améliorée depuis notre départ.

Le musée de Cousteau à Hampton                                                                Le Centre aéro-spatiale de Hampton

Ça à l’air de ça une gang de québécois qui va au IMAX

Arrivée sur le bateau, on est brûlé. Probablement à cause des cinq heures qu’on a passé à écouter et à lire l’anglais. Le vent est encore calme, mais il annonce le début de la tempête tropicale d’une heure à l’autre avec des rafales à 35 noeuds. On installe ensemble Catherine et moi une deuxième ancre pour passer la nuit. Le vent se lève cinq minutes après qu’on ait installé la deuxième ancre: juste à temps ! J’ajuste alors les deux ancres pour qu’ils travaillent ensemble.

On passe la nuit habillé et on dort dans le carré. On se lève environ cinq fois chacun durant la nuit pour vérifier si tout va bien (GPS, les autres bateaux, valider nos points de référence autour de nous, vérifier la force des vents avec l’anénomètre portatif, etc…). Ça brasse, mais nous ne sommes pas trop inquiets, les ancres résistent bien.

02 Nov 2007: Tempête Noël devient Ouragan Noël !!!

Hampton (Virginie)

Nuageux,  15° C, vents N 25-30 noeuds, rafales jusqu’à 50 noeuds.

On se lève vers 9h00, car on doit être reposé pour passer les vingt-quatre prochaines qui seront encore pires. La nuit s’est assez bien déroulée. On communique par VHF avec les autres équipages pour avoir de leurs nouvelles. Ils ont tous passé le même genre de nuit que nous. Je suis le seul qui a une bonne antenne sans fil pour avoir internet, alors je valide la météo par internet et la communique à tous. L’instensité de la tempête a augmentée. Depuis cette nuit, la tempête tropicale est devenue ouragan. Il annoncait hier des pointes à 40 noeuds à Hampton, mais là ils sont rendus à 50 noeuds pour aujourd’hui. Là, ça inquiète tout le monde. VICTORIA’S SECRET communique avec deux marinas par téléphone. Une est pleine et l’autre a deux places de libres seulement. On est trois bateaux. On convient Patrick de MIGO et moi que rien de mieux que de se présenter en personne à la marina. On part en dinghy et par magie en discutant avec le responsable des quais, il y a maintenant cinq places ! C’est que trois des cinq places ne sont pas faites pour des voiliers et il est difficile de s’y stationner. On lui dit que nous sommes trois équipages avec des dinghys pour aider à manoeuvrer et qu’on va bien faire attention. La marina abrite beaucoup de bateaux de luxe. On y voit plusieurs bateaux valant plus d’un million de dollars dans la marina et on comprend l’inquiétude du dockmaster. Il vente très fort et tous ceux qui ont un voilier savent comment c’est pas manoeuvrable un voilier à basse vitesse.

On communique la bonne nouvelle à nos équipages et tous sont très contents. On procède avec VICTORIA’S SECRET en premier, MIGO en deuxième et MER ET MONDE II pour la finale. Vous auriez dû voir les manoeuvres des gars, c’était vraiment beau à voir. Très impressionnant ce travail d’équipe. Trois dinghys autour d’un voilier le gardant au centre pour entrer dans la marina et le positionner pour ensuite le reculer entre quatre piliers de bois placés en rectangle (les américains appellent ça des moorings), puis y attacher les amarres. Voyez sur les photos pour le comprendre. On avait vu depuis le début du voyage que les marinas à partir du lac Champlain étaient faites comme ça, mais on avait pas encore essayé de s’amarrer à de tels moorings et on se grattait la tête à savoir comment ils font pour accoster. De plus, ça faisait tous deux mois qu’on avait pas manoeuvré dans une marina, alors on se demandait si on serait rouillés ou pas. Mais tout se déroule bien et vous auriez dû voir la tension baisser quand nos bateaux ont été tous sécurisés dans ces conditions de vents (rafales à 30-40 noeuds). On se sent tous très soulagés d’avoir pris la décision de passer la nuit dans une marina.

MER ET MONDE II bien amarré lors du passage de l’ouragan Noël          Regardez comment il faut s’amarrer au mooring !

Là, c’est le « party des services ». Buanderies, douches chaudes, internet, électricité, eau, etc. On a pas eu ça depuis deux mois et c’est spécial d’avoir tout ça, tout près et à volonté pendant 24h00. On communique par téléphone SKYPE à nos familles de 17h00 à 19h00. On soupe, remonte notre couchette arrière qui est (presque) sèche. Ça faisait une semaine qu’on ne couchait plus dans notre lit et on est bien content de passer enfin une bonne nuit dans notre couchette. On a une invitation à prendre le dessert sur VICTORIA’S SECRET avec l’équipage de MIGO vers les 20h30 et c’est très agréable. C’est une soirée d’adultes puisque les enfants sont tous sur MIGO à regarder un film.

Les rafales de vent sont au plus fort entre 20h00 et 3h00 AM du matin à environ 40-50 noeuds. Mais on est bien amarré et sécurisé alors, on ne subit pas beaucoup de conséquences et on dort tous le monde comme des bébés …

03 Nov 2007: Fin de l’ouragan

Hampton (Virginie)

Passages nuageux,  15° C, vents NW 15-20 noeuds.

On se lève et tous ont passé une super bonne nuit. À la VHF, on apprend que l’ouragan a passé vraiment proche de notre emplacement, à environ 40 milles nautiques ! Plusieurs ne se sont même pas réveillés durant la nuit. Nous, on avais mis notre cadran à 3h00 AM pour aller vérifier nos amarres, car le niveau de l’eau variant de 3 pieds pouvait étirer les amarres. Il faut dire que j’ai encore des séquelles de notre aventure à l’Iles-aux-Grues qui ne me font pas dormir tranquille à des quais fixes qui ne suivent pas la marée.

Vers 10h00, on part tous pour une « opération épicerie ». On revient avec pleins de sacs et encore une fois un bon samaritain arrête avec son petit pick-up et nous offre d’embarquer tout le stock et trois personnes jusqu’à la marina. Le petit pick-up se retrouve plein à craquer et la suspension est bien écrasée, tordant à voir. Mais, on a les mains libres pour ceux qui continuent la marche à pied vers la marina. Incroyable comme on a pu avoir des « lifts » à date dans notre voyage pour les commissions.

Je remonte mon dodger et le bimini vu que les vents ont commencé à diminuer et on quitte la marina vers 16h00 pour retourner à l’ancrage du centre-ville pour la nuit. Les trois équipages avaient aujourd’hui une rage de frites. Quand on est sur un bateau en voyage comme on le fait, on mange beaucoup mieux, car on cuisine tout le temps et c’est un plaisir. En faisant l’épicerie aujourd’hui, chacun a acheté ce qu’il fallait pour qu’on fasse une poutine collective avec des ailes de poulets. Le soir venu, on va tous sur MIGO et s’en suit une soirée de malbouffe incroyable ! Le thème de la soirée est de se mettre tous le monde en pygama. Il y a des entrées plein la table, tellement qu’on aurait pu souper qu’avec les entrées. Les frites et les ailes de poulet se cuisine jusqu’à 20h00 et c’est vraiment de la job. Sauf que le prix en vaut la chandelle. Encore une soirée mémorable. On termine la soirée en dansant la salsa.

Méga souper chez MIGO                                                                                La mascotte de notre flotille: Flicka de MIGO (un beau boxer)

Yum, Yum … Ça va être bon !!!                                                                      Salsa en pygama !!!

Nos amis Benoît et Nancy de VICTORIA’S SECRET                                   Bon, où l’on va maintenant …

04 Nov 2007: Tomates et 5 à X

Hampton – Norfolk, Mile 0 (Virginie);

12 milles nautiques;

Ensoleillé avec passages nuageux,  18° C, 101.4 KPa,  O <10 noeud;

Départ à 8h00, Arrivée à 11h30, voile: 3h00 et moteur: 30 mins;

Ancrage: N 36° 50.69, W 76° 18.00.

On part le matin vers 8h00 pour se diriger à Norfolk. On ouvre les voiles tout de suite, car il vente un peu et on a très peu de distance à faire, alors on en profite. À la sortie de notre site d’ancrage, je vire le bateau vers la mer en pensant que Norfolk est dans cette direction. Catherine sort en disant, « mais où tu vas comme ça ? » Je suis complètement dans le champ. Je relaisse donc la navigation à Catherine qui sait pas mal plus où elle s’en va que moi. MIGO, qui nous suit derrière, a un doute en nous voyant virer en sens contraire et vérifie sa navigation.  J’ai aussi de la misère avec mon pilote automatique et on tire de la patte à voile par rapport à MIGO, car il me manque mon troisième équipier (Gaston, notre pilote automatique). MIGO se bidonne bien de nous clancher et vire de bord pour faire le tour de nous à voile pour nous narguer. Catherine sort alors le casseau de tomates cerises et s’en suit un échange de missiles de tomates et de ballounes pleines d’eau entre les deux bateaux. Quinze minutes plus tard, il sort sur notre travers un sous-marin assez près !!! On ne le voit pas tout de suite et c’est MIGO qui nous appelle sur la radio pour nous réveiller. WOW! un sous-marin qui navigue avec nous ! On est très chanceux de voir ça !

On reprend donc le bon cap donnée par la navigatrice en chef Kate. Catherine fait ça tellement bien que je ne regarde presque plus les cartes. Elle décide de tout au niveau de la navigation ou presque. On a tellement de choses à faire sur un bateau que quand un des deux se démarque dans un champ de compétence, il faut lui laisser.

Durant notre navigation, on passe devant la base navale américaine de Norfolk. Très très impressionnant !!! Il y a des portes-avions qui sont les plus gros bateaux au monde, des sous-marins, des transports de troupe, des cuirassés, des destroyers, etc. (je dirais qu’il y avait au total environ 50 bateaux). Le quai des sous-marins comporte environ 5 unités.

Gros porte-avion à Norfolfk                                                                           Sofia qui observe les navires de guerre

Le capitaine Éric à la barre                                                                          Il y a de belles photos à prendre ici

Catherine, la photographe                                             MER ET MONDE II est très petit à côté de ces

gros navires !!!

Ensuite, c’est l’arrivée à Norfolk. On débarque en après-midi pour visiter un destroyer hors service toute l’après-midi, le USS Wisconsin qui a 900 pieds de long !!! C’est vraiment impressionnant. Catherine décide d’inviter pour le 5 à 7 VICTORIA’S SECRET et MIGO. On se retrouve 10 personnes sur Mer et Monde II. Le 5 à 7 devient un 5 à 1h00 AM avec souper et super party après souper. On fête le début de l’Intracostal Waterway et la fin de la Chasepeake Bay. On danse tous et tous les pieds carrés du plancher sont utilisés pour danser. Les photos en disent long je crois. On a jamais eu autant de personnes sur notre bateau. On aime l’expérience, car plus on est de fous dans un petit endroit, et plus on a du « fun ». Je crois que tous les navigateurs sont habitués et à l’aise de vivre dans des environnements restreints.

Éric est bien impressionné de voir le USS Wisconsin long de 900 pieds !!!

Le mouillage de Norfolk au coucher de soleil

Super souper sur MER ET MONDE II à Norfolk                                                     On s’amuse vraiment bien sur MER ET MONDE II

05 Nov 2007: Début de l’intracostal

Norfolk, Mile terreste 0 – Great Bridge Lock, Mile terreste 11.3 (Virginie)

10 milles nautiques;

Ensoleillé,  18° C, SO <10 noeuds;

Départ à 13h00, Arrivée à 16h30, moteur: 3h30;

C’est le lendemain de veille … Les trois équipages sont au ralentit ce matin. On vient en dinghy nous redire comment c’était le fun hier. Je fais mon changement d’huile le matin et on part tous ensemble vers 13h00 pour faire un petit bout d’Intracostal (notre premier bout). On ne peut passer malheureusement par le Dismal Swamp Canal puisqu’il n’y a plus assez d’eau (< 6 pieds) et le canal est fermé depuis le 30 octobre. Nous ne pourrons aller à Elizabeth City où il paraît que l’acceuil est très chaleureux par les habitants. On prend donc le Virginia Cut qui est moins beau à naviguer. Il y a trois ponts à faire ouvrir et une écluse. On couche dans le canal à Great Bridge Lock. C’est la vie de canal qui recommence. On navigue à proximité des berges, mais le paysage est plutôt triste et monotone et l’eau est très brune. Il faut être beaucoup plus vigilant sur la navigation ici.

MIGO passe près d’un cargo remorqué, il y du traffic maritime ici  !            Pont levant à Norfolk

Un kayakiste utilise notre vague pour se                     Notre quai à Great Bridge Lock, on s’amarre aux arbres ici !

reposer un peu

Pour le souper, une proposition est lancée par MIGO qui ont tous le bec sucré. Ils veulent aller au Dairy Queen. On s’y rend à pied et on y mange un hot- dog. Pour le dessert: un gros banana-split à deux. Hmm …

Le soir, une proposition de film chez VICTORIA’S SECRET. Catherine va se coucher à 19h00, mais moi, quand il y a un film, je ne peux résister, alors je vais l’écouter. Dodo à 21h30.

06 Nov 2007: Bienvenue parmi nous MAYA X !

Great Bridge Lock, Mile 11.3 (Virginie);

Passages nuageux,  18° C, O 10-15 noeuds;

Ce matin, on se fait réveiller par les bateaux qui attendent pour se faire ouvrir Great Bridge Bridge tout près de nous. On est debout à 6h30, donc tant qu’à être réveillé, il me vient l’idée d’aller dans le bateau de MIGO pour écouter le réseau du capitaine sur radio ondes courtes. Ça fait plusieurs fois que MIGO nous invite à écouter ça, mais on se lève jamais assez tôt. Arrivée sur MIGO, tout le monde est levé et il y a aussi VICTORIA’S SECRET qui a eu la même idée. Quand 7h00 arrive, Patrick ouvre la radio ondes courtes et on ne reçoit que du grichage… Ce sera pour une autre fois….

Ensuite, MIGO nous dit qu’ils ont reçu un email de MAYA X hier soir. Cet équipage sont leur amis et serait à un jour de navigation de nous. MIGO veulent les attendent, donc on bouge pas d’ici aujourd’hui.

Catherine en profite pour travailler sur le journal de bord et la navigation. Moi, je vais pendant ce temps arranger l’ordinateur de MIGO. Je lui installe quelques outils qu’il n’a pas et un logiciel de navigation.

MAYA X arrivent vers 14h30, on les reçoient au quai et on fait tous connaissance. S’en suit un 5 à 10 sur VICTORIA’S SECRET pour fêter cette nouvelle rencontre. On part tôt demain matin, donc on reste raisonnable, mais cela ne nous empêche pas de s’amuser et danser sur la musique que les enfants des équipages choisissent. Un autre équipage québécois se joint à nous ce soir: FLUTTER BYE.

De beaux oiseaux nous tiennent compagnie                                                Préparation de la fête sur VICTORIA’S SECRET

La musique est bonne sur VICTORAI’S SECRET !!!                                       Beau couple hein !

07-08-09 Nov 2007: Le froid est arrivé, vite il faut descendre, Brrrrrr !

Great Bridge Lock, Mile 11.3 (Virginie) – Broad Creek, Mile 61.2 (Caroline du Nord);

42 milles nautiques;

Ancrage: N 36° 12.42, W 75° 57.85.

Broad Creek, Mile 61.2 – Pungo Creek, 127.5 (Caroline du Nord);

61 milles nautiques;

Ancrage: N 35° 33.47, W 76° 28.04.

Pungo Creek, Mile 127.5 – South River, Big Creek, Mile178 (Caroline du Nord);

45 milles nautiques;

Ancrage: N 34° 57.05, W 76° 35.09.

*** Pour les trois jours: près de 0° C la nuit et 12° C le jour;

Vents du N-NO 15-20 noeuds

On débute une série de trois jours de navigation intensive. Il fait froid et on a un vent du nord qui nous pousse dans le dos, ce qui est très bien pour aller vite, mais pas pour avoir chaud … On sort nos gros gilets de laine, tuques, cols et mitaines pour garder notre chaleur. Catherine regrette un peu d’avoir laissé son habit de neige à la maison… Il faut dire que les températures sont nettement en dessous des moyennes saisonnières actuellement. Notre chauffage diésel démontre des difficultés et on le ferme pour la nuit. On dort alors avec plusieurs pelures, notre tuque et une bouillotte d’eau chaude à nos pieds.

Beaucoup de traffic en partant de Great Bridge Lock!                              Brrrr, il ne fait vraiment pas chaud !

Avec un vent du nord, le bateau navigue au portant et ne gîte pas autant que lorsque l’on fait du près, alors on peut faire relativement bien nos choses quotidiennes dans le bateau. La strappe de notre pilote automatique est brisée et on doit barrer le bateau manuellement tout le temps. On fatigue donc plus vite. On fait donc des quarts pour barrer à tour de rôle pour que chacun puisse faire ce qu’il a à faire (toilette, ménage, réparations, etc…).

MER ET MONDE II est le plus petit bateau des quatre de la flotille, alors on donne la cadence aux autres équipages qui veulent que l’on reste groupé (belle solidarité, n’est-ce pas ?). Ils sont tous bien gentils de nous attendre. On travaille fort pour se faire aider à avancer plus vite par les voiles afin de monter la vitesse à 6 noeuds minimum. Quelques fois, on réussit avec ces vents du nord à atteindre les 6,5 noeuds au grand bonheur des autres. On a presque tout le temps le génois ouvert, mais le moteur n’arrête pas souvent.

Paysages du Virginia cut dans l’intracostal

Notre flottille à la queue leu-leu: VICTORIA’S SECRET, MIGO et MAYA X

Les soirées se font comme suit. On soupe chacun chez nous, on fait une petite réunion sur un bateau à tour de rôle le soir pour discuter de la navigation du lendemain et on se compte les aventures de la journée. Puis, on se couche tôt, vers les 21h00.

Petites anecdotes durant ces trois jours. On a vu des tirs d’avions-chasseurs dans l’eau proche de nous en exercice. L’explosion des bombes qu’ils lancent est spéciale et le son arrive 10 secondes plus tard avec un bruit renversant. On aussi cassé la clé de notre moteur dans la serrure en pilant dessus et on était plus capable de la mettre à « ON »… On était à voile dans de la vagues de 4-5 pieds quand c’est arrivé, mais j’ai pu arranger le tout pendant qu’on avançait à 6.5 noeuds en fabricant un « jumper » pour « by-passer » la clé à volonté. MER ET MONDE II a touché le fond une fois dans l’intracostal la deuxième journée et une fois pour rentrer à South River la troisième journée. Nous avons le bateau avec le plus fort tirant d’eau des quatre de la flotille. Mais à chaque fois, on se déprend bien avec notre bonne hélice et notre quille fine. Les trois autres équipages ont une quille à aillettes qui se prend plus dans le fond lors des échouages. Mais, on peut s’aider facilement si un est dans le trouble.

Le 9 nov, la météo nous indique de nous cacher pour une journée. Les prévisions annoncent du 25-30 noeuds venant du nord pour le lendemain. Cela veut dire qu’on a pas besoin de se coucher de bonne heure pour le lendemain. Durant la journée, une idée de 5h à 1h AM nous trotte dans la tête… On arrête au passage dans à un quai de pêcheur pour prendre du diesel, des grosses crevettes et du Red fish fraichement pêchés. S’en suit une soirée sur MER ET MONDE II à 12 personnes (un nouveau record), soirée complètement dansante et très agréable même si on est tous brûlés.  On a le plus petit bateau, mais on a le meilleur son stéréo et notre connection de l’ordinateur à notre système de son fait vraiment des jaloux. Ils veulent tous avoir la même chose, car on fait des soirées avec jamais la même musique et on épuise pas notre répertoire tellement on a de la musique. Il faut dire qu’on a quand même des chansons préférées qui reviennent… J’aimerais aussi spécifier que dans le jour, on fait souvent des petites danses sur le pont, en attendant que les ponts ouvrent. Il faut mentionner que Benoît de VICTORIA’S SECRET est l’investigateur de cette nouvelle coutume dans notre flotille.

MER ET MONDE au coucher de soleil à Pungo River

C’est vraiment le fun de naviguer tous ensemble. Chacun a des tâches et des spécialistés que l’on se partagent. Je pense entre autres à Catherine, la Géo qui lit tout ce qui existe comme documentation, et qui a trouvé en Benoît de VICTORIA’S SECRET un navigateur avec qui échanger. Ce dernier a déjà fait l’intracostal un fois dans l’autre sens et ils partagent leurs informations. Moi, j’aime bien analyser la météo et la partager à tous. Toutes les femmes se font un plaisir à faire de la bouffe et discuter de recettes. On s’échange toutes sortes de services, d’informations, de logiciels sur les ordinateurs, de trucs, d’aide technique. C’est une belle flotille qu’on a là.

Technique-maison pour ouvrir des huîtres, c’est beaucoup de travail !

Souper de fruits de mer très frais à bord de MER ET MONDE II:              Patrick de MIGO salive devant son assiette !

encore réussit !

10 Nov 2007: Repos à Big Creek

South River, Big Creek, Mile178 (Caroline du Nord);

Averses,  10° C, Vents N-NO 25-30 noeuds.

Aujourd’hui, on est fatigué. Il fait froid et il pleut. On a juste envie de faire du « cocooning ». On a navigué trois jours et fait un bon 5 à 1h hier. On se lève à 10h30 AM. On ramasse le bateau de la soirée d’hier. MIGO nous prête son disque dur portable et nous nous amusons toute la journée à écouter de la musique. Catherine va prendre une douche chaude aux chandelles sur MIGO en fin de journée et on écoute un bon film en soirée.

11 Nov 2007: Nos premiers dauphins

South River, Big Creek, Mile178 – Beaufort, Taylor Creek, Mile 204 (Caroline du Nord);

26 milles nautiques;

Nuageux,  12° C, N 15-20 noeuds;

Départ à 10h00, Arrivée à 16h00, voile: 2h30 et moteur: 3h30;

Ancrage: N 34° 42.83, W 76° 39.79.

On se lève tard et reposé. On part vers les 10h00. Le vent et les moutons sur l’eau au loin sont encore présents, mais le vent a quand même diminué et la météo prévoit qu’il va encore faiblir au cours de l’après-midi. On part donc et le premier cinq milles se fait à voile. On fait même un bout au près, ce qui n’était pas arrivé depuis la Chasepeake. Ça fait du bien de gîter un peu et tous les équipages apprécient ce bout de voile. On fait la course dans ce temps-là et tous se sentent appelés et sont aux manoeuvres.

À l’approche de Beaufort, des dauphins viennent nous dire bonjour pour la première fois, mis à par dans l’océan atlantique à Cap May. Il y a aussi des pélicans en plus grande quantité. Tous les équipages sont émerveillés. Nous arrivons à Beaufort vers 16h00 et ça sent bon: ça sent la mer. Il y a des courants, de l’eau verdâtre et cristaline et il y a des clapotis. On se croirait à Tadoussac. On a 50 pieds d’eau sous la quille pendant un temps et cela fait tout drôle, car depuis Norfolk, on navigue dans 6 à 12 pieds d’eau.

On se met à l’ancre au travers des nombreux bâteaux, mais on commence à s’y faire et à savoir comment bien se positionner. On est ancré assez proche de MIGO pour se lancer une amarre et on s’amarre à eux jusqu’à la renverse de courant. Un américain observe notre manège et nous trouve un peu hurluberlu. Il vient s’assurer qu’on sait s’ancrer, il a peur à son bateau et on le rassure … Il y a du Internet, alors on se met à jour dans nos emails, notre position GPS du site web, etc… On soupe et on va prendre le dessert sur MIGO qui fait son célèbre « pouding chomeurs ». Comme on est tous des chomeurs en voyage, on trouve tous cela succulent et délicieux. On se couche là-dessus.

L’équipage de MIGO à Beaufort                                                                     Nos premiers dauphins nous disent bonjour !!!

Il y a beaucoup de bateaux de pêche à Beaufort

12 Nov 2007: Pièces et réparations à Beaufort

Beaufort, Taylor Creek, Mile 204 (Caroline du Nord);

Ensol. passages nuageaux,  18° C, Vents N 10-15 noeuds.

Aujourd’hui, c’est une journée de ravitaillement et de réparations. Catherine se fait offrir par VICTORIA’S SECRET d’aller à l’épicerie avec l’auto de la marina (ils ont pris un quai hier soir). Elle saute sur l’occasion et part pour quelques heures de magasinage avec eux.

Patrick de MIGO et moi avons chacun une pièce qu’il faut trouver une fois pour toute et on fait ensemble des téléphones et des recherches avec mon ordinateur et Skype dans mon bateau. On en profite aussi pour s’enregistrer dans l’état de la Caroline du Nord. MIGO a un anémomètre qui ne marche pas depuis le début du voyage et moi j’ai une courroie d’autopilote qui est brisée. On fait des pirouettes et de nombreux détours pour avoir chacun nos pièces.  MIGO apprend qu’il aura de gros frais $$$ si ce n’est pas l’anémomètre qui est défectueux. Il hésite. Je lui offre mon aide pour le tester davantage. Il ne fonctionne toujours pas après une heure de test. Patrick décide donc de tenter le tout pour le tout et commande un autre anémomètre. Il est sous garantie, donc pas de frais s’il est défectueux. Il l’aura demain. De mon côté, j’apprends que mon auto-pilote Navico est discontinué, que la compagnie a été achetée par Simrad… Et Simrad ne veut plus supporter ce modèle et ne fait plus de courroie… Patrick me donne l’excellente idée de regarder sur Ebay. Je vérifie et… BINGO !!! Un gars de l’Illinois en a quatre !!! Je lui en achète deux. Je demande au vendeur qu’il m’envoie cela le plus rapidement possible. Je lui explique ma situation et il m’envoie cela « overnight » par UPS. Ça fait presque un mois que j’arrête partout pour obtenir une courroie, et là, je suis bien content d’en avoir enfin trouvé une. Le truc Ebay est toujours à considérer même si on est en voyage. On peut se faire envoyer le stock dans une marina près de où l’on est et attendre notre colis. Vive la mobilité !!!

Dans l’après-midi, Catherine revient avec l’épicerie. On sert tout cela et je vais la reporter à terre pour le lavage avec deux grosses poches de linge. Je m’occupe ensuite de fouler le bateau en eau et en diesel et remplir tout mes cinq gallons sur le pont. Je fais plusieurs voyages en Zodiac pour remplir tout ça. Ensuite, je réussis à sortir la clé cassée de la serrure du moteur et remets tout cela en fonction avec une nouvelle clé. J’en profite pour étanchéifier le tableau de bord moteur au passage. En fin d’après-midi, je vais enfin prendre une bonne douche à la marina (j’étais dû…). Ça fait du bien et j’ai beaucoup de misère à fermer l’eau chaude. En revenant de la douche et en allant chercher Catherine au lavage, on croise MAYA X qui sont à quai et ils nous invitent à souper. On s’était toujours vu en groupe, mais là, on passe une soirée en tête-à-tête avec eux et on apprend à mieux les connaître. On passe une très belle soirée en leur compagnie et on mange un excellent souper.

Pêcheur au crépuscule sur un quai de Beaufort                                        MER ET MONDE II au mouillage de Beaufort

13 Nov 2007: Le fantôme de Barbe Noire

Beaufort, Taylor Creek, Mile 204 (Caroline du Nord);

Ensol. passages nuageaux,  20° C, Vents E 10-15 noeuds.

Ce matin, je surveille mon colis par Internet. Il est arrivé en Caroline du Nord ce matin à 8h15 AM. Ça sent très bon. Il va donc arriver aujourd’hui. Je vais à terre pour aller vérifier et la marina me dit que UPS passe ordinairement vers 12h-13h. Je vais en auto avec MAYA X au West Marine. Cela occupe la matinée. Catherine pendant ce temps se remet à jour dans ses Emails et fini un article pour les Escadrilles canadiennes de plaisance (ECP). Au retour, mon colis est arrivé !!! Je regarde les courroies dans l’enveloppe et ça semble être bien cela. Je retourne à toute allure en zodiac sur MER ET MONDE et je suis comme un petit fou. J’essaie la courroie et elle fait comme un gant, Youppi !!!. On retrouve donc notre 3 ième équipier « GASTON », notre auto-pilote. Il nous a beaucoup manqué …

En après-midi, on va visiter le musée de Barbe Noire qui est très intéressant. C’est ici à Beaufort qu’on a retrouvé en 1996 son navire, le QUEEN’S REVENGE à quelques milles en mer en face de Beaufort. Ce fameux pirate célèbre a semé la terreur et pillé des bateaux dans les années 1700 (selon ma mémoire, il a sombré vers 1718).

En revenant, la tentation de faire un souper tous ensemble naît et MIGO invite tous le monde pour un autre super bon repas de cari aux crevettes. On fini la soirée assez tôt car demain, on part de bonne heure. À 22 h, on est couché.


Sortie au musée de Barbe Noire : le North Carolina Maritime Museum

Catherine et Sofia de MIGO qui s’amusent avec leurs nouveaux paréos     Encore un repas en commune: ce soir c’est chez MIGO

14 Nov 2007: Le Camp Lejeune

Beaufort; Taylor Creek, Mile 204 à Mile Hammock Bay, Mile 244.5 (Caroline du nord)

45 milles nautiques;

Ensoleillé,  21° C, SW 15-20 noeuds;

Départ à 6h00, Arrivée à 14h30, moteur et un tout petit peu de voile-moteur;

Ancrage: N 34° 33.08, W 77° 19.53

On part de très bonne heure ce matin pour se faire aider par les courants de Beaufort. On voit le soleil se lever tout en navigant, ce qui est vraiment magique. On a l’impression d’être prévilégier de pouvoir être témoin de tous ces beaux levés de soleil. On oublie donc assez vite qu’on s’est levé tôt. On fait durant toute la journée un chenal peu profond qui nécessite une bonne surveillance du profondimètre. Notre pilote automatique va à merveille et on en est bien contents.

Durant notre navigation, on voit nos premières dunes de sable et on a bien le goût d’aller y marcher un peu, mais il faut avancer. On peut voir des palmiers sur les terrains de maisons luxueuses. On nous a dit qu’ils y ont été plantés, car ils ne poussent pas naturellement encore à cette latitude. Au passage, on voit un beau voilier deux mâts qui s’est échoué à un endroit où l’emplacement des bouées portait vraiment à confusion, mais quelqu’un est en train de l’aider. Aussi, MAYA X, qui est premier dans notre ligne de flottille aujourd’hui, se prend dans un filet de pêcheur qui est perpendiculaire au chenal de l’Intracostal avec le pêcheur tout à côté qui le regarde faire. On se demande bien pourquoi dans un chenal aussi étroit cette pratique est permise … On se met tous à l’ancre pour attendre MAYA X et Christian s’en tire sans besoin d’aide.

Nos premiers bancs de sable: Enfin !!! Un voilier échoué dans l’Intracostal avec en premier plan un pêcheur

qui mets ses filets en plein milieu du chemin

On arrive à la hauteur de notre ancrage qui est dans les limites d’une base militaire appelée Camp LeJeune. Les hélicoptères volent partout au-dessus de nos têtes et on entend les dénotations des exercices de tir. On se croirait dans un film. On est pas à l’aise à 100%, comme si on est pas vraiment bienvenue …

Des hélicoptères de l’armée tournent autour de nous sans arrêt: tout un spectacle !!!

Après l’ancrage, toute la flotille veut aller voir la mer en zodiac, car on est très proche. Mais on n’y parvient pas. On est à marée basse, il n’y a pas assez d’eau dans les canaux et certaines places sont à sec. On se met donc les pieds à l’eau les 12 et on tire les Zodiac pour avancer encore un peu. On se met à fouiller partout pour trouver des huîtres, des palourdes et des conques. On trouve aussi des petits crabes, des escargots et des genre de Bernard-l’Hermite. La vie sous-marine est vraiment riche ici. On réussit à remplir des chaudières de fruits de mer. Pour MER ET MONDE, on ne participe pas au souper ce soir, car nous allons rejoindre l’équipage d’OCÉANITE qui vient d’arriver à notre ancrage. On en profite pour faire un 5 à 7 avec eux et on a droit à une visite guidée de leur bâteau. Ça nous fait tout drôle d’être avec eux en personne ce soir, car ils nous ont fait tant rêvé en lisant leur site Internet de leurs deux premières saisons à voile aux Bahamas. Ils sont comme des mentors pour nous.

Cueillette de produits de la mer à Mile Hammock Bay à marée basse       Tous le monde y met la main à la pâte

On trouve de tout: huîtres, moules, conques, petits crabes, escargots, Bernard-l’Hermite, etc…

15 Nov 2007: Front froid, il vente et il fait froid …

Mile Hammock Bay, Mile 244.5 (Caroline du Nord);

Averses,  12° C, N 25-30 noeuds;

Ce matin, on se fait réveiller de bonne heure par Patrick de MIGO qui vient nous voir en Zodiac. Il fait super beau et il a « des fourmis dans la quille » comme il dit. On avait planifier de rester, car il annonce un front froid en après-midi. Il veut absolument partir, alors on réécoute la météo avec lui. Finalement, la flotille décide de rester, car ils annoncent toujours ce front froit avec des vents du nord de 25-30 noeuds. Le beau levé de soleil de ce matin est donc trompeur.

Je vais voir VICTORIA’S SECRET pour vérifier le fonctionnement de son chargeur de batterie en matinée.

Le temps ce gâte dans le milieu de l’avant-midi et le front froid nous tombe dessus vers midi. Quand on voit arriver le grain au loin, en moins d’une minute il se met à pleuvoir très fort et le vent vire drastiquement au nord. Je part le moteur au cas et le laisse au « idle ». Tous les bateaux tiennent le coup sur leur ancre car le fond est excellent ici. On sent vraiment la force de la nature dans ses moments-là.

Le front froid frappe : Éric part le moteur au cas car les vents

tournent au nord de 180 º en moins d’une minute …

Johana de MIGO avait une présentation orale à faire à toute la flotille pour son école, mais il vente trop et personne ne veut laisser leur bateau sans surveillance dans ces moments-là. Joana s’en tire donc à bon compte … On écrit et on met à jour notre site web.

16 Nov 2007: On est gelé gelé gelé

Mile Hammock Bay, Mile 244.5 – Carolina Beach, Mile 295.1 (Caroline du Nord)

44 milles nautiques;

Passage Nuageux,  5° C, NO 20-25 noeuds;

Départ à 7h00, Arrivée à 16h00, voile: 1h30 et moteur: 9h00;

Ancrage: N 34° 02.77, W 77° 53.39.

Il y a eu du gèle cette nuit et le pont est glacé. C’est la journée la plus froide du voyage à date. On s’emitouffle avec des multicouches, tuques, mitaines, capuchons, etc… On aurait jamais pensé avoir si froid en voyage. Catherine regrette encore son habit de neige … OCÉANITE voyage avec nous et la flotille aujourd’hui. Cela nous fait encore tout drôle. On voit durant la journée des pélicans, des palmiers et des dauphins en quantité industrielle. Le décore change de notre réalité habituelle de plus en plus.

Un bye bye de MER ET MONDE II !!!                                                                Catherine à la barre est bien emmitoufflée !

Le village de Carolina Beach à notre arrivée est très beau. Les maisons ont de belles couleurs pastelles. Nous n’avons pas le temps de visiter cet endroit malheureusement, mais ça a l’air de valoir le détour. On fait un 5 à 7 sur VICTORIA’S SECRET pour manger le reste des huîtres récoltées au mouillage précédent. Elles sont vraiment succulantes et tout le monde peut souper avec les restants tellement la récolte a été bonne. On se couche tôt et on s’endord avec nos multicouches et le bruit des vagues de la mer qui frappe la plage de Carolina beach tout près. Le chauffage au diésel ne marche toujours pas.

17 Nov 2007: Appareil photo capoute

Carolina Beach, Mile 295.1 (Caroline du Nord) – Little River; Calabash Creek, Mile 341.7  (Caroline du Sud)

41 milles nautiques;

Ensoleillé,  13° C, S 10-15 noeuds;

Départ à 6h00, Arrivée à 14h00, moteur: 8h00;

Ancrage: N 33° 52.35, W 78° 34.22.

Il y a eu gèle encore cette nuit. Catherine s’est réveillée très tôt ce matin (4h AM), gelée et captivée par le son des vagues qui se cassent sur la plage. On part très tôt pour avoir les courants avec nous le plus possible. Catherine avait fait sa navigation et tous ses calculs la veille, car les courants sont forts dans Cape Fear River et c’est un peu un casse-tête la navigation ici. Il est souvent difficile de vraiment prédire le sens et la force du courant à l’avance dans l’intracostal à cause des nombreuses inlets qui s’ouvrent sur l’océan. On a d’abord du brouillard durant 30 minutes dans le Snow Cut, le temps que le soleil nous balaye tout ça en se levant. Les équipages trouvent l’expérience spéciale, car le brouillard est vraiment très dense. On a un très beau levé de soleil. On file à tout allure avec le courant dans Cape Fear River et la journée se passe à merveille. Bravo à Kate pour tes calculs !!! On a un vent du sud enfin et cela nous amène un peu plus de chaleur.

Levé du soleil dans Cape Fear River avec MER ET MONDE II et les dauphins

Notre appareil photo bloque durant la journée. Et … impossible de le débloquer ! On ne peut plus prendre de photos …  Catherine capote, grince des dents, grafigne, mais ça change rien au fait qu’il n’y a plus d’appareil au numéro composé …  Un grand état de manque et de sevrage se crée à partir de ce moment-là. Elle devra emprunter quelques photos aux autres équipages …

Nos amis les pélicans, les oiseaux préférés de Catherine

Beau mouillage pour la soirée, mais peu profond. À marée basse, on ne peut pas sortir du mouillage. On fait nos calculs pour le lendemain et on devra sortir à 5h AM ou à 10h AM. On vote pour 5h AM. Non mais vraiment, c’est fou ce qu’un voyage comme ça peut nous faire faire …

5 à 7 sur MAYA X cette fois avec tous les équipages dont OCÉANITE qui rencontre pour la première fois nos amis.

18 Nov 2007: Arrivée à Georgetown et préparation de la sortie en mer

Little River; Calabash Creek, Mile 341.7 – Georgetown, Mile 403.0 (Caroline du Sud)

52 milles nautiques;

Ensoleillé,  15° C, S 10 noeuds;

Départ à 5h00, Arrivée à 16h00, moteur: 11h00;

Ancrage: N 33° 21.98, W 79° 17.10.

On se lève très très tôt ce matin. En se levant, on voit sept pieds sur notre profondimètre, ce qui veut dire très peu profond à la sortie du mouillage. On s’active donc vraiment vite et on se désancre rapidement. On sort les premiers du mouillage, car on a le plus grand tirant d’eau (six pieds). On voit du 5.1 pieds sur le profondimètre en sortant (vers 5.4 sur le profondimètre, on s’échoue d’habitude), alors on drague un peu le fond… C’était trèssss juste notre affaire. On navigue dans l’Intracostal à la noirceur pour la première fois … avec le projecteur un million de chandelles et les jumelles … On va d’une bouée à l’autre comme ça pendant environ une heure. MaxSea et les cartes sont là pour nous valider.

Levé de soleil dans l’Intracostal

On commence à voir de belles résidences très luxueuses. Vers le milieu de l’après-midi, le vent nous est plus favorable et on fait du « motor-sailor » à l’allure de près. MER ET MONDE II file à sa vitesse de coque pendant une bonne heure, soit 6.5 noeuds. Les autres équipages sont bien contents quand MER ET MONDE II va vite …

Pendant ce temps, Catherine fait de la bouffe durant la journée en prévision de notre sortie en mer. Toute la flotille prévoit une sortie en mer à partir de Georgetown. Il faut toujours avoir un ou deux repas froids de prêt d’avance au cas où ça brasserait trop pour faire la cuisine.

On arrive à Georgetown en fin d’après-midi.  On se remplit de diesel et d’eau avant d’aller s’ancrer. L’usine dans le fond de la baie défait carrément le paysage visuel, fait un vacarne de l’enfer et sent très mauvais. Il paraît que c’est une bonne place pour s’ancrer selon OCÉANITE, mais on décide de passer notre tour et on retourne s’ancrer plus près du centre-ville même si le fond est plus douteux. La ville semble être très charmante par contre.

Petit 5 à 7 sur MIGO. Catherine reste au bateau pour faire cuire des filets de porc et se coucher de bonne heure, mais sur MIGO, tout le monde est épuisé et aurait dû rester à leur bateau. On parle un peu de la possibilité d’une sortie en mer, mais c’est pas le temps de prendre des décisions quand on est fatigué, alors je m’en vais le premier pour retourner sur MER ET MONDE II. Catherine est déjà couchée à mon arrivée à 7h30 PM et je me couche moi aussi aussitôt après avoir vérifié un peu la météo et les e-mails par internet.

19-20-21 Nov 2007: 48 heures dans l’océan atlantique

Georgetown, Mile 403.0 (Caroline du Sud) – St-Augustine, San Sebastian River Mile 780.0 (Floride)

251 milles nautiques;

Ensoleillé,  SW 5 noeuds;

Départ à 16h30 le 18 Novembre, Arrivée à 14h30 le 20 novembre, moteur: 46h00;

Ancrage: N 29° 53.14, W 81° 19.26.

Ce matin, un dilemme s’impose. OCÉANITE propose de partir demain matin de bonne heure pour prendre la mer environ 24 heures au lieu de partir ce soir à 16h30 pour environ 48 heures. La flottille commence à donc à se diviser en deux. On étudie la navigation toute la matinée et on essaie de peser le pour et le contre. En après-midi, nous allons faire une petite épicerie en ville avec MAYA X. Au passage, on retrouve VICTORIA’S SECRET et on mange avec eux et MAYA X du McDo pour diner. Hmmm … du fast-food … On mange tout le temps au bateau, ce qui est très bien et bon pour notre santé, mais le désire de manger des bonnes frites remonte en nous aux deux semaines environ et ça devient presque une rage ! Après l’épicerie, on retrouve aussi MIGO sur notre chemin.

La flotille fait une sortie à Georgetown: regardez les beaux arbres !     L’équipage de MIGO à Georgetown

Joana de MIGO n’a pas peur des alligators …

Après le retour au bateau pour déballer l’épicerie, il y a une réunion des barreurs sur VICTORIA’S SECRET. Notre décision du matin était plus de partir demain matin avec OCÉANITE et MAYA X. MIGO et VICTORIA’S SECRET sont partant eux pour 16h30 ce soir. On reprend la météo et les données de navigation tous ensemble et les deux scénarios sont aussi bons l’un que l’autre. On décide finalement de partir avec MIGO et VICTORIA’S SECRET ce soir puisque la fenêtre météo est excellente et sécuritaire pour au-delà de 48 heures. … Et c’est dans 30 minutes … Go Go Go MER ET MONDE II doit se virer de bord !!! OCÉANITE et MAYA X gardent leur plan de départ.

Le bateau et l’équipage de MER ET MONDE sont prêts en moins de deux pour prendre la mer et on réussit à lever l’ancre à l’heure prévue.  Il reste pour Catherine à entrer les « waypoints » dans notre logiciel de MaxSea à l’ordinateur, ce qu’on fera en route. On a des papillons dans le ventre et l’adrénaline monte. On se prend chacun une Bonamine pour gérer le mal de mer.

Un petit oiseau vient nous souhaiter bon voyage MER ET MONDE !!!

La fin d’après-midi est magnifique, la météo est belle, la mer est belle … On commence à descendre vers l’inlet qui nous mène à la sortie en mer. Nous avons environ trois heures à faire pour y parvenir. La noirceur commence dès la fin de la première heure. Le courant nous aide durant toute cette portion de notre route. Arrivés en mer, nous sentons une petite houle très longue. C’est le bonheur de retrouver à nouveau la mer et cette impression d’immensité. La lune est pleine et nous éclaire comme une lampe halogène. Le pont du bateau est blanc fluorescent tellement la lune est forte. On voit les deux autres bateaux à l’oeil nu tellement la nuit est éclairée. La lune se couche vers 2h AM. La nuit est par la suite d’un noir d’ancre qui laisse place à un ciel étoilé des plus magnifique. On doit maintenant naviguer avec MaxSea et le radar puisque l’on ne voit plus rien autour de nous. On garde une distance raisonnable entre nous (environ 1 mile nautique). On décide avec les autres équipages du nom officiel de notre flotille: la flottille des Mini-Wheats !!! Définition: côté givré = on a du fun, on ne se prend pas au sérieux, on fait des 5 à 7 à répétitions, etc … ; et côté blé: la navigation, c’est du sérieux !!!, on planifie méticuleusement tout nos déplacements, on se challenge et on se vérifie entre nous, et on navigue bien sûr avec intelligence …

Coucher de soleil magnifique sur l’océan …                                               … Comme c’est beau !!!

Les quarts de travail commencent vers 20h le premier soir. Un va se reposer tandis que l’autre devient totalement responsable du bateau et prend en charge la navigation dans tous ces aspects. Celui qui reste éveillé se garde en contact régulièrement avec les autres bateaux à la VHF afin de tenir le coup. À chaque fois que quelqu’un change de quart, il prend la radio pour saluer les autres. Nos quarts de veille ne sont pas céduler de façon rigide et on laisse celui qui dort se réveiller tout seul et venir prendre la relève à moins que l’autre ne soit plus capable de se tenir éveillé. Cela donne aux alentours de trois heures de quart. On avait vidé la pince avant du bateau avant de partir pour ce trajet en mer afin de pouvoir avoir un air de repos avec une porte fermée. Les quarts de repos se font donc plus facilement et laisse toute la place à celui qui veille de circuler, se faire à manger, parler à la VHF et surveiller les instruments de navigation sans avoir peur de réveiller l’autre. Nous continuerons à faire ces quarts de travail jusqu’à notre arrivée à terre pour continuer de cumuler le plus de repos et de sommeil possible. Au cours du premier 24h, je réussis à cumuler environ 7h de sommeil en tout et pour Catherine, seulement 3h. Catherine a encore de la difficulté à s’assoupir durant une navigation océanique. Elle est très excitée par les passages en mer et l’adrénaline l’empêche un peu de dormir. Il faut dire que le moteur fonctionne constamment et que cela fait un bruit irritant à la longue … Durant le premiers 24 h, il faut aussi gérer le mal de mer. Même si la houle de mer n’est pas très forte, il faut s’amariner tout de même aux nouveaux mouvements du bateau. Autant un que l’autre, on doit manger très régulièrement pour éviter d’être malade. Vive les petit plats de Catherine fait à l’avance !!!

Les levés de soleil sont aussi absolument magnifiques. Quelle chance on a de voir ça !!!  Chacun, on a pu voir à tour de rôle durant le 48 heures un coucher et un levé de soleil, et même chose pour la lune.

MER ET MONDE II observe le levé du jour en mer …                                    … À 50 miles nautiques au large de la Floride …

Paysage de rêve derrière VICTORIA’S SECRET à l’aube

Le vent est peu de la partie durant notre trajet en mer. De plus, on l’a souvent dans le nez puisque c’est un vent du sud. Les voiles ne peuvent donc aider beaucoup. Notre grand-voile est cependant ouverte tout au long du trajet. On la fait travailler tout le temps et ce, même un peu à contre, car elle stabilise le bateau dans la houle elle nous berce.

Côté moteur, je mets à tous les 12 heures un 5 gallon de diesel. En pleine nuit après le premier 12 heures, l’alarme du moteur de MER ET MONDE ce met à crier alors que c’est Catherine qui est à la barre. Elle éteint le moteur rapidement et me réveille. Toute la flotille retient son souffle … C’est un problème que je connais déjà heureusement !!! Le prestone sort de l’échangeur de chaleur et va dans le réservoir de rétention. Le moteur ne pompe pas tout seul ce qu’il a besoin de prestone comme il se doit. Avant chaque départ, je dois prendre une poire à jus et re-transférer le prestone manquant. On fait ainsi sans problème toute une journée. Par contre, là c’est 48 heures en ligne, alors, je n’ai pas pensé à ce petit détail …. Le problème est réglé en moins de cinq minutes. On repart le moteur et la flottille recommence à respirer. Au petit matin, Patrick de MIGO tombe dans mon quart de veille et me demande plus de détails sur mon problème. Il me dit que j’ai un problème de gasket de tête de moteur et qu’il faut réparer ça et le faire aussitôt qu’on a une chance. Je continue durant ce bout en mer d’arrêter le moteur aux 12 heures pour re-transférer le prestone et le moteur va bien tout le long par la suite.

MER ET MONDE et VICTORIA’S SECRET font la course …

Catherine et moi se sentons de plus en plus ammariné et plus à l’aise à vivre sur et dans le bateau pendant qu’il roule. Le mal de mer s’estompe, ce qui est bon signe. La matinée de la deuxième journée se passe avec tellement d’action et de stimuli qu’on ne peut pas dormir personne. C’est pas grave Catherine et moi avons mieux dormi la deuxième nuit. Il fait chaud et on est en t-shirt dès le matin (ça change des tuques-mitaines). Ça commence avec un levé de soleil complètement époustouflant. On réalise que l’on navigue depuis un petit bout à environ 50 miles nautiques au large des côtes de la Géorgie et un frisson nous passe dans le dos. On ne voit que de l’eau sur 360º et il faudrait rouler durant 10 heures vers la côte pour la rejoindre d’ici …

Ensuite, c’est la pêche qui commence. Je laisse sortir ma ligne, j’attache ma canne à pêche avec une amarre et tout suite, mon moulinet déroule. J’ai un poisson déjà !!! Il tire tellement que je ne peux ramener ma ligne. Je ramène un pouce par un pouce de ligne à la fois et je « rush » pendant de très longues minutes. Je diminue la vitesse du bateau au minimum et les autres bateaux s’approchent.  Ils me voit me battre avec le poisson et on a tous hâte de voir le mastodonte au bout de ma ligne. Catherine arrive à le monter à bord non sans peine avec une puisette puisqu’il n’arrête pas de ce débattre. Et bien, c’est un thon de 24  pouces, ou Little Tuna en anglais !!! Pourquoi était-il si rushant ? C’est que l’hameçon l’a agrippé par le côté. On est énormément content d’avoir prit un beau thon, car c’est très bon. Catherine le vide et le met au frigo. Ensuite, je prête ma canne à pêche à VICTORIA’S SECRET et c’est leur tour ensuite de prendre un thon de 24 pouces eux aussi !!! La bataille pour le sortir est plus facile puisque l’hameçon est dans la gueule du thon.

La pêche a été bonne pour MER ET MONDE II : Un beau thon !!!                Bravo à Éric et Catherine !!!

Et les stimuli ne sont pas fini. L’eau est superbe et transparente, d’un bleu marine difficile à décrire. Elle est très cristalline et on voit à environ 15 pieds de profond dans l’eau.  Au début de l’après-midi, on a deux dauphins à l’étrave qui suivent notre bateau. Je suis tellement impressionné et fou de joie que je crie comme un fou à Catherine de venir voir et je leur fait peur. Catherine a eu tout juste le temps de les apercevoir … La prochaine fois, je me contiendrai plus. Ensuite, c’est au tour des tortues de mer. On pense qu’il y a des objets bizarres dans l’eau, et en s’approchant, on voit que c’est des grosses tortues de mer. On ne peut trop les approcher, car elles sont peureuses et plongent. On voit aussi une grosse grosse raie passer sur notre tribord.

Cela nous amène vers la mi-journée. Il fait hyper beau, la mer est au calme plat et on commence à être à portée de vue de notre destination, ce qui nous met dans un état très relaxe. On sent déjà l’accomplissement nous envahir, quant tout d’un coup …… On reçoit un appel radio: « Bonjour, ici Jack Sparrow du bateau-pirate la PERLE NOIRE (du film: Pirates des Caraïbes). Veuillez arrêter votre bateau et vous préparer à vous faire aborder ». MER ET MONDE réplique: « Il n’en est pas question, nous répondrons par la bouche de nos canons !!! » C’est MIGO qui s’en vient à toute allure derrière nous avec, on pense, de mauvaises intentions … Je regarde avec les jumelles et tous l’équipage est dans le cockpit. Je dis à Catherine de se préparer, car je crois qu’on va se faire « poivrer ». Je lui demande de sortir les tomates cerises qui sont prêtes pour être lancées … On s’installe dans le cockpit comme si de rien n’était. Ils approchent … Arrivés sur notre travers, ils se mettent à nous lancer de l’eau avec leurs fusils à l’eau. On réplique aussitôt avec nos tomates. Ça dégénère car ils sortent des oeufs et nous en tirent deux ou trois. Catherine n’en revient tout simplement pas, mais pas question de se laisser faire comme ça ! Elle va chercher sa douzaine d’oeufs au complet et s’en suit une bataille des plus dégelasse … On a plus d’oeufs qu’eux, alors ils battent en retraite et prennent une distance. On essait de retrouver nos esprits. On est d’accord avec MIGO que c’est pas juste que VICTORIA’S SECRET soit intact. MIGO propose de tendre un piège. Je propose le piège. On les appelle à la VHF en disant que Patrick a eu un poison et s’il pouvaient venir prendre des photos, cela serait super … VICTORIA’S SECRET vire de bord et se pointe carrément entre nos deux bateaux. Pris au piège, ils reçoivent des tomates, de l’eau et des oeufs et ne comprennent pas trop ce qui se passe. On leur explique et ils répliquent eux aussi avec des oeufs et des tomates .. Malheureusement pour VICTORIA’S SECRET, ils ont des écoutilles d’ouvertes et des oeufs se répendent à l’intérieur de leur bateau. S’en suit un nettoyage vraiment moins drôle de chacun de nos bateaux. Pour les oeufs, quand il fait soleil, ça cuit instantanément sur le pont et ce n’est pas nettoyable. Finalement, à ne pas faire …

Bataille d’oeufs en mer : la flotille des Mini-Weats est virée sur le top … Quel dégât !!! …

En fin de journée, c’est l’entrée dans l’inlet de St-Augustine en Floride qui ce passe très bien. Petite sieste en arrivant. Voilà ! C’était notre deux jours sur l’océan atlantique qui est le plus long trajet de navigation qu’on a fait à date (251 miles nautiques de parcourus, pas croyable !). Vraiment paradisiaque et très belle expérience pour Catherine et moi.

22 Nov 2007: MIGO touche terre en FLORIDE … au 45º …

St-Augustine, San Sebastian River Mile 780.0 (Floride):

Pluie, 18 Cº  NE 5-10 noeuds;

On se lève tranquillement pas vite en prenant un bon café. On est à St-Augustine en Floride, alors qu’on était en Caroline du Sud hier … Pas croyable!!! Ici, ça dépayse et il fait franchement plus chaud, c’est comme coupé au couteau. De vrais palmiers partout aussi …

On reçoit un appel de MIGO en matinée sur la VHF en nous demandant si on trouve que leur bateau gîte un peu. Leur 2 ième ancre semble avoir lâchée durant la nuit parce que pris dans un pneu et leur profondimètre indique que MIGO touche le fond.Je sors et va les voir avec mon dinghy. Ils essaient de se déprendre avec leur moteur et ils sont vraiment bien pris. On vérifie la marée et elle descendra encore de 5 pieds !!! AYOYE, ça va pas bien là … On fait plusieurs tentatives de toutes sortes et rien à faire. MIGO annonce qu’ils vont s’échouer pratiquement à sec à marée basse et qu’ils se feront à l’idée.

Échouement de MIGO à marée basse, on retient tous notre souffle !!!

Puisqu’il gîte au 45º, MIGO n’est plus habitable pour la famille et le chien encore moins. Ils ferment toutes les écoutilles et les passes-coques solidement et arrime tout pour la gîte. Nous hébergeons pour la journée la famille de MIGO et Flicka sur MER ET MONDE et passons la journée à surveiller l’échouage de MIGO de près pour que tout aille bien. Pour les distraire, Catherine fait du croustillant aux pommes avec les enfants pour sucrer le bec de tout ce beau monde et on dine aux hot-dogs. Régulièrement, Patrick et moi allons voir MIGO. Beaucoup d’émotions dans l’air et les photos en disent long … Vers 16h30, le bateau se remis à flotter et tout rentre dans l’ordre chez MIGO. Ils changent par contre d’ancrage puisqu’ils n’ont plus confiance en ce site. MER ET MONDE et VICTORIA’S SECRET avons de notre côté un bon ancrage et mon dicton dans ces cas-là est : « Tu touches pas à un bon ancrage quand il a tenu 24h avec marées et courants ». MIGO s’en va donc tout seul de l’autre côté de la ville de St-Augustine plus près de l’inlet de la mer.

Les membres de l’équipage de MIGO réussissent tout de même à garder leur beau sourire !

On avait prévu un souper pour tout le monde sur MER ET MONDE afin de partager les thons pêchés en mer avec un jeux durant le souper, mais on remet cela sans problème à plus tard. VICTORIA’S SECRET nous invite plutôt à souper sur leur bateau. Ce souper est très spécial, car on a toujours côtoyé VICTORIA’S SECRET dans des 5 à 7 ou en souper de groupe. C’est la première fois ce soir qu’on est seul avec leur famille. Nous apprenons à se connaître plus en profondeur et on apprécie ce moment avec eux. Le rapprochement ce fait tout de suite sentir.

23 Nov 2007: Visite de St-Augustine

St-Augustine, San Sebastian River Mile 780.0 (Floride);

Ensoleillé, pass. nuageux, 18 Cº SE 10-15 noeuds.

On se lève très tranquillement ce matin aussi. On peut ralentir le rythme quand on est à l’ancre au même endroit pour quelques jours. On prend cela relaxe ce matin et on écrit sur notre site internet.

On se rend en ville en milieu d’après-midi avec VICTORIA’S SECRET. On rejoint l’équipage de MIGO là-bas. On arrive vraiment trop tard car on découvre que c’est une ville sublime et absolument incroyable.  On visite trop peu cette ville qui est la plus vieille ville des États-Unis pour avoir été la première ville à être implantée au début de la colonisation. L’ambiance est très espagnole et on y sent une culture autre. Le saut dans le passé est incroyable. La fin de la journée arrive trop vite à notre goût et tout le monde veut faire le souper de thons. On retourne vers nos bateaux en se disant que demain, on revient dans cette incroyable belle ville. MIGO de son côté vont à leur bateau avant de venir souper avec nous et y découvre de forts vents, courants et des bateaux autour d’eux qui semblent chasser sur leur ancre. Ils nous annoncent qu’ils ne veulent pas laisser leur bateau. On comprend et approuve leur décision de mettre leur bateau en priorité, car on aurait fait la même chose. On reporte donc à une autre fois le souper. Les enfants sont très déçus, car ils ont très hâte de faire le jeu qui va avec le souper.

Le centre-ville de St-Augustine avec ses beaux bâtiments de style espagnole, c’est une ville très romantique …

Les jardins sont de toute beauté !                                                              Les belles petites rues avec ses boutiques, un coup de coeur pour

Catherine bien sûr !

On planifie après souper une soirée-cinéma sur MER ET MONDE avec VICTORIA’S SECRET et du chocolat acheté à une super chocolaterie de St-Augustine. Il y a aussi des chips et du pop-corn pour agrémenter la soirée avec le film Le dernier Samouraï avec Tom Cruise, film choisi par vote. Très belle soirée. Catherine et Nancy dorment vers la fin du film pour être fidèles à leur habitude.

24 Nov 2007: St-Augustine encore, encore !

St-Augustine, San Sebastian River Mile 780.0 (Floride);

Ensoleillé, 24,  S 10-15 noeuds.

MIGO a le goût de partir aujourd’hui et de laisser derrière eux cette ville qui leur rappelle leur échouage. Nous, on propose de descendre en ville en début d’après-midi, d’aller marcher dans les petites rues pleines de boutiques et de bistros, et surtout, de dîner dans un petit bistro bière-nachos mexicain-chansonnier. Ils mordent tous à l’hameçon et on passe une après-midi magnifique dans la ville de St-Augustine. Il faut abolument voir cette ville lors d’une visite de la côte est des États-Unis. Pour nous, c’est un coup de coeur avec la ville de New-York. Les cours arrières des maisonnettes dans les petites rues pleines de boutiques sont remplies de surprises et de merveilles. Il y a des beaux jardins et des objets de décoration partout. On y voit en autres la plus vieille école d’Amérique faite en bois. On a beaucoup, beaucoup, beaucoup apprécié cette ville.

Notre bière-nacho-chansonnier sur une terrasse de bistro typique !     Et oui, c’est Noël aussi bientôt ici !

Les amoureux, amoureux de cette ville                                                       La première école des États-Unis en bois !

Les cours arrières des boutiques sont uniques avec leurs jardins …       … on se croirait à une autre époque !

D’autres exemples de jardins …                                                                   … on peut y apercevoir nos premiers orangers !

On convient que c’est trop compliqué de souper ensemble toute la flottille quand on est dans deux mouillages différents. On fera le souper-jeu au thon au prochain mouillage. On se donne rendez-vous pour un départ demain matin 7h AM.

25 Nov 2007: Souper « mélangé »

St-Augustine, San Sebastian River Mile 780.0 (Floride) – Daytona Beach, Mile 831.4 (Floride);

45 milles nautiques;

Ensoleillé, 24,  S 10-15 noeuds;

Départ à 7h00, Arrivée à 16h00, moteur: 9h00;

Ancrage: N 29° 13.62, W 81° 01.19.

J’ai oublié de mettre le cadran hier, et ce matin, on se lève très en retard sur l’horaire. Première fois qu’on doit lever deux ancres avant de partir, ce qui est un peu un casse-tête. On doit d’abord faire le plein dans une marina avant de partir vers notre prochaine destination et les forts contre-courants nous font arriver au quai de service à 8h AM au lieu de 7h AM, donc une heure en retard. C’est pas si grave, on a assez de temps pour réussir à se rendre avant la fin de la journée à Daytona Beach. On remplit donc nos réservoirs d’eau et de diesel.

Jonhatan de MIGO prête sa petite caméra numérique NIKON à Catherine en attendant que la sienne soit réparée. Catherine est aux anges … elle souffrait énormément ….

Il y a de gros cactus ici, touche pas Kate !!!

On est bien content de naviguer en Floride. En passant par l’Intracostal, on voit du pays un peu et c’est très différent de ce que l’on a vu jusqu’à date. On arrive à Daytona en fin de journée. On met l’ancre et MER ET MONDE se prépare tout de suite pour le souper au thon qu’on remet depuis trois jours. On reçoit VICTORIA’S SECRET et MIGO sur MER ET MONDE et les enfants sont très excités. On mange le souper de façon spéciale. Catherine a organisé un jeu qui consiste en un « souper mélangé. » Il y a cinq services, et à chaque service, il faut que chacun pige dans trois enveloppes qui contiennent respectivement un choix de plat, un ustensil et un accessoire. Un pige le dessert en commençant qu’iol doit manger avec une tasse à mesurer et un cure-dent, un autre mange le poisson avec un pilon à patate et du ketchup, un autre doit boire sa soupe à même le bol puisqu’il a pigé une fourchette comme ustensil etc. etc. etc. C’est assez sportif à faire comme souper pour les hôtes, mais vraiment très drôle.  Une autre bonne soirée en flottille qui finit tout beurrée.

Pas facile de manger avec un fouet hein Éric !                Les enfants s’amusent bien … et les adultes aussi !

26 Nov 2007: Opération réparation caméra NIKON D100

Daytona Beach, Mile 831.4 (Floride);

Ensoleillé avec pass. nuageux, 26,  S 10-15 noeuds.

Ce matin, nous avons une mission d’importance capitale : la réparation de la caméra NIKON D100 de Catherine. Merveilleux: on a la chance de passer tout près en bateau d’un réparateur Nikon à Daytona !!! Et j’insiste sur le mot réparateur, car des dealers Nikon, il y en a plein, mais des réparateurs, c’est très rare (quant on est à pied, les distances prennent un tout autre sens…). On se rend donc à pied à leur magasin et ils inspectent rapidement notre caméra pour nous dire qu’elle semble vraiment mal en point et qu’ils ne pourront pas faire un coup vite. Ils estiment que ça va nous coûter environ 300$, mais qu’ils vont nous faire un nettoyage et un entretien complet en plus de réparer les pièces défectueuses. L’appareil, qui est surutilisé dans des conditions non idéales (pluie, eau salée, sable, etc…), en a bien besoin. On grince un peu des dents, mais on leur laisse donc notre camera en pensant qu’elle valait tout de même plus de 2000$ en 2004 … On espère le revoir un jour … On doit absolument poursuivre notre route car on ne peut attendre une semaine et ce n’est pas évident de se faire livrer des colis lorsqu’on voyage en bateau.

Enfin, on revient au bateau et on propose l’idée au reste de la flottille d’aller à la plage de Daytona Beach après diner. On y passe l’après-midi à se promener sur la plage, à jouer au volley-ball, à magasiner dans les petites boutiques et consommer une bière-frite. C’est une des premières fois que l’on profite d’une plage avec vue sur l’océan et c’est agréable. Nous ne voulons par contre pas nous attarder ici car on ne trouve pas vraiment que c’est une belle ville: un peu trop kétaine-typique-américain à notre goût. De retour au bateau pour le souper.

Tout le monde à la plage de Daytona Beach !                                            Une vue magnifique de la plage de Daytona Beach !

Quelques clichés sur la plage de MER ET MONDE et MIGO, n’est-ce pas romantique !

Les filles cherchent des coquillages                                                           Le fauteuil de Jonathan (MIGO)

Catherine sous les palmiers                                              Les attractions de Daytona Beach

Ça, c’est typiquement kétaine-américain HI ! HI !

27 Nov 2007: Petit échouage à l’aube

Daytona Beach, Mile 831.4 – Titusville, Mile 878.1 (Floride);

45 milles nautiques;

Ensoleillé avec pass. nuageux, 26,  S 10-15 noeuds;

Départ à 7h00, Arrivée à 16h00, moteur: 9h00;

Ancrage: N 28° 37.43, W 80° 48.26.

Catherine me réveille à 6h du matin. Elle vient d’aller au toilette et a remarqué que le bateau ne flotte plus: il est échoué ! Elle a vérifié les tables de marées et la marée descend encore alors il faut se bouger au plus vite. Je sors dehors et on est déjà gîté de quelques degrés. Je pars le moteur et rien ne bouge. C’est la première fois qu’on s’échoue et que je ne suis pas capable de déprendre la quille avec ma super hélice. Je vire le safran de chaque côté et il vire de quelques pouces seulement. Je continue pour réussir à mettre le bateau à 180º par rapport à l’ancre. Ainsi, en mettant l’ancre sur notre travers bâbord avec la drisse de grand-voile et un peu d’huile à bras avec une winch, je réussis à faire gîter le bateau de 10º et ainsi on réussit à se déprendre. On réalise qu’on s’est échoué sur un petit monticule de sable isolé dans notre rayon d’ancrage et qu’il y a de l’eau partout autour encore … Les deux autres équipages se réveillent à 7h AM et on est en train de faire des ronds déjà en les attendant. Ils se demandent bien pourquoi on est déjà prêt….

Ensuite, on décide de se rendre à Titusville aujourd’hui. C’est là qu’on veut faire le ravitaillement avant notre traversée aux Bahamas: la gosse épicerie quoi !!!

28 Nov 2007: La grosse épicerie !

Titusville, Mile 878.1 (Floride);

Ensoleillé avec pass. nuageux, 26 Cº.

Ce matin, je me lève avec comme première mission de trouver mes pièces pour le changement du gasket de tête de mon moteur. On débarque les trois capitaines Mini-Weats pour des commissions le matin. À midi, on loue une auto qui nous servira pour pour nos commissions et pour aller à Orlando pour les deux prochains jours. Au dîner, les gars passent devant le Burger King et on se gave d’un double Wooper. Les filles apprennent cela par la suite et nous envient beaucoup. Les capitaines en profitent pour aller à Cocoa qui est à 30 minutes de voiture pour aller chercher les pièces du moteur que j’avais au préalable réservées par téléphone à Daytona Beach.

Pendant qu’on est à Cocoa, les filles s’organisent de leur côté et vont au Save-a-Lot de Titusville. C’est l’épicerie la moins chère qu’on a croisé jusqu’à date et les filles en reviennent pas: les conserves sont à 30-50¢ chacune, les sacs de chips à 1$, etc… Elles réussisent à faire une bonne partie de leurs épiceries là-bas. Lorsque les capitaines reviennent de Cocoa Beach vers 15havec l’auto, il y a sept paniers d’épicerie à charger dans la vanne pour les trois équipages !!! On a jamais vu autant d’épicerie d’un coup et je manque de m’évanouir tellement il y a de la bouffe … On doit faire quelques voyages en dinghy pour aller porter toutes ces denrées au bateau et le dinghy est tellement chargé à chaque fois que les boudins sont presque recouverts d’eau … Catherine quant à elle attend le stock sur MER ET MONDE pour le décharger, stock qui arrive pas mal mouillé … On devait surement être beau à regarder aller !!!

La plus grosse épicerie de notre vie ! …                                                      … Il y en a partout !

Par la suite, on ne sait pas trop où classer tout ça dans le bateau, d’autant plus que les boites de cartons sont toutes détrempées. On a aussi besoin de préparer nos bagages pour nos deux jours à Orlando, alors on décide de tout mettre l’épicerie sur notre lit arrière à sécher. On prépare notre valise pour demain et le bateau pour le laisser à l’ancre deux jours sans surveillance. Je mets une deuxième ancre, on rentre en dedans tout ce qui traîne, on barre le zodiac et les « jerricans » sur le pont. On couche les deux dans le carré pour la nuit et ça ronfle fort …

Bon, on met ça où maintenant ?                                                                    Tout est à sécher avant …

29 Nov 2007: Universal Studios

Orlando (Floride);

Ensoleillé avec pass. nuageux, 26 Cº.

Ce matin, c’est spécial. On sent « qu’on part en voyage ». C’est bizarre de dire ça, car on est en voyage déjà, mais ça fait drôle de laisser le bateau et d’aller coucher dans un hôtel de luxe. On est un peu nerveux de laisser MER ET MONDE tout seul durant deux jours. MINIGO vient nous chercher pour nous permettre de laisser DEMIE-PORTION sur notre bossoir. Il faut que je vous explique qu’on a tous baptisé nos zodiac/dinghy. Pour MER ET MONDE, c’est DEMIE-PORTION, pour MIGO, c’est MINIGO, et pour VICTORIA’S SECRET, c’est VICKY. Ça facilite les communications …

Donc, on se divise en deux groupes dans deux voitures louées à 7h45 AM. On va déjeuner ensuite au resto toute la flottille des MINI-WHEATS à 8h AM. On mange tous « comme des cochons » un déjeuner comme on n’en a pas fait depuis le début du voyage. La bedaine pleine, on se rend à Orlando ensuite et on arrive à Universal Orlando Resort vers les 10 AM. Finalement, MER ET MONDE n’ira pas à Disney World pour cette fois-ci, car le reste du groupe y a déjà été, alors on suit le groupe.

Un bon gros déjeuner pour les MINI-WEATS

Pour aujourd’hui, on fait tout le parc de Universal Studios. Les attractions sont absolument incroyables, car agrémentées d’effets spéciaux 3D audio-visuo-sensitifs absolument capotés. On retourne plusieurs fois dans le manège « The revenge of the Mummy » qui est le préféré de la plupart.

Éric à hâte de commencer la journée !                                   Les amoureux à l’entrée de Universal Studios

WOW, un gigantesque arbre de Noël !                                                         Une petite pause pour les gars

Catherine ce fait attaquer par JAWS …                                … Tandis que d’autres ont subi La Tornade …

L’activité préférée de la plupart d’entres nous aujourd’hui : The Mummy …

Après la journée, on se dirige à notre hôtel. On a loué une suite pour les 10 personnes. On capote sur la suite, c’est un appartement avec toutes les commodités qu’il faut pour y séjourner. Ensuite près de l’hôtel, les gars magasinent pour un disque dur externe à rabais, tandis que les filles magasinent dans un entrepôt où l’on peut trouver de nombreux accessoires de Disney World à bas prix. On fait bien sûr quelques achats dont un disque dur externe. On se fait par la suite un souper commun puis on va à la piscine-spa de l’hôtel jusqu’à 11h PM. On a du internet avec la suite alors et je me couche vers les 2h30 AM avec Patrick de MIGO tandis que les enfants écoutent avec nous les Têtes-à-Claques. Catherine ronfle depuis minuit à poings fermés.

30 Nov 2007: Island of Adventures

Orlando (Floride);

Nuageux et averses, 21 Cº.

On se lève, on déjeune et je vais retourner le disque dur USB que j’ai acheté la veille, car il ne fonctionne pas. Le marchant me l’échange pour un autre qui marche, après négociation.

Un autre beau déjeuner des MINI-WEATS dans une superbe suite !

On se rend ensuite au parc d’Island of Adventures pour toute la journée dans des manèges les plus fous les uns que les autres. Ce parc est un peu plus « mouillant », dans le sens où plusieurs manèges sont comme Le village des sports à Québec. Une chance qu’il fait relativement chaud, mais il pleut par moment. On grelotte donc un peu après certains manèges où l’on sort complètement trempés (surtout celui de Popeye et Olive). Catherine s’amuse comme une petite folle et s’étourdie dans montagnes russes avec les autres filles toute la journée, mais les gars sont pas mal moins braves aujourd’hui, bizarre … Le manège préféré de la journée pour la majorité du groupe est sans contredit: L’Incroyable Hulk. Catherine en a fait des manèges dans sa jeunesse, mais jamais aussi « hot » que celui-là.

À l’entrée de Island of adventure …                                          … Tout le monde est fébrile encore !

Le fameux Hulk, l’attraction de la journée !                                                Le sourire des filles en disent long sur leur appréciation à la sortie

de Hulk !

Un autre manège tout à fait délirant …                                Popeye le marin et sa Olive! (Ça, c’est pour Tante Henriette)

Le parc Jurassic …                                                                  … et sa superbe salle à manger !

Des tonnes de bonbons pour finir la journée: Sofia de MIGO en est très contente !

On fini notre journée au parc vers 16h avec un bon mal de tête. Les MINI-WEATS redeviennent sérieux et on se met à chercher le Club Price d’Orlando. On est dans le stationnement vers 18h30 et on en ressort vers 20h. On mange à la va-vite un hot-dog acheté au Club Price pour se couper la faim un peu. Le problème ensuite est d’entrer les trois gros paniers achetés dans la vanne en plus des six personnes dedans. À la fin, il ne reste plus un pouce carré de libre et même des boites de céréales tiennent dans un équilibre précaire entre un appui-tête de banc et le plafond. La suspension de l’auto est à son plus bas …

Encore une fois, on remplie la vanette à ras bord …                                  … Et ce n’est pas un jeu de mot HI! HI !

On arrive à Titusville vers 22h PM. On n’a plus la force de transporter le stock, alors laisse tout dans la vannette. Tous les bateaux sont sains et saufs et on est bien content. C’était toute une barrière difficile: laisser nos bateaux seuls à l’ancre durant deux jours avec personne pour surveiller. C’est une première expérience !

Commentaires fermés sur Novembre 2007 :, plus...

Articles par catégories

Calendrier des articles

décembre 2019
D L M M J V S
« Nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031