Archive de juillet, 2007

Préparatif voyage aux Bahamas

par le 31 Juil, 2007, catégorie 07-Juillet 2007

OBJECTIF SUD

Saviez-vous qu’on a décidé de prendre une année sabbatique pour partir en voilier dans le sud ?

À partir du 24 juin 2007, on commencera à vivre dans notre bateau. Voici le trajet prévu : nous commencerons à descendre le Fjord du Saguenay au début août 2007. Ensuite, le fleuve St-Laurent jusqu’à Sorel. Nous dématerons le bateau (enlever le mat) et allons passer par la rivière Richelieu.

Ensuite, le lac Champlain, puis la rivière Hudson et ses 12 écluses. On effectuera le rematage du bâteau à cette hauteur et ensuite, nous arriverons à New York.

De New York à Miami, il y a un réseau de canaux naturels et artificiels dans les terres des États-Unis. À cet endroit,  il y a du courant et des marées, car ces canaux communiquent  avec l’océan Atlantique. Ce chemin s’appelle l’Intracostal Waterway. Fait intensivement et sans exploration, le trajet de descente jusqu’en Floride pourrait durer 1 mois, mais il durera pour nous au moins trois mois, car nous allons visiter et prendre notre temps en descendant. Il paraît que c’est de toute beauté tout au long du trajet. Après tout, nous serons en vacances !.

De la Floride, nous ferons la légendaire traversée du Gulf Stream dans l’océan Atlantique pour aller aux Bahamas. Le Gulf Stream est un courant chaud qui vient du golf du Mexique d’une largeur de 35 milles nautiques et de 2,5 noeuds comme vitesse moyenne à la hauteur de Miami. Il faudra attendre une bonne fenêtre météo pour effectuer cette traversée d’environ 12 heures.

L’arrivé au Bahamas est prévu mi-décembre 2007. Nous resterons environ quatre mois aux Bahamas et, vers la mi-avril 2008, nous commencerons à remonter vers le nord avant la saison des ouragans, et aussi car nous devons être au Québec avant le 30 juin 2008 (RAMQ). Eh oui !, toute bonne chose a une fin …

Aux Bahamas, il y a plus de 700 îles et 2000 îlots . Dans les eaux des Bahamas, on navigue soit en mer, soit sur le banc où le fond de la mer remonte jusqu’à environ 20-25 pieds d’eau de surface. On y voit facilement les fonds sablonneux et l’eau y est verte comme aux Caraïbes. Pour naviguer en mer, il faut presque faire exprès tellement ce banc est grand. Seulement 10% des îles sont habitées. Les principaux attraît sont les plages, les nombreuses régates, la pêche, la plongée sous-marine et la plongée-tuba. Leur musique est principalement le reggae et la cuisine bahamienne est surtout composée de produits de la mer.

Pourquoi les Bahamas: Parce que le trajet ne nécessite presque pas de navigation océanique et qu’à notre niveau d’expérience, c’est réaliste comme destination. Les autres destinations demandent plus d’expériences et un voilier plus approprié aux conditions océaniques que le nôtre.

PRÉPARATIFS POUR LE VOYAGE AUX BAHAMAS

TRAVAUX 2006

Notre fan club: Mais qu’est-ce que vous faites de ces temps-ci? On entends pas parler de vous!!!

Réponse: On prépare le bateau depuis un mois!

Notre fan club: Oui, mais qu’est-ce qu’il y a tant que ça à faire….

Réponse: Bien! on va vous l’expliquer un petit peu :

1- La quille rouille. La voici sur quelques angles:

2- Pendant la réparation: enlever la rouille avec un buffeur et mettre des couches de résine d’époxy avec sablage entre chaque couche

3- Et le résultat final après 3 semaines de travail acharné (soirs et fins de semaine): 4 couches de fibres de verre, bien du sablage et un interprotec final.

Vous trouvez pas que cela ressemble à un aileron de requin à l’envers?

24 Novembre 2006

Vous vous demandiez peut-être qu’est-ce qu’on faisait depuis la fin de la saison 2006 ? Et bien, on se prépare pour notre voyage aux Bahamas ! Le check-list de préparation a 220 lignes présentement et monte encore. On a plus de 60% des activités de réalisé. Il y a des lignes qui se règle en 5 minutes, d’autre en 1 heure, mais il y en avait une qui disait: faire un bossoir pour le bateau afin de poser les panneaux solaires et un toit (Bimini) pour nous protéger des intempéries et du soleil quand on est dans le cockpit. Cette simple ligne dans le check-list m’a occupé depuis août 2006 à temps plein: plus de 200 heures de travail et c’est pas fini!

Voici une première photo que j’ai pris cette après-midi lors de mon arrivée au Saguenay. J’ai monté de Québec le rack qu’on construit depuis 3 mois à Québec dans le garage de mon frère Patrick. Je vais le fixer sur le plancher de béton de mon garage pour les 2 prochains mois, car il reste encore beaucoup de travail à faire.

Je vais expliquer plus en détails cette aventure bientôt, car je vais revenir dans une semaine au Saguenay (je travaillais à Québec depuis trois mois en raison d’un court mandat. Celui-ci se termine la semaine prochaine (1 décembre 2006) et je pourrai mettre plus de temps sur mon site web. Mon but était de vous montrer un premier aperçu de ce que j’ai fait depuis 3 mois.

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un bossoir, voici une photo d’un autre bateau qui en a déjà un pour vous donner une idée du résultat final

TRAVAUX 2007

6  janvier 2007

Nous avions  225  tâches à faire avant notre départ et notre pourcentage réalisé était de55%.

Catherine équipée pour plonger tard! Lavage et préparation de contenants étanches pour garder au sec les aliments (riz, sucre, farine, céréales, etc..)

28 janvier 2007

Nous avions 228 tâches à faire avant notre départ et notre poucentage de réalisation était de 60%. (La maison est louée, les soudures du bossoir son terminées, et bien d’autres.

Catherine qui se pratique à faire des conserves et Eric le goûteur derrière la caméra!

6 Avril 2007

Nous avions 239 tâches à faire avant notre départ et notre poucentage de réalisation était de 66%. Principalement, nous avons avancé dans nos bagages, les demandes de permis, le bossoir, bimini et bien d’autres.

Tout rassembler les médicaments pour un an et se monter une trousse de premiers soins

****Petite intervention radio au Saguenay CFIX Rock Détente à écouter MP3*** : Cliquer ici

29 Avril 2007

Nous avions 245 tâches à faire avant notre départ et notre pourcentage de réalisation était de 72%. Nous avons installé le bossoir, fixé le radar, fixé les panneaux solaires, changé l’hélice, installé un coupe-orin (pour couper les filets de pêcheur qui se prennent dans l’hélice), vérifié le gouvernail, démanché le joint d’étanchéité du shaft d’hélice, etc…

Transport et pose du bossoir sur le bateau

21 Mai 2007

Nous avions 268 tâches à faire avant notre départ et notre pourcentage de réalisation était de 76%. Nous avons réinstallé le shaft d’hélice, installé le béring du pied d’hélice, remonté le presse-étoupe, sablé la coque, lavé les tapis du bateau, changé les drapeaux du mat, réinstallé le réflecteur-radar, verni deux bancs sur quatre du cockpit, changé la pompe de cale, fait des conserves (pots Masson), finalisé les vaccins et les rendez-vous médicaux et de dentiste pour l’année, mis le pick-up à vendre, posé le bimini, etc….

À gauche, sablage de la coque! Deux extra-terrestres (moi et mon frère Patrick) qui se sont tués à l’ouvrage pendant deux jours.

À droite, la pose du bimini (toit qui nous protège quand on est dehors dans le cockpit) et confectionné avec beaucoup de patience par Micheline (mère de Éric).

Après le sablage… Une couche d’interprotect blanche et la 2 ième en grise (protection en fibres de verre pour sceller la coque contre l’eau) .

On mettera 2 couches additionnelles (une autre blanche, et une autre grise), ensuite ce sera l’anti-fouling…noir et bleu.

Pour ceux qui doute que Catherine travaille de ses mains! La voici en action. Remarquez ses mains beurrées.

3 juin 2007

Nous avions 268 tâches à faire avant notre départ et notre pourcentage de réalisation était de 80%. Enfin! le 80% ! Il a été si long à atteindre ! Nous sommes bien contents et nous commençons à penser à être sur l’eau très bientôt. Dans 2 semaines, nous mettrons le bateau à l’eau. Nous avons posé 2 couches d’anti-foulling sur 3 au total, décapé et ciré une fois la coque, fait l’entretien et démarré le moteur, etc… Ça va bien, ca va bien, on lâchera pas la patate certain rendu là !!!!

Anti-foulling contre les algues.

15 Juin 2007

Regardez comment un gars se sent le dernier matin avant d’aller à son travail lors de sa dernière journée avant son année sabbatique. On peut prévoir que ce ne sera pas une journée très payante pour ses patrons n’est-ce pas?

Dernière journée de travail !

16 Juin 2007

Après un ménage complet intérieur du bateau et avant la mise à l’eau du lendemain, c’était maintenant temps de transférer nos bagages qu’on a préparé pendant l’hiver et dans les derniers temps. Cela nous a pris toute la journée à rentrer cela dans le bateau et on ne pensait pas que tout rentrerait. Hé oui, tout à rentré et il reste même encore un peu de place. Vous pouvez pas imaginez comme il y a des recoins dans un bateau pour mettre du stock.

Les bagages pour un an (deux autos et remorque pleines)

17 Juin 2007

Réveil matin à 3h30 AM, levée du bateau par le Travel-lift à 4h30 AM et mise à l’eau vers les 5h00 AM. Tout c’est bien passé. Notre ami Alain est venu participer à ce moment important de notre voyage. Nous nous sommes rendu à La Baie à moteur, car le bateau n’était pas prêt pour faire de la voile encore. Il ne faisait pas beau et il a plu beaucoup, mais ce fût un beau moment tout de même. La première navigation est toujours un momenttrès excitant!. Nous avons accosté le bateau à la marina de La Baie vers 9h00 AM et ce, pour les 7 prochaines semaines afin de terminer les derniers préparatifs. Il faut dire que Catherine doit continuer à travailler pour encore 6 grosses semaines! Nous somme à 82% d’avancement dans nos préparatifs. Cette semaine sera principalement consacrée au déménagement de la maison et à l’installation sur le bateau de notre nouvelle cuisinière au propane. Bonne semaine à tous!

Mise à l’eau du Bateau avec notre ami Alain et arrivée à la marina de La Baie

18 au 20 juin 2007: Déménagement de la maison

3 jours de déménagement intensif. Non mais on en ramasses-tu des affaires dans une maison? La dernère fois qu’on avais déménagé, c’était pour partir d’un appartement vers notre maison il y a 7 ans. Il y avait pas mal moins de stock. Ouf! on a besoin des choses pour vivre… Ça fait du bien aussi de jeter et donner tout ce qu’on utilise pas vraiment. Nous avons eu de l’aide de mon ami Alain et de Ray the Punch (mon père) ainsi que de sa conjointe Pierrette. En fin de semaine, nous finaliserons le tout et ferons un beau ménage de toute la maison avec de l’aide de la famille Lamoureux. Nous comptons commencer à rester pour de bon sur le bateau demain vendredi si notre journée d’aujourd’hui est fructueuse au niveau de la pose du propane sur le bateau. Pour demeurer sur le bateau, il faut qu’on puisse cuisiner, alors aujourd’hui nous allons aller finaliser la pose du gaz propane pour activer la cuisinière nouvellement achetée. Une autre grosse étape de presque fini. Plus de meuble dans notre maison et laisser notre maison pour un an, ca vient nous chercher dans notre fond… Snif! Snif!

Nous sommes à 85% dans nos objectifs.

22 au 24 Juin 2007: Ménage, Ménage, Ménage de la maison

3 jours de ménage intensif. Laver les murs, les tapis, les garde-robes, les armoires, les vitre, les planchers, les 2 chambres de bains. Tout, tout tout! L’aide des parents Lamoureux fut très très appréciée et encourageant, car là on commencait à vouloir faire les coins ronds. Le dernier soir, on a soupé à la pizza-frites (mets officiel des déménagements!) et on est parti vers 21h pour le bateau. On est brulé tous les deux et Catherine n’est plus cohérente du tout, elle déparle et dort debout litérallement!. Elle travaille comme une abeille et ne sent pas venir sa fatigue. Elle a commencé à dormir avant d’arriver dans le bateau. Elle marchait, avait les yeux ouverts, répondait n’importe quoi quand on lui parlait, mais son cerveau lui, devait sûrement dormir Hi! Hi!

Preuve qu’on à fait du ménage!!!

25 juin 2007: Départ officiel de la maison et arrivée au bateau

Aujourd’hui, on se lève pour la première fois dans notre bateau. Catherine est complètement zombie. Elle était déjà « tiltée » hier et a des séquelles…, qui je l’espère seront temporaires (blague!). Elle va du lit vers le divan, du divan vers un autre divan… et ainsi de suite jusque vers 11h. Il faut aller à la maison pour terminer le final (reste un matelas à serrer et deux pièces à laver le plancher. On se rend à la maison, on fini le tout, on dine avec les parents Lamoureux au resto du coin et on se dit au revoir. Nous repartons pour le bateau dans l’après midi.

Rencontre de bateaux français qui nous ont suivi via notre site web (c’est vraiment capoté!). Vers 16h, un zodiac arrive près de notre bateau et on nous salut. Bonjour Eric, comment vont les préparatifs? Mais qui est-ce? Ils nous connaissent ??? C’est des français de France partit sur un bateau semblable à nous depuis 7 ans!!!. Ils ont fait escale au lac Champlain pour l’hiver et sortit leur bateau. Ils ont fait partit du groupe de 7 bateaux de Montréal qui nous ont communiqué cette hiver par email et par téléphone. Nous communiquions cependant avec l’organisateur et n’avions pas fait le lien avec les 2 bateaux français. Ce sont des gens très sympatiques qui étaient déjà bien ancrés dans le mode voyage et nous ne l’étions pas du tout de notre côté. On a bien vu le grand écart qu’on avait. Ils nous ont expliqué un peu comment c’est d’être en voyage tout le temps et comment tout est long à faire tout le temps. On a pris un petit verre. Il s’est mis à pleuvoir et ils ont dû retourner à leur bateau qui était ancré pas loin et dont les fenêtres étaient toutes restées ouvertes. Cela nous a plongé un petit peu dans l’année qui s’ouvre devant nous.

Premier souper à bord pour commencer la saison 2007-2008

26 juin 2007 : Marina de La Baie, premier appel du large

C’est spéciale…Aujourd’hui, c’est la première journée où je suis seul sur le bateau. Catherine est au travail. Nous venons de commencer à demeurer sur le bateau depuis 2 jours. On vient de laisser la maison. Nos deux « beat » de vie s’éloignent de plus en plus entre moi et Catherine. L’un relaxe de plus en plus et l’autre relaxe un peu, mais pas beaucoup dû au travail.

Un feeling commence à s’installer en moi. Je lâche peu à peu le stress de la vie moderne et urbaine et m’installe tranquillement dans la vie de bateau. Ce qui est dommage, c’est que je ne peux pas trop le partager avec Catherine, qui elle, vit encore au rythme de la vie au travail. Je ne lui en veut pas le moins du monde, c’est juste que j’aime quand on partage ensemble les bonheurs de la vie et là je dois attendre un peu, que quelques semaines. Je compatie avec le fait qu’elle doit encore travailler et que c’est pas mal plus dur pour Catherine que pour moi, alors je prends mon trou avec plaisir.

Aujourd’hui, j’ai commencé à regarder la nature plus attentivement, j’ai fait un petit tour de zodiac qui m’a mis en contact avec la nature qui m’entoure. Je fais encore beaucoup de travaux sur le bateau, mais me permet un peu plus de temps d’arrêt et de petits plaisirs. Je décélère vers le présent. Il y en a qui vive dans le passé, d’autres dans l’avenir, mais le bonheur est dans le présent. Moi, je suis plus du côté futur. Je planifie, je pense d’avance tout le temps et là je dois me ramener au présent. Ce soir, après que tout ait été fait et que Catherine ce soit couché, je suis allé sur le pont pour relaxer et deviner quoi…? J’ai eu un petit semblant d’appel du large… Pour plusieurs, vous ne savez pas ce que cela veut dire. Il faut le vivre pour comprendre combien c’est euphorisant cet appel de l’aventure… L’appel de l’eau qui vous dit, vient! on va vivre toutes sortes de choses!… bouge, vogue, aller, lâche les amarres!!! Cet appel n’était pas très fort, mais c’était la première fois que cela m’arrivait cette année. J’ai été tellement pris par les préparatifs que j’en ai oublié le but du voyage, et là, avec le stress qui diminue, l’appel du large s’insinue tranquillement. Je sais qu’il viendra plus fort encore de jour en jour, mais ce que j’ai aimé de cette journée, c’est qu’il a commencer à pousser, à émerger, à se faire sentir…

Voilà pour ma pensée du jour, elle se résume à cela.

Pour Catherine et bien je vais essayer de parler pour elle puisqu’elle n’écrit pas encore. Trop pris par le train-train quotidien et elle fait des grosses journées. Elle a pu constater tout le temps que cela lui prenait pour aller au travail (deux heures aller-retour), mais apprécie beaucoup le fait de demeurer dans le bateau. Cela lui coupe je crois la journée en deux, celle de la vie urbaine et le soir venu, celle de la navigation qui doit je pense, lui apporter un bien être et un équilibre.

27 Juin 2007: Panneaux Solaires et malaises

Aujourd’hui, c’était une grosse journée travaux. J’ai décidé d’attaquer la pose des contrôleurs de panneaux solaires et de mettre tout cela en marche. Il y avait plusieurs étapes, plusieurs endroits à travailler. Cela m’a pris toute la journée et ce, sans arrêt. J’ai pris 10 minutes pour manger. Pourquoi je me suis embêté avec ce rush sans être relaxe : c’est que pour faire ça, tout est arrêté dans le bateau. Les batteries sont toutes déconnectées et plus rien ne fonctionne dans le bateau pendant ce temps. Et, on ne peut faire la moitié du travail, car c’est trop long de recommencer et de tout défaire. Il fallait donc que je donne un bon coup de travail là dedans.

Petite parenthèse, vers 9h du matin, je vois un beau mât de voilier passer dans mes hublots, c’était les deux bateaux français qui partaient vers le fleuve. Ils sont venus nous saluer avant de partir, c’était beau à voir et très nostalgique pour moi. Je suis à quai et désireux de partir, mais pas prêt. C’est dur dur d’être attaché à un quai quand le bateau lui veut s’en aller… Voilà pour le 15 minutes de nostalgie voyage de la journée.

Ce ne fût pas trop dur, mais pas trop facile non plus. Tout c’est bien passé. Le plus dur, c’est comme d’habitude d’essayer de passer des fils dans un bateau, c’est tout le temps le défi. Ensuite, le défi est de travailler dans des petits coins inconfortables. Il fallait bien sûr tout bien sceller et bien fixer le tout. Il y avait tout un paquet de fils à connecter. Cela c’est terminer vers 17h et tout remarchait dans le bateau. J’étais un peu brûlé après cela. Par contre, durant la soirée, je m’aperçois que mes deux banques de batterie sont tombées en parallèle. C’est peut-être du charrabia pour certain, mais en gros, je n’étais plus capable d’isoler une banque ou l’autre séparément. Elles étaient connectées ensemble. C’est qu’avec mon installation de panneaux solaires, j’ai oublié le retour possible dans les circuits et il me faut mettre des diodes pour régler ça. C’est l’expérience électrique qui rentre. En attendant, j’ai déconnecté la plus petite banque de batterie des panneaux solaires, récupérant ainsi l’isolation entre les deux banques de batteries. C’est qu’en fin de semaine, on va essayer un peu l’autonomie de notre bateau en allant naviguer un peu sur le Saguenay. Nous comptons aller à Baie Éternité et essayer un peu tout ce qu’on n’a pas essayé : voiles, zodiac, panneaux solaires, etc… afin de nous roder un peu et de roder notre bateau dans le but de voir s’il ne nous manquerait pas des choses.

L’autre grande partie de cette journée fut le vents, le mauvais temps, et en résultante, les vagues et le mouvement du bateau. Vers 15h, la houle à commencé et le bateau bougeait de deux pieds d’avant-arrière (tangage). C’était la première fois cette année que je vivais le mouvement sur l’eau. Vous connaissez mon mal de mer? Moi en tout cas, je le connais. À travailler dans les coffres sur l’électricité, la tête à l’envers et le ventre vide, car je voulais finir avant le souper, et bien voilà…. Le malaise à commencé. Ouf, je me sentais mal et on était même pas en train de naviguer. J’ai grignoté un peu et bu du jus et ça s’est mis à aller mieux. Un fois le souper passé, tout était correct, mais le soir, on s’est coucher dans près de deux pieds de vagues. Les quais et les bateaux environnants bougeaient comme de la guenille. Le derrière du bateau claquait dans l’eau a en faire raisonner tout le bateau. C’est que nous n’étions pas dans le bon sens au quai. Les vagues arrivaient de l’arrière. Quand on est à l’ancre le bateau se positionne plus souvent qu’autrement dans le bon sens, mais là ce n’était pas le cas et cela paraissait pire que pire. Normalement, on en fait pas une histoire, c’est que là on est plus habitué et cela nous impressionnait un peu. On avait pas peur, mais on était plutôt dérangé. Imaginer vous dormir dans une machine à laver en marche! On s’est couché là-dessus et vous savez quoi : on a dormit comme des bébés. C’est tellement plaisant de se faire bercer par les vagues…

Voilà pour moi pour cette journée.

Un petit brin de Catherine : Aujourd’hui, Catherine a eu un dîner au travail pour souligner bientôt son départ (dans un mois). Elle a eu son 15 minutes de gloire ou elle a pris la parole et expliqué les premières aventures des premiers jours au bateau. Il y a tout le temps des aventures en bateau… Elle a en autre raconté sa première douche à la marina où elle avait oublié de s’apporter une serviette pour s’essuyer après la douche et qu’elle avait dû s’essuyer avec du papier à main brun. C’est sec et rugueux pour la peau qu’elle à dit. Elle ne devrait plus oublier sa serviette dorénavant… Au couché, elle a dû dormir avec un seau en aluminium sur le dessus de la tête puisse que le bateau avec une petite fuite, le supplice de la goutte!. Il y a toujours quelque chose à réparer sur le bateau…

Nous sommes à 88% de fait dans nos objectifs de préparatif de départ.

28 Juin 2007: Planning et petits fignolage

J’ai commencé la journée en me levant tard (10h), déjeuner, sortie sur terre à pieds pour promener Maggie notre chienne et découvert d’un beau sentier près de la marina. J’ai même fait un peu de jogging avec Maggie. Je me suis promis qu’en vacances, sur les berges et dans les sentiers, que je me remetterai le cardio en forme durant mon année. Et bien j’ai commencé aujourd’hui. J’ai du faire un minable demi-kilomètre, mais c’est un début.

Après-midi de planning. J’ai revisé tout ce qui restait à faire et choisi ce qui se ferait la semaine prochaine. J’ai besoin de faire mercredi prochain une journée commission et je veux bien la remplir, alors cela se planifie et c’est ce que j’ai fait. Il me faut faire changer deux fenêtres de plexiglass craquées, acheter des choses, aller dans mon garage à la maison chercher certains matériaux et outils, etc… Alors, j’ai fait une liste pour ne rien oublier et indiquer des travaux préalables à faire avant mercredi sur le bateau pour être prêt. J’ai aussi mis le site web à jour et mes listes à jour. Tout cela m’a amené à 15h. Incroyage comme une journée nous file entre les doigts et surtout quand on se lève tard! Le repos fut bien, mais la journée fut courte.

Ensuite, j’ai fait du fignolage. Reconnecté le feu de navigation arrière qui avait été déconnecté pour la pose du bossoir, étanchéisé le tout. Coupé 8 bolts de mes planches de pont afin de ne pas briser nos jambes au passage et de ne pas briser la voile, posé les derniers boulons d’un des deux panneaux solaires sur le bossoir, etc…

Vers 17h, il s’est mis à arrivée plusieurs bateaux de l’Anse St-Jean (5 bateaux) et on connait tout ce beau monde. Mais que ce passe t-il? Ils viennent passer deux jours à La Baie pour les courses. La journée de travaux est donc terminée et le fun commence. Tous viennent nous voir, on sort la bière et il y a un souper pour tous avec les hot-dogs. Catherine arrive vers 18h30 et on monte au bâtiment de la marina pour souper avec tout le monde. Le soir, je cours après un réseau sans fil pour valider les emails, mettre le site web à jour et déplaquer par internet le pickup avant le 1 juillet.

29 Juin 2007: Journée course et party de navigateurs

Aujourd’hui, c’est l’euphorie sur les quais de La Baie. Tous sont joyeux, tous sont sur les quais et jasent de tout sorte de chose intéressante, des derniers exploits ou bavues faites… Je reçois la visite d’un couple super gentil avec qui on a jasé hier au party hot-dogs. Il s’agit de l’équipage du bateau FEELING FINE qui navique au Bahamas depuis 30 ans environ. Donc, la matinée a été principalement sur le transfert d’informations, de trucs, d’échange de données informatiques sur les poissons, cartes marines, médecine et logiciels de navigation. J’ai pu aller dans leur super bateau, un 33 pieds avec un mat à l’avant du bateau et une seule grand voile comme le style d’une planche à voile. Très spéciale et très chaleureux et confortable.

En sortant de ce beau deux heures d’informations, car ils devait aller à la course de 12h00, je me fais accrocher pour monté sur FOLLE MENACE pour compléter l’équipage pour la course. Je fais donc une course, ce qui me mets dans le bain de la voile pour la première fois cette année. Ce fut capotant et super de vivre sur un autre bateau que le miens en course. Nous sommes partit les premiers sur la ligne de départ et étions très contents de notre performance de départ. Nous avons fini 5 ième dans nos positions réelles de course sans le calcul des handicaps. Une fois arrivée au quai, nous avons appris qu’on était tellement bien partit au départ de la course qu’on était avant le signal de départ, donc disqualifié!!! Mais, durant la course on en savait rien et c’était très trillant quand même Hi! Hi!.

Ensuite, douche rapide et préparation du bateau pour le départ vers Baie Éternité quand Catherine arrive vers 17h30. Une fois Catherine arrivée et la pression de l’équipage et amis du bateau ALTAÏR, nous décidons finalement de rester pour le souper, la soirée et de partir le lendemain avec tout le monde pour la course La Baie-Anse St-Jean et de profiter de nos bons amis depuis trois ans d’ALTAÏR. Nous ne regrettons pas du tout d’avoir resté, sauf que le gout de naviguer est rendu fort, il faut partir… c’est dans les entrailles ça!

P.S. Désolé pour le manque de photo, c’est que j’ai pas ma photographe (Catherine) qui est en mode « travail » et on ne pense pas de prendre des photos. Ça va venir avec le temps…

30 Juin 2007: Navigation vers Baie Eternité

Réveil à 9h00, car les quais grouillent d’activités. La course commence à 10h00 et il faut se bouger les fesses. On veut partir avec tout le monde, mais tourner juste avant l’Anse st-Jean vers Baie Éternité pour passer la fin de semaine tranquille. Catherine à besoin de se retirer, de se reposer et je compte bien lui donner ce moment de tranquillité.

On tourne donc la ligne de départ après tout le monde pour ne pas les nuire dans leur course et commence la descente du Fjord du Saguenay. Vent arrière de 20 à 25 noeuds à voile à pleine vitesse de coque. Ce fut 4 heures de bonheur à voile. C’est la première fois qu’on avait la chance d’avoir du vent et le bon sens du vent pour descender ce bout du Saguenay. Nous l’avions toujours fait par petit bout ou à moteur. En plus, le courant du Saguenay nous aidait d’un noeud et on a filé super bien tout le long. Arrivé à Baie Éternité, on s’est fait surprendre par deux vents qui se battaient ensembles et avons fait un virement soudain et involontaire de 180 degrés (aulofée). C’est ce qui arrive quand on n’est pas bien rodé et rapide comme équipage. Ce n’était rien de grave, sauf que Maggie s’est mis en travers de nos jambes et aurait pu passer par dessus bord!. On a fermé les voiles rapidement et partit le moteur pour rentrer dans la Baie Éternité, mais l’orgeuil aurait voulu que cela n’arrive pas. De bons navigateurs préviennent ces choses là ou réagissent plus vite pour ne pas que cela arrive. C’est un signe qu’on est pas revenu encore où on était comme navigateur à la fin de la saison l’an passé. Ça va se placer bientôt avec quelques heures de pratique. On a aussi appris qu’au moins deux autres équipages avaient fait des aulofées à trois reprises chacun, alors, c’est signe aussi que les conditions de courses étaient plutôt « rock and roll » !

Le reste de journée fut du repos. Petite sieste, souper aux saucisses italiennes et la moitié d’un film avec pop-corn pour terminer. On s’est couché là- dessus.

1 juillet 2007: Baie Éternité tranquille

Journée soleil, nuages, pluie, soleil, nuages, pluie et ce, sans arrêt. Nous avons fait plusieurs petites choses dans le bateau. J’ai écrit nos cinq derniers jours sur notre site web. Ajusté encore un peu notre toit bimini dehors (pentes) pour l’eau de pluie. Testé le haut-parleur externe de la radio VHF pour entendre les communications radio à l’extérieur dans le cockpit. Journée à la va-comme-je-te-pousse tranquille.

Le soir après souper, nous avons eu un beau coup de coeur. Un bateau voisin (il y en avait 13 dans la baie ce soir là) a sortit une vraie de vraie cornemuse et a joué un morceau durant 15 minutes. On ne sais pas ce que cela représentait, car on ne connait pas cet art, mais ce fut tellement beau à entendre. Il jouait sur le pont de son bateau et le son de cet instrument est tellement puissant que la clarté du son qui venait à nous venait nous chercher dans notre fond. Cela n’a pas duré assez longtemps à notre goût, mais ce fut intense. C’était un bateau d’Ottawa en visite qu’on ne connaissait pas.

Ensuite, on est allé sur la berge pour prendre une marche avec Maggie (une des dernières marches avec elle pour la prochaine année) et sommes allés par la berge au quai de payage et où les croisières accostent. Nous avons rencontrer là 5 bateaux à moteur qui étaient partit de Rivière-du-loup et qui étaient en visite pour la première fois dans la Baie Éternité. Baie Éternité est vraiment la plus belle place à visiter dans le Fjord. Nous, on y est habitué un peu, et c’est dur à égaler comme site en nature. Un des capitaines de ces bateaux était un psychiatre de Campbelton du Nouveau-Brunswick. Catherine y a travaillé pendant 6 mois il y a de ça 9 ans. Ils ne se connaissaient pas personnellement, mais ils ont discuté de vieux souvenirs et de personnes qu’ils connaissent en commun pendant un bon bout de temps. Comme le monde est petit!!! Catherine est reparti avec le grand sourire d’avoir eu plein de nouvelles de ses anciens collègues de travail!

2 juillet 2007:  Retour à La Baie et livraison de Maggie

Levée à 9h encore…. Ce qu’on dors dans ce bateau… ça fait du bien… on sent qu’on rattrappe de la fatigue de plusieurs mois de stress accumulé des préparatifs des derniers mois. Nous sommes super bien dans notre bateau. Une chance qu’on a du chauffage, car il fait frête en ti-ti dehors, mais on sent rien dans le bateau. Le chauffage au diésel est comme à la maison (chaud et sec). Nous avons tout ce qu’il faut à bord et nous nous sentons comme à la maison. C’est vraiment spécial de traîner notre chez nous là ou l’eau peu nous y amener. Partir chaque jour à l’aventure et quand on veut se retrouver dans notre maison flottante, c’est vraiment le meilleur des mondes.

Ensuite, petite sortie pour le pipi rapide de Maggie sur la berge et on part. Nous avons 5 heures à moteur à faire pour retourner à La Baie (vent de face). On aimerait arriver en milieu d’après-midi pour aller à notre maison chercher des choses et aller porter Maggie chez ses gardiens. La navigation s’est bien passée, sur l’auto-pilote et à moteur tout le long (presque pas de vagues). Le moteur se place de plus en plus. Avec notre nouvelle hélice, le moteur ne réagit plus pareil comme avant, mais on dirait qu’il se replace à force de l’utiliser. C’est qu’en plus d’avoir changé l’hélice, j’ai changé le béring du pied de l’hélice et j’ai changé le joint d’étanchéité (presse-étoupe). Ce qui fait que peut-être que tout cela étant neuf et serré un peu sur le shaft, que le moteur force un peu. Le régime du moteur n’était plus pareil depuis la mise à l’eau et cela ne me plaisait pas. Je commençais même à ne plus aimer mon hélice et mon choix d’avoir changé ça. Le but du changement d’hélice était d’avoir une meilleur traction dans l’eau. J’avais une 2 palmes et là j’ai une 3 palmes. C’est plus fort pour se sortir du trouble quand on s’échoue, la quille dans le sable et dans la bouette. C’est qu’on va naviguer dans peu d’eau pendant un an et ce sera très utile de pouvoir se sortir de là tout seul quand on frotte le fond.

Ensuite, ce fut l’étape auto, maison, Maggie. Premièrement, on est allé à la maison. Maggie a tout de suite retrouvé ses « spots » et elle se disait sûrement: Bon enfin à la maison…! mais elle ne se doutait sûrement pas que c’était pour 1 heure seulement et qu’on allait la porter pour un an chez Jean-Robert et Gisèle…

De voir notre maison avec d’autres meubles et habitée par d’autres que nous, cela a fait tout drôle. François et Sylvie (nos locataires) se sont super bien installés chez nous. Nous sommes bien content de les avoir dans notre maison et sommes très rassurés de leur confier notre propriété. Nous avons ensuite prit quelques petites choses dans le garage et sommes allés ensuite porter Maggie chez ces parents substituts. Ils ont une chienne labrador noire, Ma Belle, de presque la même âge que Maggie (cela va lui faire une amie) et leur propriété est sur le bord de la rivière Chicoutimi. Maggie sera très bien dans ce petit coin de paradis. Les deux chiennes ne s’étaient jamais rencontrées et se sont bien entendues tout de suite, OUF! Alors, on part tranquille. Merci à vous deux de garder notre petite fille adorée! Snif! snif!

Nous avons terminé la journée par un souper chez A&W où Catherine a voulu ravaler un peu ses émotions avec un bon gros hamburger et une poutine sauce bien graisseuse. Un régal!

3 juillet 2007: Travaux

Grosse journée de travaux. Demain, je fais une journée commissions avec l’auto et j’ai des préalables à faire aujourd’hui. Mission no 1, défaire les 2 fenêtres craquées et qui coulent. Cela m’a pris 2h00 et demi par fenêtre. Décoller la fenêtre sans la casser, car il faut en faire faire d’autres et ça prend le modèle, ensuite nettoyer et enlever le scellant, sabler le tour pour enlever tout résidu, percer tous les trous de vis plus gros pour enlever la pourriture et ensuite, mettre de l’époxy (fibre de verre) dans les trous de vis pour pouvoir les recommencer à neuf. C’est pas de poser les nouvelles fenêtres qui sera long, mais bien la préparation. Ensuite, tant qu’à y être dans le fibre de verre, j’ai commencé la réparation des 7 trous qu’il y avait à l’arrière du bateau où était un poteau pour supporter le radar. Je l’ai enlevé au printemps, car j’ai mis le radar sur le bossoir (rack) que j’ai fait cet hiver. Il faut donc boucher ces 7 petits trous (3 heures de travail là-dessus et c’est pas fini). Ensuite, j’ai aussi enlevé les fillières du haut qui font le tour du bateau. C’est qu’il faut que je les fasse racourcir, car avec la pose du bossoir, les longeurs ne font plus.

J’ai pris une petite photo de ce travail. Je n’y pense jamais de prendre des photos.

4 juillet 2007: Commissions

Je me suis levé en même temps que Catherine 6h30. Ouf ! c’est de bonne heure. Ça faisait deux semaines que je ne m’étais pas levé si tôt. La dernière fois, c’était la mise à l’eau 3h30 AM le 17 juin. Après un café, s’est décollé et on est GO pour la journée.

Aller porter Catherine au travail, aller porter les fenêtres pour les faire refaire, aller au Cybernaute chercher une carte réseau sans fil, aller saluer mes collègues de travail, aller au Centre du navigateur pour une liste de 15 articles, aller à la Caisse Pop pour organiser les finances, aller diner, aller chez Canadian Tire pour 10 articles et STOP!!!!

Non mais, je suis en vacances ou quoi! Oui oui, je suis bien en vacances… ok ok… 13h30 Direction: Cinéma pour 2h00 pour le film DieHard 4 avec Bruce Willis. Je l’ai trouvé super bon. Non mais y fais-tu pitié le gars!

Mais, cela m’a mis dans le jus, ma liste n’est pas terminée, il est 15h30… Aller porter la polisseuse chez un ami qui me l’a prettée, essayer de trouver des diodes pour mon problème de batteries (fait 3 places sans succès), aller chercher de la colle pour les patchs du Zodiac chez Nordest Marine (il en a pas, il doit en commander). Avant le film, tout allait bien dans mes commissions, et après le film, plus rien n’a fonctionné. Est-ce que Dieu m’a punit d’avoir été voir un film? Mystère….. ensuite, aller chercher Catherine au travail et retour sur le bateau vers 18h30 complètement brulé (moi le magasinage, vous savez….). Souper, lavage pour Catherine, vaisselle pour Eric et essai de la nouvelle carte réseau sans fil. On a réussit de peine et de misère à se brancher sur internet dans le bateau sur un réseau très faible et loin. On s’est amusé un peu avec ça et on s’est couché là-dessus.

Nous sommes à 91% dans nos objectifs de travaux préparatoires avant de partir au début Août.

5-6 juillet 2007: Travaux

Jeudi matin, j’ai été courir du internet à pieds près de la capitainerie. J’ai un signal trop faible dans le bateau et je n’ai réussi qu’une seule fois à me connecter à date. J’ai trouvé un beau petit balcon abandonné au deuxième étage de la capitainerie. Je m’assois là, par terre et je mets à jour mes Emails et le site web. Au moins, je n’ai plus besoin de l’auto pour faire du internet.

J’aimerais reposer mes nouvelles fenêtres, mais il me faut 24h00 sans pluie et c’est une denrée rare de ces temps-ci. Je fais donc d’autres travaux. Je repositionne le radar que j’avais mal posé de 90 degrés sur mon bossoir, modifie le bimini (toit de cockpit) pour le raidir et changer la pente pour l’eau de pluie, réalligne l’arbre de l’hélice avec le moteur, plugge pour la 3 ième fois le haut-parleur extérieur du VHF mais cela cause un problème pour la radio MP3 du bateau donc le Rollback. Je fais aussi l’homme de maison de ces temps-ci, donc un peu de ménage dans le bateau, pose aussi des mini-fillets hamack pour le rangement dans la pointe du bateau.

J’ai révisé tout ce qu’il reste à faire aussi, jeudi et la lumière au bout du tunnel est apparue. Hé oui!, pour la première fois depuis 2 ans dans la longue liste des préparatifs, il me semble que la fin est proche! J’ai même pu mettre ce qu’il reste sur le tableau du bateau pour les avoir bien en vue. Ça va bien, ça va très bien dans les préparatifs. Les navigateurs voyageurs nous disent qu’il ne faut pas s’en faire, car il y a tout le temps des nouvelles choses à faire qui s’ajoutent et se sera comme ça tout le long du voyage. Il faut déclarer les préparatifs finis à un moment donné et passer en mode voyage à partir de cette date-là.

7 juillet 2007: Party club social Dévicom au Lac Joly

On se lève et il fait beau. Yes, je vais pouvoir poser mes fenêtres aujourd’hui. On reçoit la visite de Yves et Lorraine du YLO, un couple d’ami de bateau qui sont des plus sympatiques et gentils. Ils sont un jeune couple amoureux de 2 ans, mais sont un peu plus agés que nous en âge et et en expérience de vie. Leur compagnie nous est super agréable, mais ils déménagent malheureusement pour nous dans le Bas du fleuve. Nous commençions à mieux les connaître et ils déménagent cette semaine! Ils leur reste que leur bateau à déplacer, ce qu’ils vont faire la semaine prochaine. Nous avons discuté avec eux un bon 2 heures.

Je prépare tout cela. Je fais le sablage, nettoyage, mascage, cela prend une heure environ, quand au loin, il vient un gros nuage de mauvais temps et des gouttes d’eau qui tombent. ! »/$%?& maudit temps, je dois remballer tout et surtout avaler mon envie d’en finir avec les fenêtres.

Cela nous amène vers les 15h30 et il faut partir pour aller au party Dévicom/Cybernaute là où je travaille (travaillais, heu.. je sais pas comment le dire). Nous avons festoyé là jusqu’à 22h00 environ (que nous sommes raisonnable!). Il y avait de la bonne compagnie, des enfants qui s’amusaient, des bons drink, de la bonne bouffe, de la musique, un bon feu, des feux d’artifices, etc… Ce fut une super belle activité et j’ai pu revoir mes collègues de travail pour la plupart pour la dernière fois. D’autre viendront me saluer au bateau nous l’espèrons.

8 juillet 2007: Journée magnifique

On se lève et il fait beau, mais cette fois c’est pour la journée au complet!!! Incroyable comme du soleil peut nous rendre heureux quand ça fait plein de jours qu’il y en a pas. On est des êtres d’habitude, alors quand il fait soleil tout le temp on est pas content, quand il pleut tout le temps, on est pas content, mais quand cela varie là cela nous fait un effet boeuf! C’est d’ailleurs l’esprit principal qu’il y aura dans notre voyage. C’est un voyage d’aventures!. Qui dit aventures, dit de bonnes et de mauvaises, de belles et de moins belles… Et la variation sera forte et plus extrême que dans notre « train-train » quotidien. Et notre capacité à s’adapter et à s’ouvrir aux aventures fera de notre voyage un voyage palpitant. Assez pour la philosophie!

Le beau temps étant là et ayant préparé hier la pose des fenêtres, je m’attaque à la pose finale dès le matin. Voici le résultat sur photo mes amis!!! Remarquez la technique des sous noirs. Vous pouvez aussi remarquer la pitoune sur le pont (je devrais dire MA pitoune sur le pont) qui profite du beau temps!

Enfin, les fenêtres sont posées!

Ensuite, se fut le plaisir. Nous recevons la visite aujourd’hui de Manon, Clément, Audrey (la fille à clément) et Jean-Phillipe son chum. Cela nous met des papillons dans le ventre, car cela fait 3 ans que nous avons notre bateau et espérons la visite de Clément et Manon pour leur faire vivre un peu notre trip et là ils s’en viennent. De plus, il fait beau et il y a un petit vent juste bien pour faire un petite sortie à voile (10-15 noeuds).

Quand ils sont arrivés, nous avons fait une visite guidée du bateau et ensuite on part pour un petit tour. Nous avons été près d’un cargo encré dans la baie. Nous avons ouvert le génois (voile d’avant), sans la grand-voile pour ne pas faire trop gîter (pencher de côté) le bateau et faire peur aux invités. Nous ne voulons surtout pas rater notre coup et leur faire peur à leur première visite quand même!. Tout le monde à trippé je crois. Clément a super bien barré (conduire avec le volant) le bateau. Audrey veut s’acheter un voilier plus tard et Manon, elle, a claqué un peu des genoux la fois où elle s’est fait surprendre à l’intérieur du bateau pendant qu’une poffe de vent qui nous a fait gîter de 15 degrés. Ce fut un beau moment pour nous de les recevoir et on pense bien qu’ils ont aimé aussi.

Famille Pageau: Manon, Clément, Audrey et son chum Jean-Phillipe avec Éric à la barre.

Catherine prend la photo comme d’habitude!

Ensuite, nous avons relaxé un peu, tapponé…. Moi j’ai eu comme une crise de folie féminine. Voyant mes fenêtres neuves super belles et très transparentes, je trouvais que toute les autres fenêtres était sales. Catherine voulait les faire quand elle aurait fini de travailler, mais le goût m’a pogné de les faire. Ouf, quelle job, j’en ai fait 4 sur 8 et j’ai arrêté. C’est long, sale et plate, mais quelle vue on a ensuite du monde extérieur!!! Je projète de faire le reste bientôt quand j’aurai une autre monté d’hormones féminines (hi! hi! hi!).

Petit repos sur le pont après la visite de la famille Pageau

Après souper, on est allé prendre une petite marche dans les sentiers près de la marina. Ensuite, j’ai enlevé les sous noirs autour des fenêtres, car le délai de 12 heures était atteint. J’ai revissé d’un demi-tour chaque vis pour finaliser la pose des fenêtres. Il me restera le nettoyage des bavures à faire demain, car là il fait noir et je ne vois plus rien.

9 juillet 2007 : Zéro!

Aujourd’hui, c’est pas productif du tout. Je me sens lâche et je serais prêt à m’inscrire à l’aide sociale. J’écoute un film, fait un peu de ménage dans le bateau, je mets à jour le site web. J’écris des emails, parle avec des gens de d’autres bateaux. Tout pour ne pas travailler réellement sur mon bateau. Ça prend des journées comme ça quelque fois. Je prends ça comme une journée de congé.

Le soir, on se fait inviter par Yves et Lorraine du bateau YLO. On y va vers 7h30 PM prendre des petitsss verres sur leur bateau. J’amène pour l’occasion un porto 10 ans. Catherine nous a quitté vers 21h00 pour le dodo (y’en faut un qui travaille pour payer le voyage Hi! Hi!), mais moi je suis resté jusqu’à 12h30 AM. Ce fut une super belle soirée en leur compagnie. Belles discussions, bonne musique, bon drink, et cette fois: bue de l’eau en masse!.

Quand je rentre au bateau, je vais directement à mes 2 fenêtres fraichement posées, car il a plu à boire debout durant toute la soirée. Elles sont 100% étanches. Victoire!!! je me couche là-dessus.

Voici un photo du site où nous sommes à La Baie

10 juillet 2007 :  Réservoir septique

Aujourd’hui, c’est la remise en fonction du réservoir septique du bateau. Quand nos anciens propriétaires avait acheté le bateau il y a 10 ans, ils avaient enlevé tous les tuyaux du réservoir septique pour enlever les mauvaises odeurs et nettoyer le réservoir. Pour notre voyage, il faudra dans plusieurs secteurs utiliser le réservoir (Lac Champlain, Floride). Encore une fois, c’est un très bonne exemple de comment c’est de travailler dans un bateau. J’ai eu à poser 3 tuyaux et un Y valve = 6 heures d’ouvrage. Dès 9h00 le matin, je m’y mets et termine vers les 15h30. Je l’ai testé un peu, mais je vais le remplir au complet d’eau bientôt pour voir s’il y aurait pas des fuites à quelque part.

Ensuite, j’ai attaqué l’identification du Zodiac. Il faut, pour être en règle en dehors du pays, enregistrer le Zodiac et peinturer le numéro dessus, ce que j’ai fait entre 16h00 et 18h00. J’ai aussi peinturé à l’intérieur de la coque notre numéro de matricule du bateau pour être dans les règles comme la documentation l’indique.

Ensuite, souper avec Catherine, douche, pliage de linge, OP! dodo pour Catherine, la moitié d’un film pour Eric et dodo par la suite. Ce fut une journée payante et productive.  Nous sommes à 93% dans nos objectifs de préparation.

Fouilli intérieur comme à chaque jour quand je travaille. Tout redevient normal

avant le retour de Catherine du travail!

11 Juillet 2007 : Du vent!

Le réveil est brutal. Il y a 2-3 pieds de vagues et le bateau résone, car il claque dans la vague. Je sursaute et me lève. Le bateau tangue beaucoup, j’ai rien dans le ventre, je me sens pas bien. J’ai soudain une forte envie d’aller prendre une marche sur terre avec mon café. Il vente à écorner les boeufs. Je vais faire de la paperasse à la capitainerie et j’appelle l’inspecteur maritime pour qu’il vienne demain inspecter mon installation au propane afin de vérifier si tout est conforme et bien installé pour les assurances. Ensuite, je mets mon site web à jour, mais je suis incapable de me connecter en sans fil sur internet.

Vers 12h00 PM, le temps se calme et je finalise quelques petite choses dans le bâteau, dont la question du pré-filtre diesel pour mon moteur. Je n’arrive pas à trouver le numéro des cartouches de rechange sans le défaire, donc j’attaque cette partie. C’est dans le fond d’un coffre comme toujours. Vide le coffre, sort les outils, commence la job et bingo pendant que j’étais dans le coffre, je ne vois pas qu’un orage se prépare et elle me tombe dessus sans prévenir. Toutes mes affaires sont dehors!!! Vous auriez dû me voir sortir de là en 5 ième vitesse et ramasser tout ce qui se faisait mouiller et au diable le reste! L’orage a duré un gros 10 minutes et ensuite je me suis remis au travail. En le défaisant, j’ai pu avoir toute l’information qu’il fallait.

Le soir, un autre petite orage et un bon film pour reposer Catherine qui dort plutôt agité depuis 2 nuits (stress de dernière minute au travail, mal de terre, bateau qui est une véritable machine à laver avec les gros vents). Elle a beaucoup de chose à faire avant de terminer dans 3 semaines et elle ne voit pas le bout encore!.

12 juillet 2007:  Visite de nos locataires et de mes patrons

Catherine a dormit une super belle nuit!. Elle est d’attaque ce matin. Journée ensoleillée (elles sont rares). Je fais des téléphones pour trouver mes cartouches de filtre à diesel et le Centre du Navigateur de la région en trouve pour moi. Bien content. Cette pièce sera à changer souvent ,car la qualité du diesel laisse à désirer aux USA et le filtre va souvent boucher. Ensuite, l’inspecteur vient faire son inspection. Je passe le test!. Plusieurs travaux par la suite, dont un peu d’époxy (fibre de verre) comme deuxième couche pour boucher l’ancien poteau où était le radar. Et étanchéiser les 5 bolts côté tribord de mon bossoir qu’il me restait à faire. Je saigne aussi le conduit de diesel du moteur, car la veille, en enlevant le pré-filtre, cela insère de l’air dans le circuit et le moteur ne partirait plus sans cela.

Ensuite, c’est l’arrivée de Catherine et de notre visite: France et Sylvain les propriétaires du Groupe Dévicom/Cybernaute là où je travaille, et Sylvie et François, nos locataires (Sylvie est la soeur de France). Ils visitent notre bateau et le trouve petit!. Les gens qui ont des bateaux trouvent notre bateau plutôt grand et ceux qui n’ont pas de référence le trouve petit. C’est comme ca. Ensuite, on fait un tout petit tour de bateau en allant porter les femmes au restaurant l’autre coté de la Baie (Quai Lepage). Les hommes ramènent le bateau à bon port et prennent les autos pour aller au resto. Super belle soirée, arrosée modérément et très bonne bouffe au Bistro Victoria. J’étais bien content de cette soirée et elle fut aussi émouvante. Nous sommes toujours étonnés de recevoir autant d’attention et d’amour, ça fait chaud au coeur!

13 juillet 2007 : Étude

Journée d’étude sur deux technologies. Je dois choisir entre deux systèmes électroniques pour recevoir la météo directement à bord et j’hésite. D’un coté, la radio onde courte SSB qui offre plein de possibilité dont la météo, et de l’autre, un systeme simple par satellite dédié qu’à la météo. Je fais plusieurs lectures et je trouve aussi un bateau qui a une radio onde courte à bord et qui me fait une démonstration. Je ne trouve pas quelqu’un qui a un système météo par satellite. La radio onde courte est complexe et il faut une licence et un cours. J’aurais pu aller dans cette direction si j’avais fait cela cet hiver ou avant, mais cela n’a pas de bon sens actuellement, alors je vais opter pour le systeme météo par satellite sûrement, mais je dois dormir sur cette décision importante encore un peu…. à suivre.

Je prépare le bateau pour la fin de semaine (diesel, eau, électricité), car on part s’ancrer très très loin… à un mille d’où on est!. Un grand voyage de 15 minutes. Le but étant de ne plus être à la marina (car j’en peux plus d’être à quai et je dois changer d’air un peu) et de se pratiquer à ancrer pour la première fois cette année. Il faut aussi continuer de tester notre autonomie dans tout sur le bateau et voir ce qui marche et ce qui ne mache pas.

Catherine prend une douche vite en arrivant et moi je vais faire un petite épicerie. On part vers les 19h00. On soupe sur l’eau à voile, un super souper plein d’ambiance sur l’eau. Ensuite, on se met en place pour l’ancrage pour la nuit. C’est un baie très profonde, on a ancré dans 70 pieds d’eau. Il faut mettre tout le cable qu’on a. Du jamais vu dans notre cas après plus de 60 ancrages à notre actif!

14 juillet 2007:  Plaisance

Une vrai journée de plaisance en bateau. À l’ancre, très tranquille, lecture pour Eric et Catherine (plusieurs heures), petits taponages faciles pour Eric. Fait un peu de Gelcoat blanc et nettoyage de la rouille du bossoir avec de l’acide muriatique, une bonne bière vers la fin d’après midi, un bon souper et un bon film le soir. Catherine dit s’être vraiment reposée cette journée-là. Un grand bien pour elle. Je l’ai servi toute la journée et je l’ai surveillé afin qu’elle ne fasse rien d’autre que de se faire plaisir (service complet!).

15 juillet 2007:  C’est lourd un ancre / Cinéma

5h30 du matin Catherine se réveille, car cela brasse un peu. Elle se lève, valide le GPS pour voir si on était toujours bien ancré et tout va bien. Elle se recouche. 7h00, c’est moi qui se réveille et je me lève pour aller voir le tout. Le bateau brasse beaucoup, car on reçoit la vague de côté. Le vent et le courant nous pousse vers la berge et j’aime pas cà. On est près du bord et si l’ancre lâche, on n’a pas assez d’espace pour réagir. On décide alors qu’on doit lever l’ancre et aller à la marina. Cette petite baie (Anse-à-Phillipe) est charmante quand il fait beau et pas de vent, mais on ne l’aime plus du tout par vent plus fort d’est.

16 juillet 2007: Planning

Fait plusieurs petits travaux. Réparé fuite de diesel sur le moteur. Douche. Aussi, fait la liste et le planing pour demain, car c’est une journée avec l’auto et j’ai plusieurs places et items à acheter. Reçu la visite de Luc Harvey, un collègue de travail, et d’Ann-Josée sa blonde, en fin d’après midi. Nous les avons gardé à souper, le tout arrosé d’un peu de bière et de vin.

17 juillet 2007: Commissions/Anniversaire/Visite d’ami Navigateur

Journée commissions. Allé porter Catherine au travail et ensuite je vais chez Dévicom pour faire du internet RAPIDE. Ha! comme c’est génial et comme on s’habitue à cela quand on travaille et comme on s’ennuie quand on l’a plus. Recherche sur internet pour un systeme météo, jasé un peu avec les collègues et ensuite go pour le Centre du Navigateur (liste de 10 items environ), ensuite Canadian Tire (5 items), ensuite chez Rona (10 items), ensuite go pour chez nous dans le garage (20 items et coupe au banc de scie). 16h30, je reprends Catherine et on va faire une petite épicerie à La Baie.

Aujourd’hui, cela fait 14 ans que Catherine et moi on sort ensemble. deux contrats de 7 ans de fait. Est-ce qu’on renouvelle pour encore 7 ans ??? ok ok, on renouvelle. J’ai essayé de négocier pour un renouvellement de 1 an, mais cela n’a pas passé, donc j’ai signé pour un autre 7 ans de bonheur!

En arrivant à la marina, on se fait recevoir par des amis de l’an passé de notre voyage en Gaspésie. L’équipage de BOBINETTE est venu nous rendre visite!. Comme nous sommes excités! Voilier de 30 pieds basé à Cap à l’aigle (Malbaie). lls sont un couple très sympathique de notre âge avec deux belles petites filles de 2 et 4 ans. Nous avons pu prendre une bonne bière ensemble après souper et échanger quelques trucs au niveau des préparatifs de voyage, car eux aussi partent pour le sud avec leur bateau et ils commencent leurs préparatifs. On s’est couché un peu tard, 12h30 AM. Catherine travaille demain bien sûr, sinon, on aurait veillé bien plus tard… Cette rencontre a été beaucoup trop courte à notre goût, mais nous tenterons de les revoir au cours de notre passage sur le fleuve St-Laurent.

18 juillet 2007:  Travaux

Barrure du poêle au propane installée, visite de BOBINETTE une heure pour explication de notre checkliste et assisté à leur départ, sablage final de la réparation où était l’ancien poteau du radar, isolation du fridgidaire, essai de la pompe/perceuse.

Nous sommes à 94% d’avancement dans nos préparatifs. Il me reste deux gros systèmes à faire et ce sera pratiquement fini. Une pompe d’eau de mer pour économiser l’eau douce pour se laver les mains ou rincer la vaisselle et un fan d’aération pour le moteur afin de sortir les vapeurs de diesel du bateau quand on marche à moteur. Tout le reste sont des petites formatités comme remiser l’auto, s’occuper des assurances bateau, auto (remisage), aviser assurance-maladie de notre départ etc… Ça va bien!!!

19 et 20 juillet 2007: ZEC des Martres

Aujourd’hui, je vais à la ZEC des Martres dans Charlevois rejoindre mon frère, ses deux petites filles Éloïse et Alycia et mon père à la roulotte du camping du coq. Je me lève tôt pour que Catherine me dépose au commerce à Oncle Clément vers 8h30 AM afin qu’il me prête son auto pour faire cette activité. Gentil Tonton Clément!!! J’ai rendez vous vers 15h00 à la Zec, donc il est trop de bonne heure. J’avais une liste de commissions à faire pour le bateau, alors je passe la matinée là dessus.

J’arrive à la ZEC vers 15h00, soit 5 minutes avant eux. Il ne fait pas beau, il pleut sans arrêt et il fait froid. Nous mettons nos habits de pluie, faisons un peu de 4-roues et de petits travaux. Le clou de la journée, c’est Éloïse, l’aînée des filles de mon frère Patrick qui fait du 4-roue. Mon frère lui a acheté un mini 4-roues à gaz de 90cc. Cette machine est pareille comme un vrai 4-roues, sauf qu’il est tout petit, automatique et ne va qu’à 28 kilomètres/heure. Élose est vraiment belle à voir là-dessus et c’est encore plus beau quand elle promène sa petite soeur en arrière d’elle. Nous avons ensuite souper. Par chance mon père Raymond avait amené de la truite au cas où on en pognerait pas. Non seulement on n’en a pas pogné, mais nous n’y avons même pas été vu la température. Ensuite, on a fait un feu, mangé des guimauves et compté quelques contes aux filles avant de se coucher vers 10h30 PM.

Le lendemain, on a déjeuné avec un déjeuner gargantuesque comme on les connais à la ZEC (beans, saucisses, oeufs, toasts, etc.). Genre de déjeuner que si tu navigues après, tu peux être malade. Sauf que t’as pas besoin de diner avec un gros déjeuner comme ca. Ensuite, on a fait un autre petit tour de 4-roues, packté nos petits et de retour au Saguenay. Ce fut super de voir mon frère, mes petites nièces et Raymond comme ça pendant ces quelques heures. Des moments prévilégiés avant notre départ!

De retour au Saguenay, je suis allé au Cinéma voir NITRO (film québécois) que j’ai trouvé moyen, allé porter l’auto à oncle Clément et ensuite retour au bateau avec Catherine. Je me suis couché à 8h00 PM ce soir là. Brûlé par….. ???? je sais pas quoi, car je suis en vacances.

21 juillet 2007: Repos et petite dérive sur l’eau

Il fait presque totalement beau aujourd’hui. Je fatigue près du quai, je veux partir sur l’eau. On est samedi, c’est la journée repos pour Catherine. Je lui demande si je peux aller la reposer plus loin sur l’eau et elle me dit que si elle n’a pas trop à faire, que je peux aller où je veux !!! Donc go go go, on va sur l’eau. On se laisse dériver pendant qu’on fait nos tâches courantes de la fin de semaine. Tout en surveillant les alentours bien sûr ! (responsabilité du navigateur).

Catherine a commencé hier soir la correction de l’onglet Objectif Sud de notre site web. Elle ne peut plus le lâcher ce matin. Elle est embarquée comme une lectrice assidue et passe plusieurs heures à corriger mes millions de fautes… Pendant ce temps, moi je pose les fillières chaque côté du bateau à l’extérieur que j’ai reçu jeudi avant d’aller à la pêche. Cela me prend 1 heure environ. On déjeune dehors avec des toasts dorées de Catherine, sa spécialité. Un délice!

Ensuite, j’entame des tests de radio amateur ondes courtes (BLU SSB). Je dois conclure si j’achète un systeme météo par satellite et ça me trotte dans la tête. J’ai essayé un petit système radio amateur cet hiver, mais j’ai pas eu de bons résultats. En voyant un autre bateau recevoir des fax météo par radio amateur avec une antène de fortune (fil de caisse de son de 25 pieds) monté par une drisse près du mat, je me suis dit que si j’avais une meilleure antenne (moi j’ai un petit fil de 12 pieds), que cela marcherait peux être mieux. Et bien, j’ai fais des tests toute l’après midi et je me suis mis à recevoir des cartes de toute sorte (pression, hauteur des vagues, fréquence des vagues, alerte ouragan, image couverture nuageuse satellite, prédiction, etc….)!!! C’est là que j’ai pu dire à Catherine, chek ben ça le beau temps qui s’en vient! Une haute pression avec un gros trou sans nuage qui durera au moins 3 jours…. Conclusion, ca fait la job ce système, je vais essayer de vivre avec ça quelques jours, et si c’est concluant, je vais peux-être investir dans une antenne plus permanente que de monter un fil par la drisse à tous les jours (tanant). P.S. : du beau temps c’est facile à prévoir. Le défi de la météo est ailleurs. J’ai commandé à la recommendation d’un ami navigateur (BOBINETTE) une bible en météo, en français en plus, pour améliorer ma connaissance en ce domaine critique et important dans un bateau: MÉTÉO ET STRATÉGIES de Jean-Yves Bernot. Je vais le recevoir dans 10 jours …

On se reçoit un petit grain sur la tête en milieu PM. 15 minutes de pluie forte et de vents fort (pointes à 35 noeuds) et tout redevient normal après. Ça met du piquant! Catherine a eu l’air a avoir bien du plaisir, elle rit et crie toujours dans ce temps là!

On rentre à la marina avant souper. On soupe avec une petite coupe de vin, je continue de recevoir des fax météo et je capote là dessus. On regarde la moitié d’un film en fin de soirée.

22 juillet 2007: Visite de nos amis Samuelle, Alain et leurs deux moussaillons

On se lève et il fait super beau. On dirait que l’été vient d’arriver. La haute pression est rendu sur nous. Je commence la journée avec un peu d’électricité. Je pose le sélecteur de batterie pour mon panneau solaire afin de règler le problème que j’avais de batterie en parallèle et ainsi envoyer le courant produit par les panneaux solaires d’une batterie à l’autre à volonté.

Notre visite arrive vers 12h30 PM, on embarque tout ce beau monde avec les bagages pis on part sur l’eau. Il n’y a pas de vent. Quand il fait super beau, c’est le calme plat pour le vent. C’est pas aujourdh’ui qu’on va se faire peur! Ca fait bien, il y a des enfants à bord et c’est plus calme et sécuritaire. Nous passons une belle journée tous ensemble, un bon diner confectionneé par Samy (cuisinière hors-pair) et on les reconduit vers 17h00 à la marina.

Après leur départ, on repart sur l’eau, car il fait trop chaud à la marina. On soupe dans le cockpit du bateau à l’extérieur avec de la belle musique. C’est le rêve qui commence. On y reste jusqu’à 21h00 quand la fraiche revient et la noirceur avec. On fini la moitié du film qu’on avait commencé et op! dodo.

Capsule panneaux solaires: il faut que je vous parle de mes panneaux solaires. Quand il fait beau comme ça, c’est l’enfer. On devient une centrale électrique Hydro-Québec (c’est que Alain, notre visiteur de la journée, travaille pour Hydro-Québec, alors je ne pouvais pas la manquer celle là, hein!). Non seulement je peux recharger les deux banques de batteries, mais on pourrait allumer toutes les lumières du bateau en plein jour que ça dérangerait pas (pas tant que ça quand même, c’est pour exagérer). Non mais sérieux!, quand il fait soleil toute la journée (ce qui n’était pas arrivé depuis un mois), c’est incroyablement performant des panneaux solaires. Quand il y a des nuages, c’est autre chose, mais là ouf!, ça déménage!

Samuelle, Alain et les mousaillons

23 juillet 2007: Travaux

On débute la journée qui s’annonce aussi belle qu’hier par des travaux lourds. Par cette belle température, on aurait plutôt le goût de partir sur l’eau, mais j’aime mieux donner un petit coup sur ce qu’il me reste à faire. Plus vite j’aurai fini et plus vite, je commencerai les vacances tôt. Il me reste 2 grosses job à faire et aujourd’hui, je veux en commencer une. Il s’agit du système de pompe d’eau de mer. Il faut que je passe un tuyau de 20 pieds dans le bateau, que j’installe le petit robinet pompe sur le comptoir (trou à faire) et que j’installe un T à l’entrée d’eau pour alimenter en eau ce petit système. Le but est d’utiliser l’eau de mer le plus possible pour rincer la vaiselle ou se nettoyer les mains afin de faire durer plus longtemps notre réservoir d’eau douce. J’aimerais que le réservoir dure 2 semaines au lieu de 4 à 5 jours pour avoir une meilleure autonomie en voyage.

Je commence donc ce travail vers 8h30 AM. Les pièces que j’ai acheté pour le T ne sont pas de la bonne grandeur! Ca part mal! Mais je fais les 2 autres parties (tuyau 20 pieds et robinet sur le comptoir). Ce qui m’amène à 13h00. J’ai oublié de déjeuner et de diner, alors j’ai faimmmmmmmmm. Il fait chaud, c’est super pour la température, mais j’en ai pas besoin pour tout de suite de cette chaleur. Je perds 10 livres de sueur à l’heure……

Ensuite, vu que je suis tout près de l’endroit (fridgidaire), il me restait à mettre du styro-mousse pour finir l’isolation du fridg, ce qui m’anène vers 14h30. Je vais prendre une douche, plier le linge qui est à la capitainerie dans la sècheuse et je reviens pour diner, car j’ai juste grignoteé durant la job comme déjeuner (pinotte, gateaux, jus: un déjeuner standard, non?). Je me fais un sandwich au creton, cheese-weez et poulet avec du jus d’ananas. Un mélange de rêve!!! (j’ai hâte que Catherine finisse de travailler, car je ne me suis pas découvert de talent de cuisinier en tout cas!). Une fois bien remplit, je me dis oups, on va souper dans 2 heures… non mais, quelle tête de gars qui n’a plus de beet hein? Je suis dû pour partir. Il reste 7 jours à Catherine de travail si on compte pas aujourd’hui. Elle va réussir…

Ensuite, je lis mes emails et je mets ce site à jour pendant une heure et demi.

24 juillet 2007: Travaux

Aujourd’hui, c’est opération ventilateur moteur. Je veux une aération forcée pour sortir l’air viciée du compartiment moteur. J’attaque donc cette partie toute la journée. De 10h00 AM à 16h00. Je fête ça après en m’ouvrant une bonne Stella Artois, car je viens de faire la dernière grosse job de toute mon checklist de préparation du voyage. Il me reste de petits détails, mais plus aucun gros travaux. Après 2 ans de préparation et de travaux, j’arrive enfin à la fin. Incroyable!!!

26 juillet 2007: Entrevues à la radio, petits travaux et Voileeeeeeeeee

Aujourd’hui, j’ai fait deux entrevues à la radio. Ce fut une belle expérience. Voici les extraits:

Entrevue à 8h45 AM à l’émission du matin de Radio-Canada: Cliquez ici

Entrevue à 12h25 PM à l’émission du midi de Rock-détente: Cliquez ici

J’ai aussi finalisé une réparation de fibres de verre et fini d’installer la pompe d’eau de mer. Mais surtout, il ventait et j’ai fait de la voile seul comme j’en ai jamais fait dans la baie de La Baie. Ce fut super!!! J’ai ouvert juste une voile (génois) pour ne pas me mettre dans le jus et me roder. Ci-joint ma folle journée en image. Le rouge représente les trajets que j’ai fait. Vers 18h00, j’étais brulé physiquement et vers 20h30 j’étais prêt à me coucher d’une fatigue qu’on aime avoir: celle d’avoir passé la journée dehors au vent. On se dit: quelle belle journée! et on aimerait se coucher le soir tout le temps avec ce sentiment.

Tracé au GPS du trajet fait à voile

29 juillet 2007 (Catherine)

Un sentiment d’ivresse commence à m’envahir. Léger, subtil, mais il est bien là. Et il grandi comme ça, progressivement, depuis quelques jours. C’est une émotion que j’ai ressenti pour la première fois l’an dernier lorsqu’on a navigué dans le Golf St-Laurent. Ceux qui ont déjà vécu l’expérience savent ce que je veux dire, j’en suis certaine.

Je commence à peine a réaliser ce qui nous arrive. La prise de conscience ce fait petit à petit, car depuis plusieurs mois, je suis sur le « pilote automatique ». Pas le temps de penser, il faut avancer encore et encore. Les dernières semaines ont été les plus exigeantes pour moi: combiner la vie sur le bateau tout en allant travailler, terminer les achats et les derniers préparatifs et recevoir amis et famille le soir ou les fins de semaine. Tout prend deux fois plus de temps à faire en bateau et c’est surtout à cela qu’il a fallu que je m’adapte. Deux heures par jour d’auto pour aller au travail, une heure pour prendre une douche, une journée pour faire le lavage… La marina et le stationnement est à 12 minutes du bateau à pied. Comptez le temps de déplacement que ça prend lorsqu’on se rend compte qu’on a oublié quelque chose rendu sur place ! Je me suis encore fait prendre aujourdh’hui. Arrivée à la douche, mon savon et shampoing n’étaient pas dans mon sac de douche. Que pensez vous que j’ai fait? Et bien, je me suis lavée avec le savon à main liquide de la toilette!  Et je ne vous ai pas encore parlé de mon mal de terre? La troisième semaine dans le bateau a été difficile puisqu’il a fait très mauvais et il a beaucoup venté. Les vagues venaient claquer la poupe avec fracas et l’intérieur du bateau était comme une véritable machine à laver. Non seulement c’était pas évident de dormir là dedans, mais le pire était mon mal de terre au travail (vertige, sensation que le cerveau flotte dans la boite crânienne, apathie, etc…). Le remède: vite, retourner au bateau! Heureusement, le beau temps est au rendez-vous depuis au moins une semaine et nous commencons à en profiter. J’ai aussi pleuré ma chienne Maggie, car nous avons décidé qu’elle ne ferait pas partie de l’équipage. Ce voyage aurait été beaucoup trop difficile pour elle et compliqué pour nous (douanes, aller deux fois à terre par jour, etc.). Un grand merci à Jean-Robert et Gisèle qui s’en occupe si bien depuis déjà un mois, d’autant plus qu’elle a une autre amie Labrador avec qui s’amuser. Elles devraidront bientôt les meilleures amies du monde aparamment!

P.S. Ici dans la baie de La Baie, nous avons un suberbe paysage et pouvons voir à l’ancre de nombreux paquebots qui attendent de se faire décharger à l’Usine Alcan. Environs deux à trois paquepots sont visibles à l’ancre à la fois. Voici mon préféré qui est resté plus d’une semaine devant la marina:

Paquebot dans la baie de La Baie

Dans sept jours…

1 août 2007 : Entrevue TVA-CJPM

Cliquez ici Pour visionner l’entrevue de Éric à TVA. Ça prend QUIK TIME pour le visionner: http://www.apple.com/quicktime/download/

Après le passage de TVA, mon ami Alain est arrivé vers 11H00. On s’était planifié une journée de voile pour avoir un peu d’action et faire pencher un peu ce voilier. Sauf que le principal a manqué: le vent n’était pas au rendez-vous comme depuis plusieurs jours d’ailleurs. On a fait de la voile toute l’après-midi quand même, mais une tortue nous aurait probablement dépassée !!!. Je pense qu’Alain a quand même trouvé son après-midi agréable.

En soirée, nous avons reçu l’équipage du bateau ÉVOÉ: Johanne et Fernand qui reviennent tout juste des Bahamas il y a de ça deux mois. Ils sont sortit de l’eau une semaine avant qu’on se fasse mettre à l’eau au Centre du navigateur. Leur bateau avait été placé directement à côté du notre et nous vous avions indiqué plus haut dans le récit comment nous avions été bénit de les croiser comme ça. Et bien, ils sont venus sur notre invitation afin de nous transmettre de bons conseils et de nous enlever de l’insécurité avant notre départ. Nous avons fait tout cela en soupant avec du bon vin. Ils ont été encore une fois été très généreux et on leur doit une fière chandelle. Merci Johanne et Fernand!!!

Regardez comme ils nous ont amené du soleil Bahamien pour l’occasion

avec leur beaux vêtement colorés.

2 août 2007: Grain à l’horizon !!!

Ce matin, j’ai vu apparaître deux jeunes (16 et 18 ans environ) se dirigeant à la nage vers les quais de la marina  avec vestes de sauvetage et palmes aux pieds. Ils m’ont dit qu’ils arrivaient du quai Lepage !!! Je leur ai demandé s’ils voulaient un lift pour retourner d’où ils venaient et ils ont sauté sur mon bateau avec plaisir. Je les ai donc reconduit au quai Lepage. Par la suite, je me suis mis à la cape dans la baie afin de faire mes petites choses de la journée. Vers 15h00 : avertissement d’une ligne de grain est annoncé à la radio! J’ai mis le cap immédiatement sur la marina et arrivé à environ 100 pieds de la marina, j’ai vu les mâts de voilier commencer à se coucher : trop tard!!! Pas question d’accoster avec ce vent !!!. En quelques minutes, je suis retourné vers le large à tout allure (7 noeuds) avec un vent arrière. J’allais si vite que je me suis dis: il faut que je vire, car je vais arriver à l’autre côté de la rive ce ne sera pas long …. J’ai eu de la difficulté à virer, car un vent d’environ 40 noeuds en rafale me faisait pencher dans les 30 degrés de gite lorsque je tournais le volant. Une fois viré, j’ai attaqué ce grain (mur de vent) avec le nez du bateau et le moteur à fond. Ça a duré environ 20 minutes et ensuite cela s’est calmé. C’était mon premier grain seul. Yes yes yes, trippant cet action!

Après souper: film, lecture roman, étude météo et attente du retour de Catherine. Elle est arrivée à 10h30 PM de son 5 à 7 de départ du travail. J’avais très hâte de la voir et de partager enfin un événement commun. Il y a un mois et demi, j’arrêtais de travailler et c’est là que nos chemins se sont un peu séparés, dans le sens où on ne vivait plus au même rythme du tout. Elle, gardait un stress de la vie moderne et moi, je commencais à décrocher et devenir plus bohême. Hier, on pouvais partager un moment commun. Je commencais à avoir très hâte à ce moment où on se rejoindrait. Les prochains jours ne vont que s’accentuer sur cet aspect et nous ramener au même rythme.

3 août 2007: Derniers préparatifs avant d’appareiller

Ce matin, j’ai dû réveillé Catherine, car elle dormait encore à poing fermés à 10H00 AM. Ses premiers mots en ouvrant les yeux: WOW, TRIPPANT !!! quant elle a constaté l’heure qu’il était. Vite , il faut partir pour faire les derniers préparatifs! Pour l’épicerie, ouf! on dirait qu’on allait mourrir de faim. C’était sûrement émotionnel cette épicerie, car on va avoir des épiceries régulièrement sur notre route. Mais c’est pas grave, on est partit les cales pleines de bonne bouffe, bon vin et bière, jus et tout ce qu’il faut pour être nourri comme des rois. Pour les commissions de dernières minutes, bien sûr, il restait des choses à faire: propane, fil d’antenne radio ondes courtes, pré-filtres diesel, tuyau à diesel, etc.). Nous sommes allés voir notre petite fille Maggie (notre chienne qui est en pension chez Jean-Robert et Gisèle): et oui! elle nous a reconnus. Surtout sa MAMA Catherine qui avait bien peur qu’elle ne la reconnaisse pas. Elle lui a tournée autour longtemps et lui a donné un lavage complet du visage! Quand on a quitté, elle n’a par contre pas fait de cas, alors ça veut dire qu’elle est bien dans sa famille d’acceuil. Dernière étape: le remisage de la voiture. Ouf, ça c’est quelque chose…. Pas la job de remiser, mais de laisser son dernier mode de transport de société industrialisé qui nous donne une autonomie qu’on prend pour acquis. Et oui, plus d’auto pour un an. On va user nos souliers et voguer maintenant.

Pour couroner le tout: souper chez Manon et Clément: ils sont notre seule famille de la région du Saguenay. Tous les autres sont à Québec ou Montréal. Leur amitié est très importante pour nous. Ils sont arrivés bien avant nous dans la région et nous ont adopté lorsqu’on a déménagé au Saguenay. On a été reçu avec un super repas comme Manon c’est le faire. Crevettes, excellent fromage, saumon, patates à la Manon, vin, gâteau comme à notre mariage (blanc avec confiture de frambroises et chocolat blanc). Les adieux ensuite… Clément est venu nous porter au bateau, car on avait plus d’auto….

On est à 100% de nos préparatifs !!! Bravo à l’équipage de Mer et Monde 2 pour la longue préparation de deux ans qui est venue à terme. Nous avons toujours considéré que les préparatifs faisaient partit du voyage aussi et avons adoré faire toutes ces choses qui nous approchait du départ. Cela est venu nous chercher en tout point et nous déstabiliser souvent (plus de maison, plus de chien, plus d’auto, plus de téléphone, etc.), mais nous a fait sentir vivre et nous a fait beaucoup réfléchir. Nous sommes des êtres d’habitude et l’aventure nous aide beaucoup à nous découvrir nous-même. Essayez et vous verrer de quoi on parle!

4 et 5 août 2007: Journées porte ouverte à la Marina de La Baie

Beaucoup d’amis et collègues voulaient nous voir, de même que notre bateau. Partir un an sur un bateau!!! Faut voir ça! Nous avons donc organisé deux journées « portes ouvertes » le 4 et 5 Août. On était excité comme des enfants! Voici quelques uns de ceux qui sont venus nous voir (ceux qu’on a pu photographier). Nous remerçions tout le monde chaleureusement et avons beaucoup apprécié que vous vous soyez déplacé pour venir passer quelques moments avec nous. Cela nous a permis de partager en avec plus de réalisme ce dont on parle avec eux depuis des mois. On part rempli d’énergie et d’amour !!!

Collègues de travail neuropsychologues à Catherine et amis:                Glenn (collègue de travail à Éric), sa conjointe et les enfants de celle-ci

Isabelle, René-Pierre, Chantale et son conjoint Éric

Gilles, collègue de travail à Catherine avec sa conjointe                                Sabin, Sarah et les enfants: amis à Éric et Catherine

Sylvie et les enfants et amis de Catherine et Éric

Samuelle et les enfants: collègue de travail à Catherine et amie                     Danièle et ses deux filles: collègue de travail et amie à Catherine

à Catherine et Éric

France et son fils, collègue de travail à Catherine et amie à                           Nos charmants voisins et amis : Michel, Lisa-Marie et les enfants

Catherine et Éric

L’équipage de ALTAÏR: nos amis Marc, Lina et les enfants

Remerciements:

Nous voudrions remercier plein de monde à ce stade, car la générosité qui s’est présentée à nous a été grandiose et présente tous les jours depuis les derniers mois. On ne voudrait pas en oublier et esseyerons le plus possible de penser à tous. Un voyage comme celui là ne se prépare pas tout seul et c’est avec tout ce beau monde que cela a été rendu possible. Cela nous permet à nous aussi de réaliser en un coup d’oeil toute la masse de gens qui est impliquée dans notre projet. Maintenant, on se retrouve seul sur l’eau avec dame nature. En écrivant ces remerciements, on a sentit tout le poids de votre générosité. C’est impressionnant et incroyable en tabarouette tout ça. Vive la vie qui est d’être entouré de vous tous, merci d’avoir été là et on espère que vous serez tous encore là à notre retour, car le voyage qu’on va faire est une partie de vous tous, il fallait que vous le sachiez.

Notre famille qui nous a beaucoup supporté et aidé:

On pense à l’aide qu’on a reçu pour la confection du Bimini que Micheline (mère d’Éric) a cousu avec beaucoup de patience et d’amour, du temps que Patrick (frère d’Éric) a donné pour construire et souder le bossoir dans son garage à Québec, aussi des bons repas et de la générosité que Karine (femme de Pat) a fait preuve quand j’avais besoin de Pat, encore l’aide de Pat durant deux jours pour sabler la coque du bateau (un travail de fou) et de l’aide que Raymond (père d’Éric) et sa conjointe Pierrette nous ont donné pour notre déménagement. Aussi, Clément et Manon (oncle à Éric) qui se sont retrouvés avec des devoirs à faire avant et durant notre voyage (location de la maison). Ne pas passer sous silence la présence de Louise et Jean-Pierre, les parents de Catherine, qui ont donné aussi de leur temps pour le déménagement, le grand nettoyage de la maison, la confection de bonnes soupes et la surveillance de nos finances et de notre courrier durant notre voyage. Toute la famille proche a contribué à notre projet. Cela nous a donné un très fort appui qui nous a gardé solide tout au long de cette phase de préparation, et l’appui de Marie-Hélène, la soeur de Catherine. Milles mercis! Vous avez toujours été là pour nous dans notre vie et encore une fois avec ce projet. Viva la famillia! C’est ce qu’il y a de plus fort! Merci aussi de nous laisser partir…

Nos amis et collègues de travail qui ont cru en notre projet:

Merci aux collègues de travail et patrons du travail à Eric : France et Sylvain de chez DÉVICOM qui, malgré tout le trouble que cela impose d’avoir un employé qui part un an, ont soutenu et encouragé notre projet, qui ont demandé des nouvelles tout au long du processus et qui se sont intéressés à tous les aspects d’un tel voyage. Particulièrement à Pierre (collègue de travail d’Eric) qui dès le début a cru qu’on le ferait. Peut-être même avant nous même… Ayant fait de la plongée en voilier au Bahamas il y a plusieurs années, il voyait déjà la possibilité de faire un tel voyage et y croyais. Il nous avait dit au début, tu vas pas faire ça hein ?… non… c’est pas correct pour moi ça…. Merci Pierre pour les nombreuses fois où tu m’a fait vivre le voyage avant d’y être, cela m’a permis de me préparer encore mieux.

Le « top ten » au travail à Catherine qui sont devenus des fans de notre projet dont: Gilles, Hugues, Josée, France, Martine, Samuelle, Myriam, Nathalie T., Nathalie M., Marie-Claude, Danielle, Louisette, Lise et excusez-nous, on en oubli… Aussi, ses collègues à qui elle a tant parlé de ses préparatifs sur l’heure du diner à la cafétéria (tous les midis) et qui ont eu beaucoup de patience HI ! HI! : Pierre, Chantale, René-Pierre, Isabelle, Nathalie, Stéphane, Stéphanie, Brigitte et Caroline.

Nos couple d’amis communs qui nous ont beaucoup encouragé durant notre deux ans de préparation et qu’on a vraiment pas assez vu souvent à notre goût: Pierre et Julie, Samuelle et Alain, Sarah et Sabin, Marc et Lina d’ALTAÏR, Jean-Charles et Isabelle de BOBINETTE et Yves et Lorainne de YLO.

Il faut aussi souligner que sans Sylvie et François (locataires), Jean-Robert et Gisèle (pension à Maggie), Michel et Lisa-Marie (voisins), de même que Clément et Manon (voisins), nous ne pourrions partir aussi tranquilles.

Aux membres de la marina de La Baie cette année pour leur acceuil, leur aide, leurs conseils et leur générosité. On s’est senti vite chez nous. Vous êtes tous si sympathiques. Ce fut un honneur de parler avec vous tous. On va nommer les noms de bateau: On pense à IMPULSIVE 5 qui était tout le temps souriant et taponneux sur son bateau tout comme nous qui avions pleins de choses à faire. Nous en avons passé des soirées au Centre du navigateur avec IMPULSIVE 5, L’ARCHIPEL et YLO… Je pense aussi à ALOUETTE 3 qui nous recevait souvent à quai et discutait avec nous, FESTINA LENTE qui a été notre modèle pour le bossoir que j’ai essayé de faire aussi bien que le leur, ALÉGRIA qui voulait presque partir avec nous et nous parlait souvent avec attention, BLANCHON avec qui une bière sur le pont pis une bonne petite jasette était relaxant en fin d’après-midi. Je bâptiserais aussi les trois mousquetaires du même quai: BERC-EAU, SARAH-JAMES et CHARLEAU. Il y a eu aussi l’AD’EAU qui est venu souvent échanger avec nous, MON ILE qui part l’an prochain pour les Bahamas, Le MERLEAU qui nous a même souhaité bon voyage et lu notre site web, L’ARCHIPEL qui nous suit depuis deux ans dans nos aventures, AQUARIUS qui défendait bien leur partit à qui voulait s’y frotter…. Je dois en oublier, mais ça fait quand même du beau monde, vous trouvez pas ? On a vraiment communiqué avec la presque totalité des membres de cette marina, étant là 24/24h. Nous avons essayé de leur rendre leur acceuil par notre présence et surtout en début de saison en surveillant la marina et tous vos bateaux tant qu’on pouvait ainsi que de revevoir les visiteurs lorsque le besoin se faisait sentir. Nous n’avons pas pour autant renié notre appartenance au Club nautique de l’Anse St-Jean et nos amis navigateurs qui eux aussi nous ont entendu parlé de nos projets et nous ont conseillé et appuyé. On pense bien sûr aux équipages d’expérience qui aiment la navigation sur le St-Laurent comme ALTAÏR, ÉVOÉ, LIBERTÉ 1, TUG FOR TWO, TOUTATIS, PATHI, MANACTAN, RAFLOL’EAU ZEPHYR, PASSION, EAU-10-C, CAVIAR, SIROCCO, LA BOURLINGUE, etc. (on en oubli sûrement !!!). Sans oublier nos amis navigateurs qui nous ont partagé particulièrement leurs connaissances en navigation de croisière: OCÉANITE, ÉVOÉ, NORD SUD, LIBERTÉ 1, TOUTI et BOBINETTE.

Le Centre du navigateur: Plusieurs dans l’équipe nous ont aidé souvent et on avait de bonnes listes de choses à leur demander, mais on voudrait souligner plus particulièrement le travail de Phillipe qui nous à servit 80% du temps et qui ne nous à jamais oublié sur rien durant tout ces mois. Bravo Phillipe et merci!

Les écoles de voile: les Escadrilles canadiennes de plaisance (ECP) avec tous ses cours qui nous rendent de bien meilleurs navigateurs et avec qui l’on passe l’hiver quand on s’ennui de naviguer. Soulignons ses supers enseignants qui donnent généreusement de leur temps (bénévoles): Norman Corbeil, Jean-Robert Lavergne, René, Yves Lamontagne, Dominique Tremblay, Jean-Francois Amiot et Eric Bouchard. Il y a aussi l’école de voile MERCATOR (skipper: Yannick) qui nous a donné un stage de voile superbe juste avant l’achat de notre bateau avec le voilier YUCATAN. Enfin, c’est l’école de voile du Saguenay qui nous avait donné un été sublime sur dériveur avec Gabriel.

Les livres et récits d’aventure qui nous ont inspiré: LA V’LIMEUSE AUTOUR DU MONDE Tome 1 et 2 de Carl Mailhot et Dominique Manny, ET SI C’ÉTAIT ÇA LA VIE de Yannick et Stéphanie, LE GUIDE DE L’INTRACOSTAL de Luc Berny, EN SOLITAIRE VERS LES BAHAMAS et LA ROUTE DU SOLEIL de Michel William Hanson, ISOBARE de Richard Taillefer, UNE ANNÉE SYMPATIQUE de Michel Pilote et Ginette Dutil et autres du genre Bernard Moitessier et Éric Tabarly.

Compteur de temps = Zero : Le voyage est commencé !

Commentaires fermés sur Préparatif voyage aux Bahamas plus...

Articles par catégories

Calendrier des articles

juillet 2007
D L M M J V S
« Sep   Août »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031