12-Decembre 2007

Jounaux de bord 2007

par le 31 Déc, 2007, catégorie 12-Decembre 2007

Journal de bord du voyage aux Bahamas 2007-2008

Objectif Sud: Préparatifs du voyage de 2006 jusqu’à juillet 2007

Août 2007 :   De La Baie (Saguenay/Lac St-Jean) à St-Jean-sur-Richelieu (Montérégie)

Sept 2007:     De St-Jean-sur-Richelieu (Montérégie) à New York City (New York)

Oct 2007:       De New York City (New York) à Hampton (Virginie)                                                             

Nov 2007:      De Hampton (Virginie) à Titusville (Floride)                                                                   

Déc 2007:      De Titusville (Floride) à Norman’s Cay (Exumas, Bahamas)

Commentaires fermés sur Jounaux de bord 2007 plus...

Decembre 2007

par le 31 Déc, 2007, catégorie 12-Decembre 2007

1 Déc 2007: Wal-Mart aujourd’hui

Titusville, Mile 878.1 (Floride);

Ensoleillé avec pass. nuageux,  26 Cº.

Ce matin, nous avons encore les deux autos. Dans un premier temps, tous les MINI-WEATS vident chacun leur stock des autos dans les dinghy pour aller les porter au bateau. Ensuite, les filles vont au Wal-Mart pour finaliser les achats qui n’ont pas été possible au Save-a-Lot et au Club Price. Même manège au retour pour une troisième fois: remplir les autos, puis les dinghy, puis les bateaux, etc…

Pendant que Catherine est au Wal-Mart, je placer du stock dans le bateau. Quand j’ai fini, Catherine arrive avec le stock du Wal-Mart et je me retrouve avec encore du travail par dessus les bras. Ouf ! Qu’il y a du stock pour avoir 4 mois d’autonomie ! On ne sait plus où mettre les choses. Il ne faut pas trop regarder l’ensemble et y aller par étape pour le classement. On est pas sûr que l’on pourra coucher dans la couchette arrière ensemble cependant pour quelques temps …

 

2 Déc 2007: Réparation Moteur Yanmar

Titusville, Mile 878.1 (Floride);

Ensoleillé avec pass. nuageux,  28 Cº.

Aujourd’hui: c’est mission moteur Yanmar (changer le gasket de tête, rien de moins …). C’est une grosse réparation et Patrick de MIGO vient m’aider toute la journée. En arrivant, il me tasse et me demande d’être son « helper ». On travaille toute la journée sans arrêt et sans trop d’embûche. C’est une très grosse job et une chance que Patrick est là. Si j’avais fait le travail seul, j’aurais été dans l’inconnu et ça m’aurait sûrement pris deux fois plus de temps et je n’aurais pas été certain de faire un bon travail. En ayant le vieux gasket à vue, on a pu confirmer le diagnostic du problème moteur et cela nous a encouragé. On fini vers 17h30. Il reste une petite fuite diesel dans le circuit haute pression qu’il faut étanchéiser avant d’aller plus loin. Ça ira à demain.

 

Patrick qui travaille fort sur le moteur de MER ET MONDE

 

Catherine pendant ce temps fait du lavage et quelques petites commissions. Elle commence à prendre le zodiac seul pour faire de longues distances et aime beaucoup cette nouvelle autonomie de déplacement. Le défaut de ça est que lorsqu’elle part avec le zodiac, elle ne revient plus…

 

3 Déc 2007: Fin de l’épisode réparation moteur !

Titusville, Mile 878.1 (Floride);

Ensoleillé,  30 Cº.

Ce matin, je tente de colmater la fuite diesel avec un scellant et ça ne marche pas. Il me faut des O-rings neufs. Et ça ne se trouve qu’à Cocoa … Donc, on annonce à la flotille qu’il nous faut louer une auto aujourd’hui et tous sautent sur l’occasion pour en profiter aussi.  C’est Catherine qui va faire les commissions et elle est accompagnée de Benoît de VICTORIA’S SECRET qui sert de chauffeur et de traducteur pour le vocabulaire de mécanique car il est bilingue. Je lui donne finalement une longue liste d’achat qui l’occupe toute la journée.

Pendant ce temps,  je fais mon changement d’huile et je réussis à finir la réparation de la fuite diesel vers 15h30. Patrick de MIGO vient sur MER ET MONDE pour un « road test ». On désancre MER ET MONDE qui était ancré depuis cinq jours avec deux ancres. Les ancres sont mêlées pour avoir tournées quelque fois de 360 degrés … C’est n’est donc pas facile de démêler tous ses spaghettis. On part pour un essai de 20 minutes et le moteur va bien. Je trouve qu’il travaille plus égal et qu’il est plus doux. Patrick me disait hier que, vu l’état de mon gasket, j’avais probablement 40% de perte sur un cylindre, ce que j’ai retrouvé avec le gasket neuf , YOUPPI ! On ré-ancre MER ET MONDE satisfaits et la pression que j’avais depuis deux jours s’évanouit pour faire place à un sentiment de légèreté très apprécié … Une bonne bière fraîche pour souligner cela fait du bien.

Patrick et moi traversons sur O’BLEU qui vient d’arriver dans le mouillage. C’est un « petit voilier » de 50 pieds en aluminium fait des mains de Denis, le capitaine qui est à bord. Il me fait visiter le bateau et je n’en reviens vraiment, mais vraiment pas. J’ai visité plusieurs bateaux neufs, Jeanneau, Bénéteau, mais O’BLEU est complètement dans une classe à part. Luxueux et tout en bois à l’intérieur, de toute beauté !!! On imagine pas tant qu’on là pas vu … Catherine m’appelle par VHF et j’ai de la difficulté à sortir de là pour aller la chercher avec toutes ses commissions de la journée. Pour Catherine, journée très productive car elle a pu régler toute la liste de choses à faire pour aujourd’hui.

Avec la réparation moteur et le « road test », on déclare à la flottille qu’on peut bouger dès demain. Tout le monde est content et on planifie un 24h en mer. On fait un souper hot-dogs sur MIGO afin de discuter de navigation tous ensemble. Nos amis que l’on a connu à Sandy Hook, SOLUNA et APOTHÉOSE ont réussi à nous rattraper à Titusville. Ils veulent faire partie de la flotille pour un passage en mer, alors ils sont bienvenus. On sera cinq voiliers, c’est encore mieux !!!

 

Le mouillage de Titusville

 

4 et 5 Déc 2007: Autre petit saut de puce en mer vers Lake Worth

Titusville, Mile 878.1 – West Palm Beach, Lake Worth, Mile 1014.2 (Floride);

133 milles nautiques;

Ensoleillé, 26 ºC, Vents O 10-15 noeuds, longue houle 3-4 pieds;

Départ à 10h AM le 4 déc, Arrivée à 12h PM le 5 déc, moteur: 8h00,  voile: 18h;

Ancrage: N 26° 50.36, W 80° 03.27.

 

On lève l’ancre vers 10h AM en direction de Lake Worth à West Palm Beach. Cinq bateaux qui partent en même temps, ça vide un mouillage ! O’BLEU nous salut au passage. On a quatre heures à faire dans l’Intracostal avant de sortir en mer. À chaque heure, je vais inspecter comme il faut le moteur pour vérifier s’il y a des fuites (eau, diesel, prestone). Je vérifie aussi la température, les vibrations, l’huile, etc … Tout va bien à chaque heure. Cela nous sécurise pour notre sortie en mer.

 

À l’aide des jumelles, on voit au passage Cap Canaveral avec le hangar à fusées et une fusée prête à être lancée sur sa rampe de lancement. C’est de très loin, mais c’est vraiment spécial d’être là, quand on voit ça depuis qu’on est né à la télé. Une visite guidée sera peut-être possible à notre retour, on ne peut pas tout faire …

 

 

           

 

MER ET MONDE sous voiles                                                        Catherine est contente de vivre un autre passage sur l’océan !

 

 

On prend l’océan par l’inlet de Cap Canaveral. La météo est favorable et le vent adonne. On sort toute la guenille qu’on a. On espère pouvoir cette fois-ci faire notre trajet à voile seulement. On éteint le moteur et ça fonctionne. On fait du travers dans l’inlet et ensuite, on prend notre cap par un vent arrière. On file les voiles grandes ouvertes en ciseaux jusqu’au coucher du soleil. Les autres de la flotille font de même. C’est beau à voir. Je crois que c’est ça le bonheur….

 

 

 

 

MER ET MONDE  qui navigue en ciseaux sur l’océan …                               … Comme le reste de la flotille !

 

 

 

 

            

 

MIGO au coucher du soleil: comme c’est beau !                         On voit encore la côte de la Floride au loin

 

 

On repart le moteur à la tombée de la nuit vers 18h puisqu’il le vent fini par tomber. Les quarts de travail commencent. À ce moment, je saute sur l’occasion de faire le premier quart du fait que je m’endords et que j’ai un peu le mal de mer. Se coucher à l’horizontal les yeux fermés permet de faire passer la nausée. Le fait aussi que tout aille bien pour le moteur me permet de me relâcher. Je laisse donc le commandement à Catherine.

 

Vers 1h de la nuit, le vent reprend et on éteint enfin le moteur. Catherine, qui n’avait pas vraiment réussie à dormir encore durant ses quarts de repos, s’endort aussitôt le moteur éteint. Je la laisse dormir tant qu’elle ne se réveille pas et elle file pour un quatre heures de sommeil en file bien apprécié, YOUPPI ! On file à 3.5 noeuds au début. Puisque Catherine s’est endormit, je ne veux pas repartir le moteur pour aller à la même vitesse que les autres. J’appelle la flotille par VHF pour leur dire qu’on va se distancer d’eux un peu et que ce n’est pas grave. On les voit au radar et la mer est superbe.

 

Au levée du soleil, on est toujours à voile et on file à un respectable 5 noeuds de vitesse depuis un bout. Notre heure prévue d’arrivée à Lake Worth est trop tôt sur l’horaire prévue. Le reste de la flottille devant nous ralentit donc et on les rattrape pour entrer tous ensemble dans l’inlet de West Palm Beach vers midi. Catherine se rappelle que, sur l’appareil photo que Jonathan nous a prêté, il y a une fonction vidéo. Elle filme donc de petits bouts de films ce matin pour garder de bons souvenirs.

 

 

   

Au petit matin, il fait un peu plus froid pour le quart de Cath …              Notre arrivée à West Palm Beach avec la flotille à l’avant  

 

Pour SOLUNA et APOTHÉOSE, c’est leur premier 24h d’affilé en mer. Ils apprécient le faire avec nous, car ils se sentent plus en sécurité d’être sur l’océan avec des équipages plus expérimentés.

Arrivés à West Palm Beach, on remonte un peu l’Intracostal de 4 miles vers le nord et on jette l’ancre à Lake Worth. Ensuite, on se couche pour une sieste d’environ 2h30. On se lève pour le souper. MIGO quand à eux se sont prit une marina. Les productions J tournent depuis quelques mois un reportage sur MIGO qui passera à TVA à l’automne 2008 à l’émission: « Ça pourrait vous arriver ». Ils arrivent ce soir pour préparer avec eux la dernière partie du tournage. On est invité pour un 5 à 7 sur MIGO et on rencontre l’équipe de tournage. On prend aussi une douche à la marina de MIGO discrètement … On discute longement avec Dominique qui était l’une des trois juges pour Star Académie avec Bill St-Georges et Stéphane Laporte. Elle s’intéresse à l’aventure de MER ET MONDE II et nous pose plein de questions. Elle nous parle aussi de son expérience à Star Académie qui, soit-dit-en-passant, est passionante. Pour ce qui est du caméraman, celui-ci a déjà travaillé sur le SEDNA-IV. Nous passons donc une belle soirée …

 

6 Déc 2007: Petite visite de West Palm Beach

West Palm Beach, Lake Worth, Mile 1014.2 (Floride);

Ensoleillé, 28 ºC.

Ce matin, c’est mission récupération de la caméra NIKON D100 de Catherine. Celle-ci tente de communiquer avec la compagnie de réparation pour se faire envoyer sa caméra photo par transport à une marina de Lake Worth. Le lien internet n’est pas solide et elle réussit finalement au bout d’une heure grâce à un mélange de communications par Skype (téléphonie par internet) et par e-mails en convenant d’un envoi « overnight » par transport UPS. La caméra arrivera demain à 11h AM. Il n’y a rien de simple quand on voyage en voilier, même en Floride …

MIGO est en mer cette après-midi pour le tournage de leur reportage. VICTORA’S SECRET les accompagne puisque le caméraman qui filme  MIGO prend des prises de vue à partir de leur bateau. On aurait bien aimé être avec eux, car c’est une journée magnifique, mais on a trop de chose à faire sur notre bateau. Je fini d’installer mon chargeur de batterie TrueCharge 20 ampères, pendant que Catherine appelle sa famille par SKYPE. Ensuite, je change ma pompe à prestone, car elle avait un lousse sur son shaft. Lorsqu’on a changé le gasket du moteur, j’avais demandé conseil à Patrick qui m’avait dit de la changer.

Vers le milieu de l’après-midi, on débarque à terre avec Geneviève et Benoît de SOLUNA. Tout en se dégourdissant les jambes, on va à la banque, chez West Marine et à l’épicerie. Il y a de beaux grands palmiers partout et les gens de la place sont gentils.

On va sur SOLUNA au coucher du soleil pour le happy hours et VICTORIA’S SECRET vient nous rejoindre vers 19h. Ces derniers nous comptent leur journée en mer qui a été magnifique avec un beau vent d’environ 15 noeuds et des « tacs » au près.

 

7 Déc 2007: Conserves, conserves et conserves …

West Palm Beach, Lake Worth, Mile 1014.2 (Floride);

Ensoleillé, 31 ºC.

Journée dédiée aux conserves faites maison par Catherine à l’aide de son auto-clave (genre Presto). Elle prévoit faire environ 6-7 pots de 1 litre de boeuf haché aujourd’hui. Elle début à 11h AM. Comme ça ce déroule bien et que Catherine ne veut pas s’arrêter, elle m’envoie à l’épicerie pour acheter du porc et du surlonge qu’elle coupe par la suite en lanières avant de les encanner. Il fait 31 ºC dehors et environ 36 ºC dans dans le bateau. Catherine passe la journée en bikini et est rouge comme une tomate !

 

Ça chauffe pas à peu près dans la cuisine !

 

Vers midi, Benoit de VICTORIA’S SECRET ramène à Catherine de la marina le paquet contenant la NIKON D100. En l’ouvrant: SURPRISE !!! Le filtre UV vissé sur la lentille est brisé en mille miettes et le verre s’est infiltré partout à l’intérieur de la lentille. Résultat: la lentille 18-55 mm est finie et le tout vaut 250 $… Heureusement, le boitier semble être intact … Catherine tente d’écrire à la compagnie de transport UPS pour faire une déclaration, ce qui est parsemé d’embuches. Elle écrit aussi à la compagnie de réparation dans l’espoir d’obtenir peut-être de l’aide. On lui répond que UPS est une compagnie qui cause déjà beaucoup de problèmes à d’autres de leurs clients. Alors, on ne se fera pas trop de faux espoirs …

 

Ça, c’est la mauvaise surprise du jour …

 

Je veux de mon côté trouver des courroies pour mon moteur. Je débarque à terre vers 14h et je reviens vers 18h au bateau … sans courroie et avec plusieurs calories en moins. Durant mon passage à terre, je croise MIGO. Je fais un bout de chemin avec eux. Comme je le fais souvent, je pousse Jonathan dans son fauteuil roulant. Cette fois-ci, je parle à la radio VHF d’une main et pousse le fauteuil de l’autre main. Tout à coup, le trottoir remonte d’un pouce et Jonathan se retrouve étendu de tout son long sur le trottoir puisque la chaise a arrêté nette sec. Je deviens blanc … Ouf !, il va bien à part une petite écorchure sur le genou, mais je me sens vraiment mal. Au retour, je reçois un message par VHF de Jonathan qui me dit de ne pas m’en faire et qu’il me pardonne… Cela me fait du bien. Moral de l’histoire: deux mains sur le fauteuil en ne se laissant pas distraire par d’autres choses.

On se fait inviter pour un dessert chez VICTORIA’S SECRET, mais on ne se déplace pas à cause des conserves. La cuisinière au propane marche jusqu’à 23 hrs et on a sept autres pots de 1 litre d’encannés …

 

La deuxième « batch » de conserves, une vraie petite abeille Kate !

8 Déc 2007: Jambon et vidéos

West Palm Beach, Lake Worth, Mile 1014.2 (Floride);

Ensoleillé avec pass. nuageux, 30 ºC.

Catherine fait sa dernière partie de conserves aujourd’hui. Mission :  trois pots de 1 litres de jambon.

Je veux filmer de mon côté des vidéos pour les partys de Noël pour chacun de nos milieux de travail respectifs. Je vais emprunter la caméra vidéo à VICTORIA’S SECRET (eux, ils reçoivent de la visite aujourd’hui et emmènent leur visite faire un tour en mer). Je travaille donc sur cela une bonne partie de la journée. La préparation, le tournage et ensuite le montage. Le tournage prend environ 10 minutes pour chaque. Ensuite, je veux envoyer cela par internet. Notre connexion est trop faible pour autant de données à transférer. Je me rend à un bistro sympatique sur terre qui a une connexion internet. Je retrouve MIGO qui est déjà là depuis deux heures. On se prend une bonne bière, pis une autre … Le transfert des données est très long. Il prend 1h30 par vidéo, alors on multiplie par deux. On fini par lancer des invitations sur VHF. VICTORIA’S SECRET, SOLUNA et Catherine viennent nous rejoindre pour souper. On mange des ailes de poulet, des nachos et de bonnes frites. On croise également au bistro OCÉANITE et MAYA X qui eux ont terminé de manger.

De retour au bateau vers 21h, on passe chez MIGO juste pour une heure avant de se coucher. Les productions J avaient amenées un gros paquet à MIGO et toutes les filles des équipages de MIGO, MER ET MONDE et VICTORIA’S SECRET reçoivent des bijoux fait de la main de la soeur de Sofia comme cadeau. VICTORIA’S SECRET nous raconte aussi leurs péripéties de la journée dont un échouage et un remorquage avec BOAT US et aussi d’un invité à bord qui est tombé dans les pommes lorsqu’ils étaient en mer. Que d’émotions pour eux aujourd’hui …

 

     

Paysage de West Palm Beach                                                                       Un beau Catamaran qui semble bien aimer les décos de Noël !

 

9 Déc 2007: Lettuce Lake

West Palm Beach, Lake Worth, Mile 1014.2 – Lettuce Lake, Mile 1056.9 (Floride);

37 milles nautiques;

Ensoleillé avec pass. nuageux, 28 ºC;

Ancrage: N 26° 13.34, W 80° 05.68.

Aujourd’hui, on fait un bout de chemin pour se rapprocher de Fort Lauderdale. On navigue avec deux bateaux de plus dans la flottille (EPSILON et MARIE-GALANTE), ce qui fait sept voiliers pour la journée. On passe une série de ponts toute la journée et on voit de très jolies maisons luxueuses avec leurs splendides jardins, tous plus beaux les uns que les autres. Catherine n’a plus sa lentille 18-55 mm, mais elle a sa 28-80 mm alors elle se laisse aller et prend un tas de photos pour récupérer le temps perdu et tester si son boitier fonctionne bien.

     

Le beau voilier de Benoit et Geneviève: SOLUNA                                         Le beau voilier de Serge et Lise (parents de Geneviève): APOTHÉOSE

     

La flotille à la queue-leu-leu …                                                                    Il y a de beaux ponts dans ce coin de la Floride, tous très originaux

     

     

Quelles belles maisons luxueuses !!!                                                            C’est comme ça depuis West Palm Beach

On se rend au premier mouillage qui est notre plan A et il y a beaucoup trop de monde. On continue donc jusqu’à notre plan B à Lettuce Lake. Il n’y a personne et on peut être environ six bateaux au mouillage. EPSILON iront ancrer un peu plus au nord. Par contre, le fond n’est pas bon et notre CQR ne mord pas. On se déplace et elle mord un peu plus, mais a tendance à glisser lorsque Catherine met le moteur en marche arrière à plus de 1500 tours. Je vais donc porter notre Danforth comme deuxième ancre en « backup ». Les vents seront faibles cette nuit, mais on veut quand même que notre ancrage soit bon pour dormir tranquille. On a un lien internet très fort ici. Ça fait longtemps qu’on a pu avoir cela et on dédie notre soirée aux communications par téléphone et vidéoconférence SKYPE à nos proches et amis. YOUPPI !!!

De belles grosses noix de coco !

10 Déc 2007: Arrivée à Fort Lauderdale

Lettuce Lake, Mile 1056.9 – Fort Lauderdale, Middle River, Mile 1063.4 (Floride);

6 milles nautiques;

Ensoleillé avec pass. nuageux, 30 ºC;

Ancrage: N 26° 07.93, W 80° 07.05.

On part ce matin vers 9h. On a peu de mile nautique à faire aujourd’hui pour notre aller à notre destination, soit Fort Lauderdale. Une fois arrivé, on va à la marina municipale pour faire un « pump-out », le plein d’eau douce et laver le bateau à pleine eau avant d’aller s’ancrer. Cela fait vraiment du bien de laver l’extérieur du bateau et le pont redevient blanc …

On nous avait dit par plusieurs que nous ne pourrions rester longtemps à Fort Lauderdale, car les autorités ne veulent pas que l’on reste plus de 24 heures ancré au même endroit. On communique avec COXILY, une famille de cinq sur un voilier qui est là depuis trois jours. Ils ont trouvé un mouillage à Fort Lauderdale qui semble être calme et où ils ne se font pas harceler: Middle River près de Sunrise Boulevard. On se dirige donc là et on trouve ce mouillage vraiment super. On n’a qu’à entrer dans Middle River d’un demi-mile environ et il y a beaucoup plus d’eau (15 pieds d’eau) que ce que les cartes indiquent.

Ensuite, MER ET MONDE débarque à terre avec Sofia de MIGO. On est très près d’un magasin Nikon et Catherine et Sofia veulent s’acheter une nouvelle lentille grand-angle 18-55 mm. On veut aussi faire une petite épicerie. À notre arrivée à terre, nous faisons la connaissance avec plusieurs grosses iguanes de toute sortes de couleur qui se promènent sur les trottoirs: des vertes, des noires, des oranges, etc… Fantastique !!! Catherine trippe au boutte, elle qui aime les bibittes ! Ici, c’est vraiment vraiment une belle ville et ilo est évident que les citoyens sont très en moyen.

La végétation et la faune sont vraiment différentes à partir de

Fort Lauderdale: de gros palmiers partout …  

 

     

… Et aussi de belles grosses iguanes qui se font dorer au soleil !            En voici une de plus près: elle ressemble à un dragon n’est-ce pas !

On entre aussi dans une boutique de sports et plongée. Il y a partout dans le magasin des articles d’hiver, chose absolument incohérente que notre cerveau n’est pas capable de gober … Manteaux, mitaines, tuques, bottes, etc… ????? On comprends rien. Les vendeurs nous expliquent qu’ils sont dans leur saison d’hiver. Catherine, qui se cherche depuis un bout un autre bikini, apprend qu’elle n’en trouvera pas en ici Floride, car C’EST HORS SAISON (il fait 30 Cº aujourd’hui) !!! On a fait 2000 miles nautiques pour s’éloigner pendant un an de l’hiver et on est entouré de vêtements d’hiver !!! Ils sont fous ces floridiens … On nous explique aussi que les habitants de Fort Lauderdale ont beaucoup beaucoup d’argent et qu’ils cherchent la neige et les pentes de ski durant l’hiver. Ils prennent l’avion et vont dans les centres de ski qui leur tentent en Amérique du nord, comme les Rocheuses par exemple. On ressort de la boutique avec un wetsuit pour Sofia et des palmes pour moi, mais pas de bikini pour Catherine …

            

Éric c’est fait un nouvel ami …                                          Ils ont de très belles tuques en Floride !!!

Au mouillage de Fort Lauderdale au crépuscule

11 Déc 2007: Mission courroies

Fort Lauderdale, Middle River, Mile 1063.4 (Floride);

Ensoleillé avec pass. nuageux, 30 ºC.

Ce matin, Catherine se lève avec des problèmes aux yeux ! Ils brûlent comme du feu et ont de la difficulté à supporter la lumière. Elle a oublié d’enlever ses verres de contact en se couchant hier et a donc dormit avec. Elle aurait dû d’ailleurs porter davantage ses lunettes en voyage, car ils étaient rouges depuis un bout. Elle met ses lunettes et fait sa journée comme ça. Catherine fait du lavage aujourd’hui avec SOLUNA et APOTHÉOSE en ville.

Pour ma part, je dois régler une chose importante aujourd’hui. Il ne me reste plus de courroie d’alternateur pour mon moteur. VICTORIA’S SECRET m’a prêté en attendant une courroie à West Palm Beach et je dois régler absolument ça avant de traverser aux Bahamas. J’ai la liste des « dealers » Yanmar de toute la Floride et il y en a trois à Fort Lauderdale. Cette ville est la capitale des navigateurs. Vous ne pouvez même pas imaginer le nombre de commerce pour les bateaux qu’il y a ici. Je mets donc les trois adresses des dealers sur Microsoft Streets and Trips et le logiciel me fait un plan de la ville sur papier. Je parts en dinghy en arpentant dans les canaux de la ville pour faire le maximum de distance à moteur et ensuite je commence ma marche vers le plus près des trois dealers.

J’arrive enfin chez le premier dealer après avoir marché deux miles. Ils en ont une, mais j’en veux trois … Ils peuvent les avoir pour demain, mais la journée est jeune, il est 10h30 du matin et j’aimerais bien régler ça pour aaujourd’hui. Le deuxième dealer est à trois miles plus loin. Je marche et je marche et je marche en longeant l’aéroport. Il y a des quantités d’avion qui partent et qui arrivent. C’est bien beau à voir. J’arrive soudainement à une autoroute qui me barre la route ! Elle a cinq voies de large dans chacune des deux directions et c’est impossible de la traverser  à pied. Je dois donc faire un détour d’un mile pour trouver une artère qui passe par dessus. Mais un mile de détour, c’est deux miles aller-retour et à pied: c’est long ! Il fait chaud, le soleil me tape dessus. J’ai emmené heureusement du jus et de l’eau en masse, donc je ne risque pas de me déshydrater.

J’arrive au deuxième dealer et par chance,  ils ont deux autres courroies !!! Ceci complète ma mission du jour. Il me reste à revenir au dinghy maintenant … Aujourd’hui, j’ai marché plus de 10 miles à pied et mes mollets ne répondaient plus pour le dernier mile.

12 Déc 2007: Catherine perd la vue: petite visite à l’hôpital !

Fort Lauderdale, Middle River, Mile 1063.4 (Floride);

Ensoleillé avec pass. nuageux, 30 ºC.

Ce matin, Catherine se réveille dans sa tête seulement. Elle n’est plus capable du tout d’ouvrir les yeux, car elle a les yeux boursouflés et la lumière lui fait très très mal. C’est comme si elle a du shampoing en permanance dans les yeux. On décide d’aller à l’hôpital, car depuis 24 heures, ça continue de se détériorer. De toute façon, elle a une prise de sang à se faire prendre avant d’aller aux Bahamas. On annonce cela à la flottille et VICTORIA’S SECRET vient avec nous, car Nancy nécessite un suivi médical pour le tendon déchiré d’un de ses doigts. On part donc ensemble en empruntant MINIGO (dinghy à MIGO) qui a un 15 forces pour aller plus vite vers l’hôpital. On est inquiet sur ce qui se passe pour la vue de Catherine. Nancy sert de guide à Catherine aujourd’hui et elles se promènent toute la journée dans les rues bras-dessus bras-dessous puisque Catherine ne voit strictement rien de rien. Elle fait totalement confiance à Nancy pour traverser les gros boulevards et marcher sur les trottoirs pleins de « craques ».

La conclusion de l’urgentologue est une abrasion de la cornée dans les deux yeux. C’est très douleureux, mais ce n’est pas grave si c’est traité avec des anti-inflammatoires et des antibiotiques. Il nous donne donc une prescription. Le médecin nous recommande d’aller voir un ophtalmologiste et nous organise un rendez-vous pour demain matin afin de confirmer le diagnostic et vérifier si l’abrasion est profonde. On repart donc de l’hôpital rassuré et on va chercher la prescription à la pharmacie la plus proche. Dans la pharmacie, je deviens le guide de Catherine à mon tour. Ça ne prend pas deux minutes qu’elle rentre de plein fouet dans le présentoir d’une allée et que tout tombe à terre. La belle affaire !!! Je ne suis vraiment pas un bon guide et Catherine réclame le retour de Nancy immédiatement !

Ensuite, on va magasiner pour acheter à Benoit et moi-même des poids pour la plongée en apnée. Il est rendu environ 15h, on est tous affamé et on va diner au bistro où est amarré notre dinghy. On mange du mahi-mahi (dorade) avec du riz et un panier de pétoncles-crevettes-huîtres frites, le tout arrosé de bières fraiches. C’est un véritable délice et le mahi-mahi est une révélation du siècle, c’est le meilleur poisson qu’on a jamais goûté !!! On fait aussi un peu d’Internet avec le portable de Benoît. On rencontre aussi OCÉANITE et MAYA X qui mangent une croute aussi à cette endroit. De retour au bateau à 16h.

Le soir, on reste tranquille sur notre bateau pour reposer Catherine. Je lui fait la lecture pour l’occuper un peu, car elle a les yeux bandés ça lui fait du bien. Les gouttes pour les yeux commencent à agir. Elle trouve que son expérience d’aveugle d’un jour est somme toute enrichissante puisqu’elle a pu se mettre à la place d’une personne non-voyante pour avoir circulé dans Fort Lauderdale toute la journée sans avoir rien rien vu … Elle a essayé de se représenter mentalement son environnement en images à partir des bruits et des sensations ressentis !

L’aveugle d’un jour …

13 Déc 2007: Visite chez l’ophtalmologiste

Fort Lauderdale, Middle River, Mile 1063.4 (Floride);

Ensoleillé avec pass. nuageux, 30 ºC.

Catherine se lève en meilleure condition qu’hier. Elle commence à pouvoir ouvrir un peu ses yeux. On a un rendez-vous chez l’ophtalmologiste pour 9h AM. On pars à 8h AM avec l’auto louée la veille par MIGO. On pourra partager les frais avec eux. On consacre la matinée à cette consultation. L’ophtalmologiste nous dit que le diagnostique est juste et que l’abrasion est en surface, elle sera donc améliorée d’ici 48 heures. Elle devra porter plus ses lunettes cependant. Parfait, parfait ! Le seul changement est qu’il prescrit à Catherine une autre bouteille de gouttes antibiotiques. L’ophtalmologiste et sa femme, qui est sa secrétaire, sont vraiment gentils et très professionnels. Ils n’ont l’air ni stressés, ni pressés … Ils nous racontent des histoires de pêche et laisse Catherine faire des téléphones pour les démarches d’assurances-voyage afin de se faire rembourser les frais d’hôpital et de l’ophtalmologiste. En revenant, on va acheter une autre bouteille d’antibiotique et on utilise à la pharmacie un service de fax $$$ pour envoyer tous les papiers à notre compagnie d’assurances-voyage. Les factures sont d’environ 600$ pour l’hôpital de Fort Lauderdale et 100$ pour l’ophtalmologiste …

Il faut qu’on glisse un commentaire sur le système de santé aux États-Unis. L’hôpital et la clinique de l’ophtalmologiste sont vraiment très très propres et luxueuses. Les gens sont calmes, l’ambiance est relaxe avec une petite musique de fond. Le personnel est poli et aux petits oignons avec nous. Ils nous offrent de l’eau, des revues, etc… On a à peine le temps de réchauffer le siège dans les salles d’attente. On n’attend pas entre les diverses étapes de consultation.  La différence entre le système de santé des Étas-Unis et du Québec est frappante …  Mais il y a toute une facture au bout !

Les filles des trois équipages (MIGO, MER ET MONDE et VICTORIA’S SECRET) vont faire une bonne épicerie dans l’après-midi. Patrick et moi, on va chercher du propane et on va reporter l’auto de location pour 18h. En marchant, on se rend compte qu’il y a des perroquets dans les palmiers tout le long des rues, MAGNIFIQUE !

On commence le 5 à 7 sur APOTHÉOSE pour faire un « meeting-météo » des capitaines. On discute d’une fenêtre-météo pour la traversée aux Bahamas qui se présente à nous. Après analyse, on convient qu’on ne traverse pas. La fenêtre-météo est belle, mais trop courte et c’est ce qui nous embête. Nous mangeons du proscuitto avec des cantaloup fait part Catherine et discutons avec APOTHOÉOSE et SOLUNA que nous apprenons à connaître de plus en plus et que nous apprécions de plus en plus. Ensuite, MER ET MONDE continue le 5 à 7 chez MIGO avec VICTORIA’S SECRET qui tourne finalement en souper-buffet.

Je vais porter Catherine vers 20h sur MER ET MONDE pour qu’elle repose ses yeux de la lumière. Ses yeux vont mieux au niveau de l’irritation avec les antibiotiques, mais nécessitent encore du repos. Je reviens sur MIGO pour déguster un bon drink exotique. On danse un peu et juste avant que je parte, Patrick de MIGO détache mon dinghy qui part à la dérive…. Je me jette à l’eau pour aller le chercher et ça fait rire tout le monde. L’eau est chaude et cela me relaxe pour un beau dodo.

MER ET MONDE II au mouillage de Fort Lauderdale, WOW !

14 Déc 2007: Fort Lauderdale Beach

Fort Lauderdale, Middle River, Mile 1063.4 (Floride);

Passages nuageux, 26 ºC.

Ce matin, MIGO décide tout d’un coup de partir à Miami. La fenêtre-météo qu’on ne prend pas pour la traversée aux Bahamas est une excellente occasion pour eux de descendre à Miami par la mer, car il y a un pont de 56 pieds juste avant Miami que MIGO ne peut passer avec son 60 pieds de tirant d’air. Cela prend MER ET MONDE et VICTORIA’S SECRET un peu par surprise et on décide de notre côté de rester à Fort Lauderdale. C’est difficile de se séparer, même si on sait qu’on va se retrouver dans environ deux jours en passant par l’Intracostal.

Aujourd’hui, du côté de VICTORIA’S SECRET, c’est une mauvaise journée. Une série de bris succèssifs viennent les affecter. Leur propane ne fonctionne plus, le moteur du bateau retombe en panne lorsqu’ils vont faire leur pump-out et il doivent revenir se réancrer à voile, et leur frigo ne marche plus … On dirait que le mauvais sort à quitté MER ET MONDE pour aller narguer VICTORIA’S SECRET (on touche du bois) …

Benoit de VICTORIA’S SECRET et moi, allons à la librairie-café située au bout de la creek de Middle River pour se brancher sur Internet. Benoit à des téléphones à faire. De mon côté, je dois trouver un nouveau câble pour mon radar qui a fondu à cause d’un court-circuit il y a quelques jours. Notre cable allait mal depuis notre départ en voyage, car je l’avais abimé en le passant dans le bossoir. On passe les deux une partie de l’après-midi là avec du bon café, une brioche et de l’air climatisé. On ne voit pas les heures passer et nos deux équipages commencent à s’impatienter, car ils veulent aller à la plage. VICTORIA’S SECRET et MER ET MONDE se rendent finalement à la plage vers 15h30. SOLUNA et COXILY y sont depuis un temps. On joue avec un ballon de volley-ball et on fait du « body-surfing » avec les vagues. Belle fin d’après-midi à la plage !

      

Nos amis Geneviève et Benoit de SOLUNA                                                     Catherine a repris la caméra: elle va bien !!!

Le soir, on soupe chacun chez nous. On reçoit VICTORIA’S SECRET sur MER ET MONDE pour le dessert avec un bon croustillant au pommes. On s’installe ensuite dans notre cockpit pour un cinéma en plein-air avec du bon pop-corn au beurre. On regarde Trésor National avec Nicolas Cage et le film ce termine vers les 1h AM. C’est vraiment spécial de regarder un film dehors au vent avec cette belle chaleur !

Ciné-parc sur MER ET MONDE avec pop-corn au menu

15 Déc 2007: Journée dédiée à VICTORIA’S SECRET

Fort Lauderdale, Middle River, Mile 1063.4 (Floride);

Ensoleillé avec pass. nuageux, 28 ºC.

Aujourd’hui, MER ET MONDE consacre la journée à VICTORIA’S SECRET. Ils ont besoin d’aide et de support moral, car ils leur arrivent trop de choses en même temps. Le matin, Benoît de VICTORIA’S SECRET et moi allons de bonne heure à la librairie-café pour profiter des dernières heures du forfait Internet qu’on avait acheté la veille.

En aprèd-midi, Catherine montre à Nancy comment faire ses conserves avec un auto-clave sur MER ET MONDE. Elles font 10 pots de 500 ml de viande hâchée. Elles se mettent aussi à s’imaginer partir une « business » de conserves et fixer le prix de leur travail pour pour pouvoir se faire un petit revenu dans le sud …  Pour ce qui est des gars, on fait de la mécanique sur VICTORIA’S SECRET (pompe à eau de mer et changement des filtres diesel). En fin d’aprè-midi, je me baigne un peu. J’essaie mes palmes et joue au ballon dans l’eau avec Sarah-Maude.

      

C’est au tour de VICTORIA’S SECRET pour une « batch » de conserves !     Éric s’amuse bien avec Sarah-Maude dans l’eau !

Il y a une parade de bateau pour Noël ce soir et tout le mouillage (sept bateaux) vont voir la fête. MER ET MONDE reçoit pour sa part Geneviève et Benoît de SOLUNA pour le 5 à 7. Nos bonnes discussions, un bon vin et l’ambiance relaxe fait qu’on décide de ne plus aller à la parade. On traverse pour le souper sur SOLUNA et on passe une excellente soirée encore et encore. On mange un spaghetti aux légumes et pesto avec plein de parmesan frais : HUMMMM …

16 Déc 2007: La librairie-café de Fort Lauderdale

Fort Lauderdale, Middle River, Mile 1063.4 (Floride);

Passages nuageux, 23 ºC.

Le matin, on lit un peu. On est relaxe. Catherine écrit 30 emails ce matin dans le bateau dans le but de les envoyer par Internet en après-midi. Elle veut envoyer ses voeux pour le temps des fêtes et espère ne pas oublier personne …

Ensuite, on passe une bonne partie de la journée avec SOLUNA à la librairie-café. On déguste des gâteaux et du café, on profite pleinement d’Internet, on fait des appels téléphoniques avec SKYPE et on regarde des livres. C’est une des plus belles librairies qu’on a vu de notre vie. On peut feuilleter tous les livres que l’on veut assis à une table avec un café. Et plusieurs livres ne sont vraiment pas chers ici. Catherine, qui a retrouvé la vue, voit bien tous ces livres. « Une folle d’une poche » comme on dit. Elle les veut tous. Il y en a des milliers …  Elle finit par acheter un seul livre à la fin de la journée: un excellent livre de référence sur l’identification des poissons tropicaux et ce, grâce aux conseils de Geneviève qui est biologiste.

17 Déc 2007 Fort Lauderdale fête à Benoit Secret:

Fort Lauderdale, Middle River, Mile 1063.4 (Floride);

Averses, 18 ºC.

SOLUNA et APOTHÉOSE décident de partir ce matin pour Miami. On se promet d’aller les rejoindre très très bientôt. On reste avec VICTORIA’S SECRET parce qu’ils ont des petites choses à régler encore. Nos deux équipages vont prendre encore un café à la librairie-café et on fait du Internet jusqu’à 14h30.  Catherine va ensuite avec Nancy et Laurence pour se magasiner un bikini chez Macy’s sur Sunrise Boulevard. Elle réussie enfin à en trouver un beau.

C’est la fête à Benoît de VICTORIA’S SECRET aujourd’hui. On est invité à manger des suchis et du mahi-mahi sur VICTORIA’S SECRET. Hmmmmm !!! On lève notre verre aux 39 ans de Benoît. Ensuite, on poursuit sur MER ET MONDE pour le gâteau triple chocolat et fraises et un party avec de la musique à pleine tête. L’équipage de COXILY aussi ce joint à nous. Vers 22h, on s’aperçoit que le dinghy de COXILY n’est plus là. Je pars à la recherche du dinghy avec mon DEMIE-PORTION et je trouve le dinghy de COXILY en moins de deux à son grand bonheur. C’est assez d’émotions pour COXILY ce soir, alors ils retournent à leur bateau. Sarah-Maude et Laurence vont se coucher aussi dans leur bateau. On se retrouve à quatre sur MER ET MONDE (Moi, Kate, Benoît et Nancy).  On décidons de jouer aux cartes avec chips et musique. C’est la première fois qu’on sort les cartes depuis le début du voyage. On joue au « trou de cul » jusqu’à 2h AM et on a ben du fun.

         

Souper sur VICTORIA’S SECRET: on commence par les sushis                 La sauce était surement un peu trop forte …

      

De bons amis c’est deux-là !!!                                                                          Et c’est deux-là aussi !

      

Ensuite: dessert et party sur MER ET MONDE : Bonne fête Benoit !!!         Éric sort encore sa « air-guitare »

18 Déc 2007: Direction Miami

Fort Lauderdale, Middle River, Mile 1063.4 – Miami, Venetian Causeway, Mile 1088.4 (Floride);

22 milles nautiques;

Ensoleillé avec pass. nuageux, 28 ºC, Vents N 10-15 noeuds ;

Ancrage: N 25° 47.2, W 80° 09.33.

Ce matin, MER ET MONDE part pour Miami. VICTORIA’S SECRET doit rester encore une autre journée à Fort Lauderdale, car il attend une pièce pour son propane qui doit arriver aujourd’hui. De notre côté, on doit aller de l’avant parce que je veux remplacer mon cable du radar avant de traverser aux Bahamas et il m’attend à Miami. MER ET MONDE part donc seul. Ça fait très longtemps qu’on a navigué seul Catherine et moi, la dernière fois étant sur la rivière Richelieu ! On regarde derrière nous notre mouillage de Fort Lauderdale avec nostalgie. C’est l’endroit où l’on a resté le plus longtemps dans notre voyage. On peut prendre racine très vite dans les beaux endroits. Fort Lauderdale est vraiment une belle grande ville on l’on vivrait facilement Catherine et moi et les gens sont très gentils ici.

Encore une belle résidence de la Floride : on dirait la maison blanche !

On a que 25 miles nautiques à faire, alors on arrive tôt à Miami. On croise d’autres équipages québécois en chemin dont FIÈRE ALLURE, AUBE 1 et STEAMBOAT et on placote avec eux tout en attendant l’ouverture des ponts. En chemin, on se remplit à une marina de diesel et d’essence à 4,50$ le gallon … C’est le plus cher qu’on a jamais vu.

On arrive à Miami: très grosse ville !!!

L’eau à Miami est d’un vert aqua très agréable pour la vue. Le mouillage est très beau et on y retrouve SOLUNA, APOTHÉOSE, MIGO, MAYA X et OCÉANITE. SOLUNA est allé chercher hier mon câble de radar en ville. Ils nous racontent que ça a été toute une expérience de conduire une auto louée dans cette ville qui est immense. Miami grouille d’activités.

19 Déc 2007: Cable radar et dernière dernière épicerie

Miami, Venetian Causeway, Mile 1088.4 – Miami, Miami Government Cut, Mile 1089.0 (Floride);

0.5 mille nautique;

Ensoleillé avec pass. nuageux, 28 ºC, Vents NE 10-15 noeuds;

Ancrage: N 25° 45.50, W 80° 08.77.

Aujourd’hui : opération changement du câble radar. Benoit de SOLUNA vient m’aider une bonne partie de l’avant-midi pour faire la job. Cela prend un bon quatre heures d’ouvrage. Le radar est comme un neuf: YOUPPI !. Pendant ce temps, Catherine va à terre en dinghy avec d’autres filles pour faire une toute dernière dernière petite épicerie … L’épicerie de Miami regorge de nouveaux produits de toutes sortes, beaucoup de produits cubins, et c’est très dur pour elle de résister à tout acheter !

      

Les filles vont faire la dernière épicerie en dinghy : juré craché !            Catherine est très contente de faire faire un petit tour en ville !

      

Les sacs sont lourds pour Sofia                         Le retour se fait avec Caroline …                         … et Christian de MAYA X. Le dinghy déborde !

Aujourd’hui, les équipages sont tous fébriles et un peu nerveux, car on sait que « l’heure de vérité » approche ! Nous devons obligatoirement faire la légendaire traversée du Gulf Stream dans l’océan Atlantique pour se rendre aux Bahamas. Le Gulf Stream est un courant chaud qui vient du golf du Mexique et qui monte vers le nord avec une largeur de 35 miles nautiques et avec 2.5 noeuds comme vitesse moyenne à la hauteur de Miami . La vitesse du courant peut monter à plus de 3 noeuds en son centre (ce qui est très très fort …). Il faut attendre patiemment une bonne fenêtre-météo pour effectuer cette traversée d’environ 12 heures. Les meilleures conditions météo pour les voiliers sont un vent faible du SO, ce qui est assez rare en décembre … On peut sélectionner quand même une fenêtre-météo d’au moins 24 heures où les vent sont de moins de 15 noeuds et ce, sans composante du nord (NO, N, et NE). Des vents du nord à contre-courant du Gulf Stream soulèvent rapidement une vague immense, courte qui peut être très dangereuse, d’où la fameuse légende du « triangle des Bermudes ». L’heure du départ pour nous doit se faire vers 2h AM pour arriver avant la fin de l’après-midi aux Bahamas (Gun Cay ou Bimini, la où le vent nous mènera).

Donc, en après-midi, les prévisions météorologiques annoncent une possible fenêtre-météo pour notre traversée du Gulf Stream à l’intérieur des 24-48 prochaines heures, mais ça ne semble pas des conditions idéales. Des vents du NE, virant à l’E à 10-15 noeuds pour demain midi. MIGO vient discuter sur MER ET MONDE et propose de s’approcher de l’inlet de Miami pour valider durant la nuit si le vent vire l’E plus tôt que prévu. Si c’est le cas, alors nous pourront partir.

On prend une chance et on lève l’ancre vers 16h30 avec quatres autres équipages et on se réancre au coucher du soleil vers 18h. On est tout juste positionné à la sortie de Miami Government Cut. On a du bon internet ici, comme on est chanceux !!! On va pouvoir vérifier notre météo facilement. On fait un petit 5 à 7 sur VICTORIA’S SECRET pour un « meeting-météo » des capitaines et on se couche tôt, vers 20h.

       

Les maisons sont encore plus belles à Miami !                                              Le « meeting-météo » des capitaines sur VICTORIA’S SECRET

20 Déc 2007: La traversée du Gulf stream

Miami, Miami Government Cut, Mile 1089.0 (Floride) – North Bimini (Bahamas);

56 milles nautiques;

Ensoleillé avec pass. nuageux, 28 ºC, Vents E-NE 10-20 noeuds avec rafales à 25;

Vagues courtes 6-8 pieds;

Départ à 02h30 AM, Arrivée à 16h00, voile et moteur: 14h30;

Ancrage: N 25° 46.08, W 79° 16.38.

Le cadran sonne à 2h AM tel que convenu pour prendre le dernier bulletin météo. Les prédictions viennent de changer en notre faveur ! Les prédictions actuelles sont un vent d’E de 10 noeuds qui devrait durer au moins pour 12-24 heures. On aura sûrement le vent un peu dans le nez, mais bon. Alors c’est un GO !!!. 2h30 AM, on lève l’ancre après avoir pris une bouchée et des Bonamine ! On est cinq voiliers à partir: MIGO, VICTORIA’S SECRET, SOLUNA, APOTHÉOSE et nous-même. Et c’est partit pour la grande traversée !!!

En partant, les conditions sont excellentes. Les voiles sont toutes ouvertes. On a deux pieds de vagues, ce qui est encore confortable. On met le cap sur Gun Cay. On sent l’effet du Gulf Stream vers 4h AM et le bateau continue de bien se comporter.  Au levée du soleil vers 6h30 AM, le vent se lève un peu et passe de 10 à 15 noeuds. De plus, il se met à osciller entre l’E et le NE … La vague se lève aussi à 6 pieds de hauteur, une vague courte comme dans le Golf St-Laurent qui se met à nous brasser pas mal dans tous les sens … On part le moteur en restant sous voile pour avoir une meilleure stabilité dans la vague. En début d’après-midi, on change de cap pour se diriger maintenant sur Bimini parce que le bateau tient mieux dans la vague au près. Nous avons maintenant le vent carrément « dans le nez » et on est donc forcé de louvoyer dans le vent. On vise le près-plus-que-serré avec un max de 15 degré de gîte pour donner une chance au moteur. Quand on fait un tack à contre-courant, on avance comme une tortue et quand on fait un tack avec le courant, on file à toute allure. Le vent forci encore en milieu d’après-midi à 20 noeuds du NE avec des rafales à 25 noeuds … La vague, elle, monte jusqu’à 8 pieds de hauteur … AYOYE !!! On a déjà eu une journée semblabe à ça dans le Golf St-Laurent l’année dernière à Mont-Louis, Gaspésie (Hein, BOBINETTE ! …). On est très inconfortable, on est fatigué et on a mal au coeur, mais rien n’est menaçant dans le ciel, alors on est pas trop inquiet. On a juste hâte d’arriver… Dans ces moments-là, on doit se dire que tout va bien, que le bateau flotte et que le temps nous rapproche continuellement de notre destination. Ça sert à rien de faire le contraire, alors autant mieux rester positif.  C’est comme faire du rodéo … sur l’eau. Je cris comme dans les films (Riba Riba !!!, Ya ya ya !!!) et je fouette avec une amarre le côté du bateau pour faire rire Catherine. Elle croule de rire à chaque fois que je fais ça …

Levé de soleil incroyable dans le Gulf Stream !

Aussi, on pense beaucoup à VICTORIA’S SECRET qui subit encore une panne de moteur l’obligant à travailler la tête en bas dans la vague pour le faire repartir. Étrangement, Nancy nous dit qu’il est vert …

Nous nous retrouvons quand même les derniers de la flotille arrivés à Bimini. Enfin, TERRE !!! La flotille se cherche un site pour dormir à l’ancre. On ne veut pas entrer à la marina de Bimini, car nous sommes en fin de journée et fatigués, et l’entrée est trop « tutchée ». Nous arrivons à l’ancrage très tranquille à l’ouest de Bimini Nord vu les vents d’est. L’eau est d’un bleu indescriptible et on voit dans le fond de l’eau, ce qui nous fait tout oublier du Gulf Stream !!! Les équipages sont tous fiers et bien contents d’avoir effectués cette traversée tant appréhendée et d’être enfin aux Bahamas ! On fait tous une petite plongée dans cette belle eau bleue. C’est l’émerveillement total !!! Nos bateaux ont l’air de voler, suspendus dans l’eau. Je vois pour la première fois le dessous du bateau. Tout est parfait: l’hélice, le coupe-orain, l’anode, la quille, le safran et les couches d’anti-fulling.

       

Notre premier mouillage aux Bahamas: YOUPPI !!!                                       On aperçoit SOLUNA devant l’ile de North Bimini

Catherine est sereine après la grande traversée !

Pour le 5 à 7, on ouvre le champagne tous ensemble dans le cockpit de SOLUNA pour souligner ça, mais la fatigue est bien présente et les festivités sont de courte durée. On a encore la tête qui nous bourdonne et nous avons tous de la misère à réaliser vraiment qu’on est aux Bahamas. On se couche là-dessus très tôt avec comme intentions demain de se lever tard et d’aller se dédouaner à Bimini. Il y a une petite houle d’ouest qui nous berce.

      

Benoît de SOLUNA sort le champagne                     Un chin-chin avec Geneviève de SOLUNA !

      

BRAVO cap’tain, on l’a fait !                                                                          On fête ça aussi avec Serge et Lise de APOTHÉOSE

21 Déc 2007: Enregistrement aux Douanes de Bimini

North Bimini- North Bimini, Alice Town (Bahamas);

4 milles nautiques;

Pass. nuageux, 26 ºC, Vents SO 15-20 noeuds avec rafales à 25;

Vagues courtes 3-4 pieds.

 

La houle de mer augmente pas mal vers 4h AM et le roulement du bateau réveille toute la flotille très tôt … sauf Catherine qui ronfle fort jusqu’à 8h AM. Elle a dormi environ 13 heures en ligne sans se réveiller !!!  En matinée, Catherine et moi on relaxe, on regarde la belle eau aqua et on s’imprègne du fait qu’on est aux Bahamas.

Avec le reste de notre flotille, on lève l’ancre vers 9h30 pour se diriger à la marina de Bimini à cinq milles environ de notre ancrage, car on veut se dédouaner. On parle à la VHF avec des équipages partit cette nuit de Miami pour la traversée du Gulf Stream. Certains de ceux-là projètent de s’amarrer à Bimini aujourd’hui dont OCÉANITE et MAXA X. On voit soudainement un grain qui se présente au loin. Les équipages en mer nous disent qu’il dure environ 20 minutes et que le vent derrière est ensuite plus fort. On espère arriver à l’entrée de Bimini à temps, mais en vain. Le grain nous tombe dessus et on reste stationnaire pendant une bonne heure devant l’entrée, nez-au-vent. Le vent souffle à 25 noeuds, la vague se lève et des rouleaux se forment. De plus, on cherche l’entrée qui n’est pas évidente à trouver. Aux Bahamas, les aides à la navigation sont quasi-inexistentes et peu fiables. L’hésitation s’empare des membres de notre flotille, car on sait que l’entrée à Bimini est réputée pour être difficile. On est si près du but pourtant … Durant notre hésitation, un cruiser arrive à toute allure et entre dans le chenal sans même ralentir, nous indiquant par le fait même par où passer. OCÉANITE, qui est maintenant très proche de nous rejoindre, nous rassure aussi en nous disant que le chenal a été dragué récemment et qu’il est fiable. SOLUNA décide de ce lancer avec son faible tirant d’eau, suivit de MER ET MONDE de près. Les autres équipages finissent par nous suivre puisqu’ils constatent que tout ce passe bien. Les rouleaux nous poussent avec force dans le chenal, le courant est fort et on voit très bien les bancs de sable de chaque côté de nous. La passe est très étroite, mais assez profonde. C’est très sportif, mais faisable. On peut dire qu’on a eu quelques poussées d’adrénaline …

Entrée dans le port de Bimini à la queue leu-leu   

Le calme est totale dans la baie intérieure de Bimini. Il y a plusieurs marinas peu coûteuses et on se trouve chacun un emplacement à une marina pour aller faire notre dédouanement. Je demande le coût au responsable de la marine. C’est 30$ pour dédouaner ou 30$ pour passer la nuit. On reste donc pour la nuit à la marina et on profite des services, ce qui va nous faire un très grand bien.

On retombe donc sur nos pattes. J’installe l’électricité et j’arrange bien nos amarres pour suivre la marée (ce ne sont pas des quais flottants). On dine. Je nous enregistre à la marina. Ensuite, c’est le dédouanement. Nous avons deux places à faire, soit l’immigration et les douanes. Seuls les capitaines ont le droit de débarquer et on rit bien avec ça. On empêche nos femmes d’aller sur le quai et on les menace même de les embarrer dans les toilettes de nos bateaux. On se concerte même les capitaines ensemble pour passer aux douanes et ensuite aller prendre un bière pour profiter du confinement de nos femmes HI! HI! . Le dédouanement se passe bien et on revient une heure après pour hisser le drapeau des Bahamas et enlever notre drapeau jaune de quarantaine. YOUPPI !!!

Le bureau des douanes à BIMINI

Il est presque 15h et on va visiter avec SOLUNA et APOTHÉOSE la seule rue de Bimini avant le coucher du soleil. On placotte avec quelques bahamiens pour ce rendre compte qu’ils nous quettent. Catherine est tellement contente d’en voir qu’elle est prête à leur donner sa chemise, mais se retient … On constate la pauvreté des bahamiens et ça nous vire à l’envers … On est vraiment tous excités et il faut faire attention à se contenir un peu. Après avoir marché environ 500 pieds, le désir de voir une plage nous envahit et on s’y rend toute de suite. Les vagues sont fortes, le vent est chaud et l’eau est d’une couleur absolument incroyable. Quel beau paysage !!!

      

Une rue typique à Bimini                                                                               Les murs sont décorés avec des Conques: très exotique !    

La plage de Bimini. On a fait tout ce chemin pour ça et ça vaut le détour !!!

La réalité nous frappe alors et nous fait vraiment réaliser qu’ON EST AUX BAHAMAS !!! Les îles des Bahamas sont quand la destination ultime de notre voyage. On sent qu’on a atteint notre but ultime. On sent aussi qu’on vient de tomber en vacances, même si on l’est en quelques sortes depuis cinq mois. On a un impression d’accomplissement très agréable. C’est le bonheur de le réaliser ensemble Catherine et moi. C’est un moment merveilleux et magique. Les deux derniers mois on été un peu plus dur pour MER ET MONDE. Nous avons eu une série de bris sur le bateau et une grosse job d’approvisionnement au travers de tout cela. La fatigue s’est accumulée, mais l’atteinte du but de la traversée avant Noël nous a stimulé pour continuer et reporter notre repos. Et on y est et on est fier… Il est venu le temps de ralentir et d’y aller maintenant comme bon nous semble.

            

Éric est vraiment content !                                                On est arrivé, YOUPPI !!!

        

Le capitaine marche sur la belle plage

 

On va ensuite faire un tour pour voir VICTORIA’S SECRET, MIGO, OCÉANITE et MAXA X qui sont dans une autre marina que nous. On regarde les enfants qu’on appelle affectueusement « les petites grenouilles » patauger dans l’eau avec leurs palmes-masque-tuba qui sortent de belles grosses étoiles de mer de l’eau. On compare notre traversée du Gulf Stream d’hier avec celle d’OCÉANITE et de MAXA X aujourd’hui. Ils n’ont pas eu a louvoyer pour atteindre Bimini, mais la mer était plus déchaînée qu’hier. On apprend que plusieurs membres d’équipages ont été très malades aujourd’hui lors de leur traversée.

     

Les équipages explorent les rues de Bimini                                                Sarah-Maude de VICTORIA’S SECRET trouve une belle étoile de mer

                                                                                                                         en plongée

 

On retourne à notre marina pour un 5 à 7 sur MER ET MONDE avec SOLUNA et APOTHÉOSE. On discute de la navigation vers Nassau. MIGO et VICTORIA’S SECRET veulent faire un 24h pour arriver plus vite à Nassau. Pour notre part, MER ET MONDE trouve que rien ne presse maintenant que nous sommes aux Bahamas. On opte pour une navigation de jour avec deux arrêts pour aller à Nassau. SOLUNA et APOTHÉOSE sont du même avis, alors la flotille se divise en deux groupes pour aller à Nassau.

Je vais prendre une bonne douche très chaude et très longue à la marina. Au retour, on soupe et jase avec MIGO et VICTORIA’S SECRET qui viennent nous dire bonsoir. Catherine se couche ensuite, mais moi je suis stimulé par l’accès internet et me couche que vers 12h30 AM. Juste avant de me coucher, la quille touche le fond très dur à marée basse et ça fait un vacarne ! Il ne reste sûrement qu’un centimètre en dessous de la quille, car c’est une petite vague de bateau qui vient de passer. C’est la première fois du voyage qu’on touche un fond dur.

22 Déc 2007: 24 heures sur le Great Bahamas bank

North Bimini, Alice Town- Great Bahamas Bank (Bahamas);

40 milles nautiques;

Ensoleillé, 28 ºC, Vents SE 10 noeuds, vagues 1-2 pieds;

Départ à 08h30, Arrivée à 17h30, voile: 9h00;

Ancrage: N 25° 37.39, W 78° 41.60.

On part de la marina de Bimini à 8h30 AM et on navigue à voile toute la matinée vers le nord. On arrive enfin sur le « bank » vers 10h AM à la hauteur de North Rock. Le Great Bahamas Bank est une immense mer intérieure de 10-20 pieds d’eau qui part de Bimini et s’étend jusqu’aux Berry’s Islands vers l’est (60 miles nautiques de large). La couleur de l’eau est démentielle et on y voit tout le temps le fond de l’eau.

Un pélican pose fièrement pour la photographe !

Arrivés sur le bank, on change le cap pour aller à l’est vers le North West Channel. Ce chenal nous mènera aux Berry’s Islands par le Tongue of the ocean demain. Il fait très beau, la vague diminue de beaucoup et la navigation est très confortable. On est toujours toutes voiles sorties. On n’est plus pressé. Le vent faiblit en après-midi et on doit repartir le moteur. On garde tout de même les voiles et on ajuste le régime du moteur moins haut que la vitesse de croisière.

Les lignes à pêche sont à l’eau depuis le matin. À part un poisson qui emporte tout notre gréement, MER ET MONDE ne capture rien. Pour SOLUNA, c’est la pêche miraculeuse. Trois belles et succulentes prises pour eux aujourd’hui. Quant à eux, APOTHÉOSE pêche un Barracuda. C’est malheureux: ça ne ce mange pas à cause du risque d’empoisonnement (le Ciguatera) !

Vers 17h, on analyse la situation et les prévisions météo. On a parcouru la moitié de la route menant au North West Channel, soit à 30 miles nautiques. On a bien progressé et on décide de s’arrêter pour la nuit, car ils annoncent des vents légers pour les prochaines heures. On descend à environ 3 miles nautiques vers le sud et on s’ancre à l’est du Mackie Shoal, là on l’on ne risque pas d’être dans les jambes pour la nuit. On nous a conseillé de bien faire attention aux bateaux de transport bahamiens, les mailboats, qui roulent à toute vitesse la nuit sur le bank. On a vraiment l’impression d’être en plein milieu de nulle part dans l’océan. On ne voit rien sur 360 degrés et on est dans 12 pieds d’eau. Il y a une houle d’environ un pied, ce qui est confortable. Nous allons au 5 à 7 dégustation-poisson sur APOTHÉOSE en allant au préalable chercher SOLUNA avec DEMIE-PORTION. Les deux Cero Mackerel et le Blue Runner qu’ils ont pêché sont un vrai délice et les histoires de pêche pleuvent.

MER ET MONDE ancré sur le Great Bahamas Bank pour la nuit

MIGO et VICTORIA’S SECRET communiquent avec nous sur la VHF en soirée et nous disent qu’ils sont en train de passer à 2-3 milles nautiques de nous. Ils prévoient s’arrêter quelques heures à l’ancre cette nuit sur le bank pour ensuite continuer vers Nassau. Ils nous apprennent aussi qu’il y a eu une émeute ce midi à Alice Town (North Bimini). Un policier a tué un civil la nuit dernière alors que l’on dormait à la marina et les villageois se sont révoltés aujourd’hui en mettant le feu au poste de police et la mairie. Des policiers de d’autres îles sont venus à Alice Town ce midi pour remettre de l’ordre et ils tiraient des coups de feu en l’air à l’aide de mitraillettes pour faire peur aux civils. Nous nous comptons chanceux de ne pas avoir été mêlés à tout cela, mais nous avons une pensée pour des équipages québécois qui étaient sur place au moment de l’émeute tel qu’OCÉANITE et MAXA X. Nous avons hâte d’avoir de leur nouvelles.

On retourne sur notre bateau ensuite, on mange un bol de céréales et on se couche assez tôt.  La houle nous berce doucement et Catherine dort comme un bébé avec ce petit roulement. Quelle belle journée !

23 Déc 2007: Pêche miraculeuse pour MER ET MONDE II

Great Bahamas Bank- Berry Islands, Chub Cay (Bahamas);

35 milles nautiques;

Ensoleillé, 28 ºC, Vents SE 10 noeuds, vagues 1-2 pieds;

Départ à 07h00, Arrivée à 17h00, voile: 10h00;

Ancrage: N 25° 24.33, W 77° 51.53.

On se lève avant l’aube vers 6h AM et on lève l’ancre lorsque le soleil se lève avec SOLUNA et APOTHÉOSE. Il fait encore très beau aujourd’hui. On en revient toujours pas d’avoir couché en plein milieu de nulle part et que tout ce soit bien passé. Après une heure de moteur, on sort toute la gueneille car une petite brise se lève. On vogue tranquillement sans moteur et on relaxe.

Je mets la canne à pêche à l’eau après diner … et c’est au tour de MER ET MONDE de faire une pêche miraculeuse : YOUPPI !!! Ça commence par un beau Mutton Snapper bien gras de 26 pouces, ensuite, un beau Cero Mackerel de 20 pouces, et pour finir, un Blue Runner de 14 pouces  … Aussi, à trois reprises, la ligne se déroule, mais on perd le poisson avant de l’avoir ramené à bord. Et tout ça en moins de deux heures !!! Ce qui est très stimulant dans la pêche en mer dans le sud, c’est qu’on ne sait jamais d’avance ce qu’on va sortir. C’est une découverte à chaque fois tellement il y a une variété d’espèces ici.

          

Le Mutton Snapper bien gras de 26 pouces                           Le joli Blue Runner de 14 pouces

Le succulent Cero Mackerel de 20 pouces

Ramener chaque poisson prend entre 20 minutes, et ensuite, l’identifier prend aussi le même temps. Une fois le poisson dans le cockpit, s’en suit une recherche dans les livres pour l’identifier et pour savoir s’il est comestible. Il faut se dépêcher à l’identifier, car il faut le remettre à la mer s’il ne se mange pas. Et ensuite, ce n’est pas fini, il faut aussi l’arranger. On est dans le jus et c’est euphorisant !!! Catherine adore la biologie et la dissection des poissons. Elle se met à la tâche de vider les poissons pêchés et de faire des filets. C’est pas évident avec le mouvement et la gîte du bateau puisqu’on navigue au près. Elle est excellente pour ce travail manuel et il faut dire qu’elle a l’expérience pour ce qui est d’apprêter la truite mouchetée.

         

Le dépeçage du Mutton Snapper                                    Catherine réussit de beaux filets

Nous faisons bien des farces avec tout ça en disant: « Moi… mammouth… pêcher poissons… toi… femme… apprêter poissons pour nourrir homme » !!! On se sent comme des hommes des cavernes. C’est fou ce qu’on retourne aux sources dans un voyage en voilier. Aussi ridicule que cela peut paraître, cela me fait rend fier d’avoir l’impression de pourvoir ma femme en nourriture. Catherine me fait d’ailleurs un petit « rituel de passage » dans le clan des mammouths en m’offrant un collier avec une vraie dent de requin. Elle attendait le bon moment pour me l’offrir. Je suis maintenant un vrai homme HI! HI! HI!.

En fin d’après-midi, on sort du bank par le North West Channel et on navigue un peu dans l’océan pour se rendre à notre destination pour la nuit. On appelle cette partie d’océan le Tongue of the ocean et c’est très beau. On s’ancre pour la nuit dans une belle anse très bien protégée à Chub Cay dans les Berry’s Islands. Il n’y a pas de houle et le son des vagues qui se cassent sur la plage fait penser aux cassettes de relaxation qu’on achète pour se calmer …

Paysage de rêve à Chub Cay (Berry Islands)

J’active mon antenne de radio ondes courtes, car on a pas de météo par VHF ici. Je me sens vulnérable sans météo, alors je veux pallier à ça au plus vite. J’ai testé un peu mon système avant de partir, mais je n’en avais pas eu encore besoin depuis le début du voyage. Là, c’est le temps. Pendant ce temps, Catherine fait cuire tout le poisson pour pouvoir le conserver plus longtemps. On devait le partager avec les deux autres équipages, mais finalement chacun désir de se reposer ce soir. Le souper est vraiment excellent et on préfère de loin le goût du Snapper.

Les filets des trois poissons tropicaux:  prêt à être cuits !

24 Déc 2007: 12 pieds de vagues dans le Tongue of the Ocean

Berry Islands, Chub Cay- Nassau (Bahamas);

38 milles nautiques;

Nuageux, 25 ºC, Vents NE 20-25 noeuds;

Départ à 06h30, Arrivée à 16h00, voile et moteur: 09h30;

Longue houle de 12 pieds.

 

Fidèle à notre nouvelle habitude, on se lève à l’aube. Aujourd’hui, c’est la veille de Noël et on souhaite être à Nassau pour fêter. La baie est très calme et la flotille décide de partir vers Nassau malgré que l’on ait pas les prévisions météo pour aujourd’hui. Mon radio SSB ondes courtes marche bien, mais hier soir, il n’y avait pas de fax météo. Il faudra attendre à ce matin entre 7h et 8h AM.

On se dit qu’on va faire un bout et voir comment ça ira. À la sortie de la baie, la vague lève rapidement et est très impressionnante. Il vente 20 noeuds du N. On se rend compte que l’on était bien protégé à notre mouillage. On sort le génois en plus du moteur qui roule pour avoir une bonne tenue dans la vague. On file à notre vitesse maximale de coque, soit 6.4 noeuds. Ça va bien pour le moment. On doit naviguer toute la journée dans le Tongue of the Ocean pour se rendre à Nassau où les conditions de mer sont océaniques.

Entre temps, je réussis à avoir mes cartes météo par fax. J’annonce aux deux autres équipages qu’il fera jusqu’à 25 noeuds de vent aujourd’hui et qu’il y aura une houle de mer de 10-12 pieds avec un long « swell » (houle) de 10 secondes. Normalement, avec une météo comme celle là, on ne serait probablement pas en route. Mais étant dans l’action, voyant que le bateau tient bien dans la vague et que nous sommes tout de même assez confortable, on décide de continuer. On a un mal de mer tous les deux, mais on est vraiment hypnotisé pas cette vague immense d’au moins 12 pieds et on est sur l’adrénaline. Jamais on avait vécu ça encore. On perd complètement l’horizon de même que les voiliers de SOLUNA et APOTHÉOSE lorsqu’on est dans le creux de la vague. Une expérience hors du commun !!! On voit cela dans des films et on se demande comment les gens font pour aller en mer avec ce genre de vagues. On se rend compte que quand la houle est très longue, le bateau ce comporte mieux que dans la vague courte. Faut le vivre pour le croire !!!

      

Une belle vague qui monte avec SOLUNA en arrière plan                           Le mât d’APOTHÉOSE …

L’arrivée dans le port de Nassau est une autre paire de manches. Avec les vents du nord de 25 noeuds et la grosse houle, les vagues déferlent en gros rouleaux de chaque côté du chenal sur les brises-lames et sur la plage. Le courant qui est très fort nous pousse sur le brise-lame à tribord. On passe à babord de la bouée rouge qui marque l’entrée du chenal et celle-ci se fait engloutir par les vagues déferlantes. Très très très impressionnant … On croise les doigts, la bouche ouverte et les yeux écarquillés … Enfin, dans le chenal, un remorqueur poussant une grosse barge fait du sur place et nous bloque la route. On doit se maintenir immobile dans le courant et on a hâte qu’il se branche parce que le chenal est étroit. Une fois passé le chenal, ont passe à côté de bateaux gigantesques de croisière qui sont à quais.

      

Après l’entrée du port de Nassau (on voit SOLUNA, APOTHÉOSE et           On peut aussi apercevoir Paradise Island et les bateaux de croisière

le remorqueur à l’arrière)                                                                                de l’entrée du port

 

Le complexe hotellier de Paradise Island

Dans le port de Nassau, on prend des nouvelles de MIGO et de VICTORIA’S SECRET par VHF. Ils sont arrivés hier à Nassau et ont pris une marina, mais il ne reste plus de place où ils sont. APOTHÉOSE et SOLUNA veulent s’offrir aussi une marina comme cadeau de Noël, alors on suit la famille. On se prend donc une marina avec eux. Le courant est très fort à Nassau (jusqu’à 3 noeuds). Je manie le bateau dans la marina d’une façon très habile et me « stationne » à reculons, ce qui relève d’un tour de force avec tout ce courant. Catherine n’en revient pas à chaque fois comme je peux conduire cette chaloupe de 12 000 lbs presque comme je le veux. Je dis presque, car il faut toujours se garder une petite gêne et respecter la nature qui nous rappelle souvent que c’est pas nous le « boss ».

On s’amarre au quai enfin, sain et sauf … NOUS SOMMES ARRIVÉS À NASSAU !!! On en revient pas, la veille de Noël en plus ! Comme on est chanceux, c’est comme dans un rêve !  Toute l’adrénaline retombe d’un coup. On fait du Internet et quelques appels par SKYPE pour contacter la famille et leur souhaiter un Joyeux Noël. On essaie de faire une sieste vers 18h, mais sans succès. On soupe en amoureux vers 20h et ensuite on va au resto-bar de la marina qui a été désigné comme lieu de rencontre pour tous les équipages québécois. VICTORIA’S SECRET et MIGO sont du rendez-vous. On se sert tous très fort dans nos bras et on se met à jour dans nos péripéties. Le bar ferme à 22h30, alors on prolonge cette rencontre de québécois sur le quai de notre marina. MER ET MONDE met de la musique et on prend un verre tous ensemble. Une grosse averse disperse le groupe dont MIGO et VICTORIA’S SECRET qui retournent à leur bateau. MER ET MONDE poursuit la fête avec SOLUNA, APOTHÉOSE et le groupe de québécois restant. À minuit,  c’est le Joyeux Noël officiel et vers 1h30, on va tous ce coucher. On est complètement brûlés et la tête nous bourdonne !

25 Déc 2007: La JUNKANOO

Nassau (Bahamas);

Ensoleillé passages nuageux, 28 ºC.

Au matin, c’est le lavage de la coque du bateau avec de l’eau douce. Pendant ce temps, Catherine va faire du lavage. Il faut profiter des services de la marina même si c’est Noël, car on aura pas la chance d’avoir ces services avant longtemps.

En après-midi, on va faire une visite à nos amis VICTORIA’S SECRET et MIGO à leur marina en marchant une bonne demie-heure dans Nassau. On se fait un petit échange de cadeaux. Les enfants sont bien contents que MER ET MONDE leur donne des bonbons et du chocolat: ce sont tous des « bibittes à sucs » !.

          

Catherine reçoit deux belles bagues faites                   La lavette donnée par VICTORIA’S SECRET: 

par Joana et Nancy                                                         Éric est très heureux !!!

 

 

      

Les cannes font le bonheur de Jonathan dit « la bibitte à suc »                  Nancy et Laurence aiment eux aussi le « suc »

Ensuite, on revient au bateau vers 17h. La fatigue accumulée se fait de plus en plus sentir avec l’adrénaline qui tombe. Catherine et moi, on convient qu’il faut dès demain aller à l’ancre dans un coin tranquille pour se reposer intensivement. La ville de Nassau et Paradis Island sont pleines de stimuli, mais l’urgence de se reposer est très présente et on doit mettre cela en priorité. On est invité à prendre un verre de champagne avec SOLUNA et APOTHÉOSE avant d’aller à la parade. JOYEUX NOËL !!!

Benoît et Geneviève de SOLUNA nous servent un bon verre de champagne

Cette nuit, c’est la fameuse JUNKANOO. C’est la parade du lendemain de Noël de Nassau. À l’origine, les bahamiens qui subissaient l’esclavage sortaient fêter dans les rues après que leurs maîtres aient terminés de fêter Noël. Ils se fabriquaient des costumes avec ce qu’ils leur tombait sous la main, souvent des ordures. L’esclavage du peuple bahamien s’est terminé au début des années 1800. Laissés à eux-même, ils ont survécu avec la pêche.  La JUNKANOO est devenue une fête à grand déploiement aujourd’hui et ça vaut vraiment le déplacement. 

La fête commence à 1h AM et se termine vers 10h AM le 26 décembre. Avec SOLUNA et APOTHÉOSE, on se rend vers 23h à la marina de MIGO et VICTORIA’S SECRET. On part tous ensemble vers la parade. À minuit, c’est ma fête et tout le monde me chante joyeuse fête en coeur. C’est vraiment d’une belle façon que je fête mes 35 ans cette année !!! On regarde la parade jusqu’à 2h30 AM et on est complètement ébahit par les gigantesques costumes que les bahamiens portent, les couleurs vives, l’énergie dégagée et la fanfare entraînante. Ils portent tout le poids de leurs costumes sur leurs épaules sans grimacer et n’ont pas d’aide mécanique. De plus, ils sont drôles et font rire les participants. On apprend à se déhancher comme les bahamiens et c’est facile. C’est vraiment féerique ! Catherine était vraiment motivée à arriver à Nassau pour participer à cette fête et son but est atteint: YOUPPI !!!

         

     

          

Les magnifiques costumes de la parade de la JUNKANOO à Nassau

Après une bonne marche de santé, on est de retour à notre marina avec SOLUNA et APOTHÉOSE. On se couche vers 3h AM avec la musique de la fanfare en tête.

26 Déc 2007: Bonne fête Éric: 35 ans !

Nassau-Rose Island, partie sud (Bahamas);

6 milles nautiques;

Ensoleillé pass. nuageux, 28 ºC, Vents SE 10-15 noeuds;

Départ à 16h00, Arrivée à 17h30, voile: 1h30;

Ancrage: N 25° 05.02, W 77° 12.74.

Ce matin, il y a deux bateaux à côté de nous qui partent et cela nous réveille de très bonne heure. On se rend bien compte que c’est pas parce qu’on est dans une marina qu’on peut plus se reposer. J’enclenche le ravitaillement en eau et en diesel. Catherine va à l’épicerie avec SOLUNA et tout cela  nous occupe jusqu’à 13h. J’ai promis d’envoyer un vidéo à mon cousin Mario pour la famille Pageau au jour de l’an et je réalise que si je ne le fais pas tout de suite, je n’en aurai plus l’occasion par la suite. On fait donc ce vidéo et je tente de l’envoyer par internet jusqu’à 15h.

On salue tout le monde. Les autres équipages vont venir nous rejoindre dans les prochains jours. À l’heure du départ, l’ordinateur nous lâche. On a plus notre instrument principal de navigation, mais on veut vraiment quitter la marina. Je pars notre vieil ordinateur de « backup », puis on largue les amarres, non sans une pointe d’énervement. La journée avance et on doit être à l’ancre tout près d’ici à Rose Island avant le coucher du soleil. Je me rend compte que l’ordinateur de backup n’est pas prêt: il n’a pas les cartes des Bahamas. Je laisse l’ordinateur de côté et je débute la navigation « à la mitaine », tandis que Catherine est à la barre. On inverse donc les rôles habituels. Je dois me rappeler rapidement toutes mes notions de navigation apprises dans mes cours en utilisant les coordonnées GPS pour trouver ma position sur les cartes papiers. Catherine, quand à elle, doit naviguer à vue pour la première fois pour identifier les hauts-fonds et les têtes de corail. « Lire » les profondeurs d’eau est tout un apprentissage aux Bahamas et c’est aujourd’hui que ça commence !

On arrive à notre destination pour la nuit. La première ancre est jetée au coucher du soleil à 17h30 et la deuxième presque dans le noir. Juste à temps, car une fois la nuit tombée, il fait noir pas à peu près ici …

Mouillage au sud de Rose Island: on aperçoit Nassau au loin

On prend une petite bière pour fêter notre ancrage dans un endroit tranquille, fêter le début de notre repos et fêter aussi mes 35 ans d’aujourd’hui. La fête est de courte durée, car une fois la bière prise, le sommeil m’envahit. À 19h, je dors à poings fermés au grand étonnement de Catherine. Elle me réveille à 20h pour souper et on se recouche ensemble tout de suite après. C’est une nuit tranquille.

27 Déc 2007: Repos à Rose Island

Rose Island, partie sud- Rose Island, partie nord (Bahamas);

5 milles nautiques;

Ensoleillé pass. nuageux, 28 ºC, Vents SE 10-15 noeuds;

Départ à 11h00, Arrivée à 12h00, voile: 1h00;

Ancrage: N 25° 05.47, W 77° 13.98.

On se lève dans la nature et l’eau bleue cristaline. WOW ! Par contre, le paysage qu’on a de l’île de Rose Island est son côté rocheux et aride. On décide d’aller de l’autre côté de l’île pour midi pour se protéger des vents annoncés. On reçoit une communication VHF de SOLUNA et APOTHÉOSE qui quittent la marina sous peu pour venir nous rejoindre: YOUPPI !!! On leur dit qu’on va les rappeller pour leur donner des nouvelles de notre prochain ancrage.

On arrive à notre autre mouillage en peu de temps en naviguant à vue. On commence à s’habituer aux différentes couleurs d’eau qui nous indiquent la profondeur. L’ancrage est très bon : du sable dans 15 pieds d’eau. Je sonde un peu les alentours en dinghy avec notre profondimètre portatif et remarque que des têtes de coraux nous entoure. Nous n’avons pas assez d’espace pour que le bateau tourne autour de son ancre, alors on décide de mettre une deuxième ancre à l’arrière du bateau.

         

Les cheveux dans le vent à la proue !                          On en profite pour terminer de faire sécher les brassées de lavage.

De ce côté de l’île de Rose Island, on peut apercevoir la superbe île de Guiligane où Les joyeux naufragés ont été tournés. Une île comme on les imagine dans nos rêves: un petit banc de sable blanc avec un seul palmier ! Quel paysage merveilleux ici ! Il y a des plages de sable blanc partout, des têtes de coraux, des poissons, des palmiers et de tout ce qu’on rêve quand on pense aux Bahamas. On communique cela à SOLUNA et APOTHÉOSE qui s’empressent de venir nous rejoindre.

SOLUNA qui vient nous rejoindre à l’ancrage

Je fais une petite plongée en milieu d’après-midi et invite Catherine à aller au moins dans le dinghy pour mettre ses lunettes de plongée et regarder dans l’eau. Depuis le début du voyage, Catherine ne s’est pas mis l’orteil à l’eau. Ceux qui connaissent bien Catherine le savent, elle a une peur bleue de l’eau. Chose étrange puisqu’elle adore naviguer et être SUR l’eau.  Je la convains donc d’au moins regarder à partir du zodiac cette beauté de la nature. Elle regarde dans l’eau avec son masque pendant quelques secondes. Comme pour tous, la première impression est très vive. OUPS, Catherine tombe dans un état d’exctase !!! Vite vite, elle enfile sa ceinture de sauvetage de même que palmes-masque-tuba et se trempe en entier dans l’eau. On patauge un peu autour du zodiac tranquillement pour s’habituer. Elle se remet la face dans l’eau avec son masque et la fascination lui reprend aussitôt et lui occupe totalement l’esprit. Elle arrive à oublier sa peur rapidement, tellement qu’on nage main dans la main vers SOLUNA ancré à 500 pieds de nous. Bravo Catherine !!! C’est vraiment un événement et même moi qui la connaît depuis 15 ans n’aurait pas prédit qu’elle passerait à cette étape aussi vite. Catherine est très secouée par cette expérience et moi, je n’en crois pas mes yeux non plus.

28 Déc 2007: Première vraie plongée en apnée

Rose Island, partie nord (Bahamas);

Ensoleillé, 28 ºC.

Il fait beau. La cure de repos continue.  Catherine est couchée sur son coussin dans le cockpit et je l’assiste en lui fournissant tout ce dont elle a besoin pour ne pas qu’elle ait à se lever. La prescription de Dr Éric est: lecture, lecture, lecture, ou sieste si elle préfère. Elle entâme le dernier de la trilogie de Marie Laberge: Le goût du bonheur. Il y a longtemps qu’elle a pris le temps de lire et on va se concentrer sur ce rattrapage en lecture !

En après-midi, des fourmis se font sentir de plus en plus dans nos jambes. Je propose une petite plongée pour aller voir les têtes de corail près de notre bateau. Ça doit être bien puisqu’il y a beaucoup de bateaux de touristes qui partent de Nassau pour faire de la plongée en apnée ici. Catherine s’empresse de dire oui. On sort notre stock de plongée et on part tous les deux en zodiac à environ 1000 pieds du bateau.  Catherine se met à l’eau et tient d’abord le zodiac tout en regardant dans l’eau dans toutes les directions. L’émerveillement est total !!! Elle se pratique à respirer dans son tuba la tête dans l’eau et à se détendre davantage. Moi, je me promène aux alentours et essaie mes premières plongées avec ma ceinture de poids. À 10 pieds, je ressents une pression extrême dans mes oreilles et je ne peux descendre plus. Par contre, je suis vraiment émerveillé par tout ce qui m’entoure. On avait des petites envies de pêcher de la langouste, mais l’exctase prend toute la place. Et on regarde … Et on regarde … Et on regarde … jusqu’à temps qu’on grelotte de froid tous les deux. Catherine et moi, on a pas mis nos wetsuit aujourd’hui. On se réchauffe un peu dans le zodiac. Ensuite,  on voit SOLUNA qui arrive pour faire de la plongé eux aussi. Ils viennent nous rejoindre et on change de site. On replonge une autre heure avec SOLUNA. Catherine et Geneviève crient sans arrêt et placotent ensemble dans leur tuba en voyant de beaux poissons, c’est très drôle. Il se passe ensuite quelque chose que je n’aurais jamais prévu. Je remonte dans le zodiac car je trouve que s’en est assez pour aujourd’hui. Ça fait quand même deux heures et demie qu’on est dans l’eau. Imaginez-vous que ma Catherine, elle, continue à nager seule la tête dans l’eau et me dit qu’elle, elle n’en a pas encore assez !!! Non mais, non seulement elle est rendue à l’aise dans l’eau et se promène toute seule, mais elle reste plus longtemps que moi dans l’eau … Bref, c’est un bonheur incroyable de voir ça ! Je suis vraiment très content de ce qui se passe et cela nous rend très heureux tous les deux.

Quand on dit qu’aux Bahamas, la plongée est la plus grande attraction, et bien, on vient de comprendre pourquoi. Il faut que j’explique, pour ceux qui ne le savent pas, ce qu’est la plongée en apnée. Ce qui est spécial, c’est de pouvoir regarder sous l’eau tranquillement et à notre rythme tout en respirant. C’est pas normal de respirer sous l’eau et notre cerveau refuse de le faire au début. Les premières fois, la respiration n’est pas fluide et est saccadée,  puis, on comprend très vite qu’on peut respirer dans le tuba tout en maintenant notre tête sous l’eau. Une fois l’apnée apprivoisée, il s’en suit un état de calme indescriptible mélangé à de l’émerveillement. On devient hypnotisé par la beauté sous-marine. Les têtes de corail sont vraiment très belles. On peut y voir toutes sortes de coraux de toutes les couleurs et plein de sortes de poissons tropicaux qui passent près de nous sans trop se sentir menacés. C’est plus nous qui avons peur, car on ne connaît pas encore la réaction que peuvent avoir toutes ses créatures de la mer face à notre présence … On se sent vraiment nager dans un aquarium géant.

Catherine s’empresse de tout identifier les poissons qu’elle a vu avec ses livres de références et de savoir s’ils sont comestibles. Son préféré de la journée est un superbe Black Angelfish, un poisson tropical de 15 pouces de long et il n’est pas trop recommandé de le manger.

MIGO et VICTORIA’S SECRET viennent nous rejoindre en fin d’après midi.

29 Déc 2007: Avant-midi sur O’BLEU

Rose Island, partie nord (Bahamas);

Ensoleillé pass. nuageux, 28 ºC.

Le matin on se lève et on lit tranquillement pas vite.

On reçoit un appel sur la VHF d’O’BLEU qui vient tout juste de s’ancrer à côté de nous. C’est le superbe voilier québécois de 50 pieds qu’on a vu à Titusville. Ils ont besoin de mes services pour faire fonctionner leur système satellite pour la portion Internet. Catherine et moi, on se rend donc sur O’BLEU tout de suite après l’appel. Pour Catherine, c’est sa première visite de ce voilier luxueux. Je travaille sur leur problème pendant environ deux heures et j’en viens à bout. Pendant ce temps, Catherine placotte avec les propriétaires et a droit à une belle visite guidée. Elle prend plein de photos bien sûr. C’est des idées pour notre prochain bateau …

Le magnifique bateau de 50 pieds : O’BLEU

En après-midi, on va faire de la plongée avec toute la flottille des MINI-WEATS près de la plage sur une autre tête de corail. On cherche la langouste, mais sans succès. On continue d’être émerveillé par la beauté de ce monde sous-marin.

Un fois la plongé finie, on va sur MIGO pour un 5 à 7. On rencontre leurs invités qui sont à bord en « charter » depuis deux jours. Leurs invités rêvent de partir en sabbatique dans le sud et souhaitent vivre quelques jours sur un voilier en famille afin de voir s’ils vont vraiment aimer la vie à bord. C’est une famille très sympathique de deux jeunes enfants avec qui on échange. Ils nous disent qu’ils nous connaissent un peu puisqu’il ont tout lu nos aventures sur notre site internet. Ça nous fait tout bizarre !

Le soir, MER ET MONDE reste tranquille en se concoctant un bon souper en amoureux.

30 Déc 2007: Navigation dans le Yellow Bank

Rose Island – Allan’s Cay (Bahamas);

32 milles nautiques;

Ensoleillé, 26 ºC, Vents S15-20 noeuds;

Vagues courtes 3-4 pieds;

Départ à 10h30, Arrivée à 16h30, voile et moteur: 6h00;

Ancrage: N 24° 44.92, W 76° 50.28.

Ce matin, on bouge. Toute la flotille décide de partir sauf MIGO: VICTORIA’S SECRET, SOLUNA, APOTHÉOSE et MER ET MONDE. MIGO doit aller reconduire sa visite à Nassau et ira nous rejoindre à Norman’s Cay. On serait resté encore ici un peu, mais il y a un gros front froid qui s’amène et on doit descendre dans les Exumas pour aller se protéger à Norman’s Cay d’ici deux jours. Aujourd’hui, c’est cap sur Allen’s Cay pour aller voir les iguanes bahamiennes qui volent la vedette sur l’île de Leaf Cay.

On navigue toute la journée sur le Yellow bank avec une vague courte bien établie de 3-4 pieds. On se fait brasser pas mal et on en vient à modifier notre allure au près  pour avoir une meilleure vitesse et une navigation plus confortable. Aussi, on doit faire de la navigation à vue car il y a des têtes de corail de moins de 6 pieds à quelques endroits dans le Yellow bank. Catherine fait donc le guet à la proue une partie du trajet. VICTORIA’S SECRET a encore des problèmes avec son moteur et se fait brasser encore plus que nous sans son moteur. Leur moral en prend un coup, car ils pensaient avoir trouvé le bobo hier …

On arrive à Allen’s Cay vers les 16h30 et il y a un bon courant ici. On s’ancre pour la première fois « à la bahamienne », c’est-à-dire avec deux ancres amarrées à la proue du bateau, dont une est jetée à l’avant du bateau et l’autre est jetée à l’arrière. Les ancres travaillent donc à tour de rôle selon la direction du courant de marée. Ça fonctionne merveilleusement bien et c’est vraiment la meilleure technique à utiliser dans le courant.

On se dépêche ensuite de débarquer à terre sur Leaf Cay, car il reste une heure d’ensoleillement. On voit alors une dizaine d’iguanes pour se contenter un peu, mais elles font déjà dodo à cette heure.

La soirée est tranquille avec un bon petit souper d’amoureux et dodo de bonne heure. Il fait très très noir et on se rend compte qu’on est très seul ici, sans aucune civilisation à de nombreux milles à la ronde (sauf les iguanes). C’est ça les « Out-Islands » et on vient d’en prend conscience.

31 Déc 2007: Au royaume des iguanes

Allan’s Cay – Normand’s Cay (Bahamas);

13 milles nautiques;

Ensoleillé, 28 ºC, Vents SE 10-15 noeuds;

Départ à 11h30, Arrivée à 15h30, voile: 4h00;

Ancrage: N 24° 35.54, W 76° 48.71.

Au matin, le soleil est radieux. On prend notre café et tout de suite après, on s’en va sur l’île aux iguanes avec les autres équipages. Catherine fait une scéance de photos et les iguanes posent fièrement pour elle. C’est pas 10 iguanes qu’on voit, mais 60 aujourd’hui. Les iguanes ne sont pas trop méfiantes et viennent se chauffer la bedaine sur la plage. Les bébés ont plus tendance à rester dans les boisés, et les adultes, sur la plage. On regarde ce beau spectacle pendant près d’une heure trente jusqu’à ce que deux bateaux bondés de touristes arrivent et gâchent tout. Ils débarquent en troupeaux, gavent les iguanes de nourriture et laissent des déchets sur la plage. On trouve cela désolant. On repars vers nos bateaux et on lève l’ancre vers 11h30 AM en direction de Norman’s Cay.

     

     

     

     

      

Sur Leaf Cay, une des trois îles qui font partie d’Allen’s Cay, on peut y voir une soixantaine d’iguanes suberbes.

On navigue un bon bout à voile et Catherine fait le ménage du bateau pendant la navigation, car ce soir c’est le party du jour de l’an. On arrive à Norman’s Cay et on se met à l’épaule avec VICTORIA’S SECRET avec l’intention de recevoir ensemble pour le party de ce soir. Par contre, O’BLEU qui a beaucoup d’expérience aux Bahamas, nous déconseille de se mettre à l’épaule dans ce secteur à cause des courants. On prend le conseil et on se sépare de VICTORIA’S SECRET pour aller se mettre à l’ancre à la bahamienne. Le party se fera sur VICTORIA’S SECRET ce soir.

Catherine fait un beau souper traditionnel avec poulet-patates-légumes en amoureux avec une bonne coupe de vin. On traverse pour le party vers 21h. J’amène mon ordinateur et le système de Karaoké préalablement testé il y a deux jours pour cette occasion. Le party est très animé, enjoué et une réussite jusqu’à 2h AM. On chante beaucoup, mais on danse aussi. Le champagne se débouche à minuit et les voeux de bonne année pleuvent en cette belle nuit fraiche et étoilée …

Souper en amoureux du jour de l’an : BONNE ANNÉE À TOUS ET À TOUTES !!!

On vous souhaite amour, santé et surtout, réalisez vos rêves !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

*************************************************************************************************************************************************************

LA SUITE TRÈS BIENTÔT …

Commentaires fermés sur Decembre 2007 plus...

Articles par catégories

Calendrier des articles

décembre 2019
D L M M J V S
« Nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031